09/04/2015

Et si une guerre éclatait entre la Suisse et la...Suisse ?

Je commence par la minimisation des soixante-huitards attardés et leurs enfants, légitimes ou non, quant au sérieux de ces éventualités. N'est-ce pas que tout ce qui se passa dans le monde depuis mai 1968 et jusqu'à ce jour était, selon eux, impossible et rêves maladifs de conservateurs rétrogrades et obscurantistes ? Ils ont applaudi des deux mains à l'avènement du cauchemar hivernal, appelé printemps arabe et continuent, pour certains d'entre eux, de le faire, tout en voyant les images d'égorgements collectifs.

On voit ce qu'il en fut.

Dans une guerre, il est la plupart du temps inévitable de choisir son camp. Je pose alors la question suivante : si, dans un, deux ou dix ans, certaines croyances et pratiques, totalement incompatibles avec notre manière de vivre et de penser, devaient être légalement interdites (ce sera inévitable car c'est ou cela, la soumission ou la guerre civile), quel camp ces jeunes gens choisiront-ils alors ?

 

Vous l'auriez remarqué, ils s'agit de soldats...suisses.

Faut-il leur en vouloir ? Même pas. Je ne changerai jamais, jamais, d'avis à ce sujet : Rome n'est pas tombée sous les coups des barbares (Germains) mais à cause de sa propre décadence.

Que veux-je dire par là ? Simplement donner l'exemple d'un certain Ueli Leuenberger, en son temps fondateur de l'Université Albanaise (tout un programme) qui, sur la RTS, qualifie tout cela "d'un grand malentendu".

Le vrai malentendu est que des gens tels que Leuenberger existent.

Au-delà, il y a, comme toujours, une question que personne, absolument personne, ne pose : l'armée suisse compte énormément de soldats d'origine étrangère ou nés étrangers. Pourquoi ceux-là (sur la photo) et uniquement ceux-là, posent problème ?

Je répondrais très précisément à cette question à l'occasion de mon prochain billet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Bonjour,

Si je peux me permettre c'est même très blessant d'avoir un nom de famille Suisse, d'etre bazané et reconnu comme étranger ou né suisse avec une gueule d'étrangers.

Effectivement à l'armée il y a toutes sortes d'origines. Ce que cela soulève comme question, à la vue du regard que l'on a de nous, c'est que cela donne une énoooorme envie de défendre un pays qui nous aime quand on sert sous les drapeaux ou quand on marque des buts. J'ai eu quelques albanais avec moi et ce genre de chose n'est jamais arrivé. D'autres délirs de jeunes militaires, qui ne sont heureusement pas remontés jusqu'aux médias. Car en fin de compte juger à l'emporte-pièce, surtout dans un cadre comme l'armée, ce que la plupart à oublié ce que c'est aujourd'hui, me parait plus être un délir de petit jeune, plutot qu'une déclaration de guerre. Ces jeunes vivent et ont des amis en Suisse ca aide a réfléchir sur la décision que la majorité prendra.
Je finirai sur cette phrase que m'a dit mon collègue kosovar de plus de 50 ans. Si la Suisse est attaquée il faut la défendre. Cela en revanche, il n'y aura aucune polémique ou discussion.

Écrit par : plumenoire | 09/04/2015

@ Jean-Souhel

On ne compte plus les délits des Albanais et autres Kosovars dans notre pays d'une part. D'autre part, ces gens sont extrêmement violents, ils ont apporté une violence que la Suisse ne connaissait pas auparavant. Cela a été spécifié par un professeur de droit à Zurich: leurs délits sont bien plus violents. Il y a eu des viols collectifs sur des Suissesses de la part de ces ressortissants. Tout cela est tout simplement inadmissible. Quant au football, c'est une très mauvaise réplique. D'une part, ce sport a été utilisé en France, comme en Suisse pour promouvoir la diversité. Pensez-vous que je vais brader mon pays pour quelques matchs de foot? J'en ai strictement rien à faire! Deuxièmement, les joueurs albanais ont fait à maintes reprises le signe de l'aigle bicéphale. Leur véritable patrie, et ils ne s'en cachent pas, c'est l'Albanie. Je me souviens au début des années 2000, un ami italien s'était pris un coup d'un Kosovar parce qu'il protégeait un pauvre gars. Mon ami avait essayé de calmer le Kosovar, il lui parlait gentiment. Rien à y faire: menaces et violences. Je suis intervenu pour protéger mon ami. Le Kosovar s'est tourné vers les Suisses en leur déclarant que les Suisses étaient tous des fils de putes. C'est du racisme à l'état pur. Jamais je n'aurais osé faire cela au Kosovo! Et je pense que cela se serait très mal terminé. Lui non seulement était accueilli dans notre pays mais encore il insultait les autochtones et utilisait la violence. J'ai eu de nombreuses autres expériences négatives avec ces gens et à chaque fois que j'en parlais à des Portugais, des Espagnols, des Italiens ou des Suisses: Ils étaient au courant de la violence de ces ethnies depuis très longtemps. Prétendre que c'est comme les autres immigrations est faux. Prétendre qu'ils ne posent pas de problèmes est aussi faux. S'il y a bien du racisme, c'est de leur part! Sur le Facebook de la Tribune de Genève, cela a dégénéré : il y a eu de nombreuses insultes. Je te laisse deviner qui a fait quoi :**********************

http://www.lesobservateurs.ch/2015/04/08/facebook-article-de-la-tdg-sur-les-soldats-munis-de-drapeau-albanais-censure-cause-des-insultes-des-ressortissants-des-balkans/

*******************

Pour terminer, je te poserai une question simple: s'il y a un conflit entre la Suisse et le Kosovo, pour qui combattront ces gens?

Écrit par : Cedric | 09/04/2015

Le Kosovo est à la Suisse ce que l'Algérie est à la France.

Tous individu qui viserait à accéder à une fonction politique en Suisse devrait être obligé de faire un stage d'une année dans le secteur privé en Algérie, au Kosovo ou à Gaza. Je suis convaincu que les citoyens suisses en viendraient à être éternellement reconnaissants aux candidats qui auront réussi à aller jusqu'au bout de leur stage.

Écrit par : Giona | 11/04/2015

Excellent article, comme d'habitude.
Vous êtes le seul, l'unique qui parle de décadence et je vous en remercie d'éclairer vos lecteurs.

Je viens de lire ce matin que Mugabé, président du Zimbabwe, n'a pas accordé d'interview à un journaliste blanc, parce qu'il était blanc.

Les racistes, sont-ils toujours ceux que l'on dénonce ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 11/04/2015

----------------------------------------------
Mugabe pose un geste de compensation historique.

Combien de journalistes noirs ont eu le même traitement sans que personne n’en offusque ni en parle.

Il ne faut pas nous faire croire que l’apartheid d’Afrique du Sud n’a jamais existé et que la colonisation par les blancs en « Rhodésie » n’a pas eu lieu. Il ne faut pas croire non plus que Cecil Rhodes aurait répondu à un journaliste noir.

L’apartheid, Mugabe l’a vécue et l’a combattue et c’est un juste retour d’ascenseur qu’il effectue.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2013/12/06/007-apartheid-afrique-du-sud-journaliste-etranger-noir-leo-kalinda.shtml

Mugabe a toute l’Histoire de l’Afrique pour appuyer son geste

Texte de Serge Charbonneau, journaliste canadien.
--------------------------------------------------

(Et si un journaliste (blanc ou noir) n était pas du "goût" de Mugabe??

Et l "Interdit aux chiens et aux noirs", ça ne date pas d il y a très longtemps.

Le problème est comme l Evangile dit, on voit la poussière dans l oeil de l autre et non pas la poutre dans le sien.)
---------------------------------------------------

Écrit par : Binji | 11/04/2015

Excellemment dit !!!

Écrit par : Micheline P. | 11/04/2015

Suite à mon texto sur Mugabé:
Néanmoins, Mugabe a dérapé et il n aurait pas dû le faire raison de plus que cette occasion était une célébration de la mémoire de l Apartheid.

Écrit par : Binji | 11/04/2015

Votre article : http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2015/04/03/les-chretiens-doivent-ils-passer-a-l-attaque-266057.html
n'est plus disponible aux commentaires.

J'avais écrit un, de commentaire, dans lequel j'évoquais une nouvelle croisade.
Une croisade ne se lance pas en un seul appel, en une seule fois.
Cela se prépare.

Ce dimanche, 12 avril 2015, j'ai appris par la RTS que le Pape avait évoqué le génocide arménien (chrétiens) par les turcs (musulmans).

Cette déclaration nous rappelle que le massacre des chrétiens par des musulmans, dans cette région du monde, ne date pas de 2011, avec le printemps arabe.
Il y a plus de 100 ans que le génocide arménien est arrivé.

Le même Pape, avait parlé de "silence complice" de la communauté internationale, sur le même sujet.

Dans la vidéo de décapitations des coptes en Libye, un des chefs, déclarait vouloir conquérir Rome.
Depuis Lampedusa, Rome n'est pas très loin ...

L'opération européenne "Mare Nostrum" ne fait pas face à l'arrivée massive de migrants.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13/04/2015

Voila que des émeutes tournent à la guerre civile en Afrique du Sud.
Les noirs, africains, se tabassent entre eux.

http://www.rtl.fr/actu/international/afrique-du-sud-flambee-de-violences-xenophobes-meurtrieres-7777395871

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 18/04/2015

@Mr J.-S.-Gowrié
Merci pour votre commentaire en tant que responsable de ce blog.
Hormis le peut être que vous avez mis au début de votre réplique, je ne suis pas d accord avec votre vision à ce sujet et je re-confirme mes points de vue.

Bien à Vous.
Binji.

Écrit par : Binji | 01/05/2015

Les commentaires sont fermés.