26/01/2015

Davos 2015 : la lutte contre le terrorisme est lancée

On a rarement assisté à un tel degré de bêtise, incurie et bassesse "politique" voire simplement humaine. De passage à Davos avant de s'envoler pour saluer pour la dernière fois son "ami" feu le roi Abdallah, le gros de l’Élysée, très à l'aise devant un parterre rempli d'ennemis (vous savez, les financiers du temps de sa campagne électorale) s'est fendu d'un discours que seule la décence m'empêche de qualifier. Décence dont ce personnage semble désormais totalement dépourvu.

Pas de discours donc. On se contentera de reproduire strictement celui du flasque.

Après avoir reconnu que le terrorisme bénéficie de "flux financiers considérables", il s'adressa aux personnes présentes, représentants de l'économie, en ces termes (minute 15:15):"j'appelle le système financier à couper les sources de financement d'alimentation du terrorisme, à en terminer avec les paradis fiscaux". "Ne laissez pas agir aujourd'hui une bête qui vous frappera aussi le moment venu". Ce fut ce qu'il a dit, mot pour mot. Inutile de dire que tous les médias ont répété cela toute la journée à un rythme d'une fois toutes les trente minutes. Sans que cela ne soulève le moindre commentaire de la part de personne.

Ainsi, à réécouter encore et encore le discours de Flamby, histoire d'être certain de ce qu'on a entendu, on comprend que c'est le système financier international qui est responsable du financement du terrorisme"islamiste" (j'insiste sur ce point, très important car c'est le gros lui-même qui l'a précisé au début de son discours). On comprend aussi que la responsabilité des paradis fiscaux dans l'affaire est grande. Voyons donc cela.

  1. Le système financier international n'est autre que UBS, CS, BNP, Crédit Agricole, Société Générale, Deutsche Bank et je ne vais pas citer tous les instituts financiers du globe. Ceux-là sont donc responsables du financement du terrorisme islamique, puisque le Président de la République leur demande de couper les sources de financement de ce dernier.
  2. Les paradis fiscaux. Regardons pour cela cette magnifique carte, où notre pays figure en très bonne place.   paradis fiscaux dans le monde   Mais aussi:
  • Le Delaware
  • Les Bermudes
  • Jersey
  • Guernsey
  • Singapoure
  • Andorre et j'en passe.

C'est ainsi qu'on découvre maintenant que la Suisse, l'UBS et le Crédit Suisse financent le terrorisme islamique.

Quelques heures après ce discours, Hollande s'envolait pour dire au revoir à "son ami" le roi Abdallah, d'Arabie Saoudite. Au passage, il a pondu cette perle incomparable : "je salue la mémoire d'un homme  d'état dont la vision d'une paix juste et durable au Moyen Orient reste plus que jamais d'actualité".

Et tout cela se passe, sans le moindre problème, sans le moindre commentaire, de la part de personne

Croyez-le ou pas, ce qui précède n'est même pas le plus important dans le "discours" du Gros de l’Élysée. Au début de la partie consacrée au terrorisme, il a parlé de la...Libye. Tout comme le terrorisme islamique est, selon Flamby, la responsabilité du système financier, il n'y est pour rien non plus pour ce qui est de la Libye où c'est le manque de "suivi" qui a conduit le pays là où il est maintenant. Bientôt, on découvrira que l'Algérie a été colonisée par des extraterrestres et que Sarkozy est le fils naturel de Liliane Betencourt. Quoique, dans ce dernier cas...

En revanche, lisez encore une fois attentivement ce que ce personnage a déclaré à propos de feu le chef du royaume wahhabite : "Je salue la mémoire d'un homme  d'état dont la vision d'une paix juste et durable au Moyen Orient reste plus que jamais d actualité"".

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : davos, terrorisme, islam, islamisme, hollande, france, arabie saoudite

24/01/2015

Le triomphe des islamistes Kouashi est total, tout comme notre soumission (2)

Cela n'a donc pas manqué. S'il est vrai que Hollande, contrairement à son prédécesseur, ne pond pas une nouvelle loi après chaque accident de la route ou un petit vol à l'étalage, il a en revanche fait honneur à la tradition française en la matière en s'attaquant de front et avec "détermination", on vous le jure, au problème du terrorisme (on ne nous dit toujours pas de qui. Chuuuut, c'est tabou).

C'est ainsi que la sémillante, et très convaincante, ministre des affaires éducatives de la République, une certaine Najat Belkacem, a, elle, pondu une directive qui débouchera à son tour sur une multitude de lois sensées, bien évidemment, éradiquer d'un seul coup le problème du terrorisme.

Morceaux choisis (vous trouverez l'ensemble de ces "mesures" en cliquant sur ce lien : http://www.education.gouv.fr/cid85644/onze-mesures-pour-u...)

Vous ne rêvez pas, c'est la pure vérité et c'est le site du ministère de la Dame qui le publie.

  • Mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines au cœur de la mobilisation de l'école. Mais, sincèrement, où trouvent-ils exactement ces termes ? Pour ce faire :
  1. Renforcer la transmission des valeurs de la République (on se demande ce qu'on faisait jusqu'à maintenant)
  2. Rétablir l'autorité des Maîtres et les (vous ne rêvez pas non plus) rites républicains. Tous les soixante huitards attardés doivent se retourner dans leurs tombes. Les vivants, d'entre eux, peuvent se suicider.
  3. Créer un nouveau parcours éducatif de l'école élémentaire à la terminale : le parcours citoyen

Comme le lien est effectivement disponible, il serait inutile de tout reproduire ici.

Et je reviens à la question essentielle : mais où trouvent-ils cela ? Remarquez que nous parlons de la France et en la matière, il y a à boire et à manger. Dans la foulée, on en a même profité pour instituer une journée de la mémoire, encore une, celle de la laïcité. Du genre : que faites-vous le 9 janvier ? Euh, eh bien je fête la laïcité.

Ainsi, un discours par ci, un projet par là, quelques émissions de télé et...hop, le poisson est noyé, tout est oublié et...circulez il n'y a plus rien à voir.

Entretemps, Hollande, aussi gros que sinistre, prépare son voyage pour...Davos.

Nous en reparlerons.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

22/01/2015

Le triomphe des Kouashi est total, tout comme notre soumission (1)

Le frères Kouashi ont totalement réussi leur "mission". Al Qaida, leur employeur, a totalement réussi la sienne.

A peine la tuerie de Charlie Hebdo connue et contrairement aux prévisions de tous les commentateurs, sans exception, j'avais annoncé que, comme il n'y avait pas eu un avant Charlie Hebdo, il n'y en aura pas un après non plus. Pis et contrairement à ceux dont les opinions ont fait bondir la "popularité" de Hollande de plus de 20 points, je puis affirmer que l'après sera, est déjà, pire que l'avant. La marche "islamiste" de l'Occident est inexorable et les gesticulations, déjà mourantes, des 28 ministres des affaires étrangères de l'Europe n'y changeront rien. Non seulement il n'y aura pas de renforcement de la lutte contre le terrorisme (vous remarquerez que, depuis l'affaire Charlie Hebdo c'est le seul terme dont l'autorisation d'utilisation a été donnée) mais il n'y aura pas de lutte tout court. J'avais déjà annoncé, au lendemain de cet évènement que l'Europe se soumettra et je crois pouvoir dire que c'est déjà le cas. La chose est en réalité simple : entre des assassins prêts à mourir et des gens qui campent 3 jours devant un Apple Store pour acquérir le dernier né des i-Phone, il n'est pas difficile d'imaginer qui aura le dernier mot.

Reste bien sûr le magot, les 15 millions de recettes des ventes du dernier numéro de Charlie Hebdo à partager. Vous remarquerez d'ailleurs, là aussi, qu'en l'espace de 24 heures (début des manifestations islamistes à Jakarta, Ankara et ailleurs dans le monde mahométan) plus personne ne prononce les mots Charlie Hebdo et personne ne parle des "impressions" supplémentaires de ce numéro. Au fait, où en est-on exactement de cette histoire ?

L'après Charlie Hebdo, pardon "attentats à Paris", a donc déjà commencé. Il marque le triomphe de la "stratégie" des terroristes (attention, c'est le seul terme qu'il est permis d'employer) : la peur qui glace leur victimes potentielles. Nous allons donc effacer gentiment tout cela et repartir dans nos gesticulations habituelles : meilleure "surveillance" des sujets présentant un risque de radicalisation (je jure que je n'invente pas ces termes. D'ailleurs radicalisation en quoi ?), meilleur partage des informations au sein de l'Europe, meilleure surveillance et "accompagnement" dans les prisons (pour, de nouveau, diminuer les risques de...radicalisation), renforcement de la lutte contre le terrorisme, meilleure intégration de "nos compatriotes" (vous remarquerez aussi que personne, absolument personne, ne nous dit pourquoi, parmi tous les nouveaux venus dans nos contrées, seuls ces compatriotes-là sont concernés par cette...affaire).

Mais....chuuuuutt. ça, c'est tabou.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (17)

21/01/2015

Tuerie de Charlie Hebdo, prise d'otage à Bangui et MEDIAS : entre soumission et misérabilisme

Cela ne fait donc pas de doute : on est déjà l'ère de la soumission la plus totale. Une soumission mêlée à une bassesse d'esprit sans fond.

Cela n'aura donc échappé à personne qu'à l'occasion de la tuerie de Charlie Hebdo et alors que le terme Islam était déjà tabou, même islamisme était devenu imprononçable et ne parlons pas des amalgames et autres stigmatisations. Pis, depuis quelques jours, on n'entend parler que des "attentats de Paris". Même Charlie Hebdo a disparu des commentaires des "confrères". 

Ce n'est donc plus la tuerie de Charlie Hebdo, mais les attentats de Paris. Ce ne sont pas des assassins islamistes (d'ailleurs est-ce que quelqu'un a entendu l'un d'eux se réclamer d'un quelconque Islam ?) mais des terroristes...tout court.

L'Islam n'y étant pour rien, l'islamisme non plus et le jihadisme encore moins, c'est maintenant une lutte contre le "terrorisme". Et c'est le seul et unique terme qu'on entend. Inutile bien évidemment de poser la question de savoir le terrorisme de qui. Vingt huit ministres des affaires étrangères qui se réunissent pour "élaborer un plan de lutte contre le terrorisme" mais personne ne sait de qui on parle.

C'est EXACTEMENT au même moment qu'une femme membre d'une ONG opérant a Bangui se fait enlever par des miliciens qui demandent la libération d'un de leurs chefs arrêté la veille et là, ça n'a pas manqué : pas une seule fois, je dis bien pas une seule, que la nouvelle n'a été relayée sans que le journaleux minable n'ajoute derrière "une milice chrétienne". Ce quelque soit le media en question.

Je disais soumission et misérabilisme mais c'est bien pire que cela. Et, en vérité je le dis et le crois : ils méritent et mériteront tout ce qui leur arrive et arrivera.

Soumis et misérables.

Vous avez dit...suicide ?

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

14/01/2015

La signification exacte du sosialisme, de la démocratie et de la liberté

La voici. Je n'en fais pas de copie. Histoire de voir combien de temps ce courageux socialiste laissera son billet à la vue des "lecteurs"

http://rogerdeneys.blog.tdg.ch/archive/2015/01/10/pas-de-...

Inutile de s'étendre sur le sujet. Après avoir allumé l'incendie, l'alimenter avec toutes leurs forces par les démissions successives, la permissivité coupable voire même criminelle, les socialistes font ce qu'il ont toujours fait : c'est la faute aux autres, forcément extrémistes.

Et pour faire bonne mesure, mais surtout honneur à l'histoire et à la vraie nature des siens, CE personnage "baigné" dans le socialisme, d'après sa "biographie", propose, pour "sauver" la démocratie (la sienne, bien évidemment, celle de Staline, Ceausescu, Mao, Kim IL Sung et ses descendants) de bannir l'FN, l'UDC et le MCG. Ce sont, d'après ce socialiste, eux qui ont envoyé les tueurs de Paris au Yémen et en Syrie. Ce sont eux qui ont financé leur apprentissage du Jihad dans ces pays et ce sont aussi eux qui ont planifié leur retour et le carnage de Charlie Hebdo.

Peu importe, d'après le socialiste, que 30% du peuple vote pour "EUX". Au contraire, c'est, d’après ce socialiste, précisément parce que 30% des gens votent pour eux qu'il faut les bannir. Ils n'ont pas leur place dans la démocratie, la sienne, bien évidemment. Sa démocratie est celle du...socialisme. Là où le peuple vote "utile". La République où, pour sauver la démocratie socialiste, personne n'a droit à la libre expression, sauf les socialistes, bien évidemment. Ne sont-ils pas les mieux placés pour savoir où se trouve le bien du peuple ? L'Histoire ne regorge-t-il pas d'exemples édifiants à ce sujet ? Le triomphe du socialisme dans l'URSS, la Chine de Mao et la Corée du Nord de la famille Sung ?

Ainsi, la rengaine socialiste n'a pas changé : pour sauver la démocratie, il faut l'interdire. Pourtant, ça s'appelle "une démocratie populaire" où le peuple est dictateur. On voit ce qu'il en est en réalité. Pour sauver la liberté d'expression, il faut l'interdire aux non socialistes. Ces derniers ne savent pas s'exprimer. Effectivement, ils n'ont pas passé leur temps à ne rien faire, sauf à arpenter les facultés des études interminables de ceux qui ne savent pas quoi faire de leur vie.

Lorsque la démocratie aura triomphé, on peut toujours rêver, une lueur d’espoir pourrait alors pointer dans l'horizon. Celle où le Peuple votera pour celles et ceux qui se préoccuperont vraiment de son bien-être, passant moins de temps dans les cafés consacrés aux bavardages gauchistes et un peu plus de temps à travailler...comme tout le monde. Et lorsqu'un gauchiste ne parvient pas à faire passer sa perversité maladive, il devient dictateur.

Démocratie et liberté d'expression, oui mais à une seule condition : que les gauchistes en soient les seuls auteurs. Le Socialiste dont il s'agit dans ce billet, tout comme pour tous ses confrères, n'a rien inventé à ce sujet. Son ancêtre, Staline, a déjà fait une grande partie du boulot à ce sujet.

Voyez-vous, ils prouvent jour après jour ce que j'ai décrit dans mon billet consacré aux dictateurs, les vrais, de gauche : appeler à faire taire tous ceux qui ne sont pas de leur avis.

Cela ne les empêche bien sûr pas de défiler en disant : "Je suis Charlie".

Alors, quitte à verser dans le banal, je dis vive la démocratie et à bas les dictateurs. Ils se reconnaîtront dans les couloirs des partis de gauche.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8)

13/01/2015

Appel lancé à Ouardiri, Ramadan et l'Imam de la mosquée de Genève

A mon billet du 19.09.2014, que voici de nouveau (on autorise à frapper sa femme comme un âne) le sang de Monsieur Ouardiri, homme de paix selon son ami Décaillet, n'a fait qu'un tour. Il m'a donc fait parvenir ce commentaire :

"Cher Monsieur,

J'ai lu votre article et les commentaires qui s'enchainent et qui ajoute la haine à la haine et de l'ignorance à de l'ignorance ainsi que les vidéos que vous nous avez proposé comme arguments contre l'Islam...

Ces marionnettes ignobles sont des imams diaboliques qui sont les pires ennemis de l'islam qui falsifient le vrai message de l'islam qui prône le respect et la dignité de l'être humain "femme et homme" et qui a engendré une civilisation extraordinaire qui nous profite encore et ce lorsque les musulman(e)s vivaient avec intelligence, raison et intuition.

Aujourd'hui à cause de cette minorité d'excités, psychopathes, pervers narcissiques enrobés et enturbannés ,l'islam est défiguré et transformé en une horrible idéologie morbide et barbare.

Ce sont des frustrés qui n'ont jamais su goûter à la LIBERTE et à l'EQUITE que nous offre l'islam et ces FOUS sont les pires ennemis de l'Humanité et du monde que l'islam condamne.

Honte à eux et honte à celles et ceux qui nous abusent et nous accusent en usant de leurs cruels délires.

J'invite la majorité des musulmans qui veulent vivre humbles, justes et au service de la paix de pas se laisser prendre par ces prêcheurs haineux et ceux qui instrumentalisent leur propos et leur attitudes haineuses et barbares pour accuser l'islam de tous les crimes qui sont commis par eux en son nom.

Non, ce n'est cet islam que je vis.

Alors de grâce cessez de propager cette propagande empoisonnée car vous devenez complices dans vos extrémismes contre l'immense majorité des musulman(e)s et de l'islam qui ne contraint personne à quoi que ce soit et pour qui seule la liberté,la connaissance et le respect sont les principes qu'il enseigne n'en déplaise à ces détracteurs.

Bien à vous dans la vérité, le respect, et la paix".

J'ai répondu à ce commentaire par un autre billet, que voici aussi (Ouardiri, Ramadan, Décaillet et Al Azhar) et là, silence, comme d'habitude.

Des déclarations vides, à destinations des ignares aveugles qui ne savent rien mais dès qu'on est en face des faits, c'est alors le silence.

Alors voilà, puisqu'il prétend que les énergumènes de cette vidéo sont des fous qui (je vous le donne en mille) ne représentent pas l'Islam et que "l'Islam n'est pas ça", je lui demande humblement de m'indiquer, pour une fois d'une manière claire et précise, où je pourrais trouver des traces de cet Islam qu'est le sien et qui "n'a rien à voir avec ça".

Voici donc la sourate 4 du Coran (à moins qu'il ne le conteste) contenant la majorité des "ordres" exécutés, entre autres, par les Imams de cette vidéo ainsi que par les tueurs de Charlie Hebdo.

 

34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !

Et puisque tout le monde en parle (mais essentiellement pour ne rien dire) ce serait peut-être un pas vers la "réforme" tant souhaitée.

Alors à bientôt mais, plus vraisemblablement si mes prévisions sont justes, à jamais.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

12/01/2015

Des chefs terroristes à la tête d'une manifestation contre...le terrorisme

En dehors des pauvres gens "normaux" pris dans la tourmente des derniers évènements en France, tout, absolument tout, dans cette grande manifestation d'hier m'inspire le dégoût. A la tête d'une manifestation qui se voulait contre le terrorisme, on voit Hollande, Cameron, le Roi Abdallah de Jordanie et même un certain DavutOglu, le premier ministre de la...Turquie.

Hollande qui fournit les armes aux égorgeurs de l'Etat Islamique et dont le ministre des affaires étrangères qualifiait encore hier les tueries abominables du Front Al Nosra de "bon boulot".

Cameron qui partage la passion de Hollande pour les égorgeurs.

Le Roi Abdallah qui fournit le terrain d'entrainement, sous la supervision des Américains, Français et Britanniques, et les bases de départ des terroristes vers la Syrie.

Et, enfin, Davut Oglu, venu "manifester" contre le terrorisme, au moment même où la femme d'Amedy Coulibaly, le troisième tueur, traversait sa frontière avec la Syrie pour aller faire son jihad là-bas. La Turquie où la majorité des terroristes envoyés par la France, La GB, la Belgique et tous les autres passent pour aller s'entrainer et combattre en Syrie. La Turqie qui fournit finances, armement et base arrière à ces mêmes terroristes.

Le dégoût, absolument. J'en ressens même l'arrière goût atroce de la vomissure. Jusqu'à hier encore, lorsque ces assassins égorgeaient joyeusement, crucifiaient, violaient et tuaient, dans les rues de Raqa, Deir el Zor, Alep ou Idlib, ils étaient des combattants pour la liberté. En 24 heures, forcément parce qu'ils sont maintenant dans les rues de Paris, ils sont devenus des ennemis publics. Alors oui, je vous maudits et vous vomis, les Hollande, Cameron, Merkel et même Levrat et Sumarruga, qui étaient présents.

Quelques heures ont donc suffit pour qu'un personnage aussi sinistre que Cazeneuve, le ministre de l'intérieur de la République, aille jusqu'à déclarer qu'il faudrait "une stratégie en Syrie" afin de régler la question du "terrorisme dans ce pays". Du terrorisme ? En Syrie ? Depuis quand ?

Oui, je vous maudits et vous vomis.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4)

11/01/2015

Houellebecq se soumet. Les autres suivront et personne n'est Charlie

Comme prévu, l'ancien prix Goncourt, à l'instar du "héro" de son dernier "roman", s'est bien soumis. Il renonce donc à la "promotion" de son livre. Sans doute ne souhaite-t-il pas rencontrer le même sort que Charb, Cabut et les autres de Charlie Hebdo. Le même que celui réservé à Eric Zemmour, ainsi qu'à toute autre personne s'approchant du carré interdit de cette "religion" de paix et d'amour qu'est l'Islam d'Allah et de son prophète. Et ne vous y trompez pas, une fois la période des déclarations enflammées et tout aussi hypocrites que minables terminée (entre 48 et 72 heures, prolongée à cette occasion de 48 heures pour cause de manifestation "républicaine"), personne (j'en prends tous les paris) ne fera rien pour honorer sa promesse d'être un Charlie.

Ainsi, tout comme tous les attentats qui l'ont précédé et ceux qui le suivront, il n'y aura ni avant ni après Charlie Hebdo. Il n'y aura rien. Tout comme il n'y avait pas eu d'avant ou après Mouhammed Merah, ni un avant ou après Nemouche (celui du musée juif de Bruxelles). Les auteurs de ces tueries se sont fixé un objectif. Ce dernier est "parfaitement" atteint, contrairement aux assertions des dizaines des rigolos qui ont arpenté les plateaux de toutes les télés. Les déclarations des minables à la tête de cette nation moribonde ne trompent pas. La mesure et la précaution avec lesquelles Hollande, Walls, Cazeneuve et les autres ont annoncé la "suite" sont à ce propos très révélatrices. Cette fois, ils savent que leur bébé a grandi et en a engendré beaucoup d'autres, qui sont prêts.

Faisons un petit calcul. Trois énergumènes ont réussi, trois jours durant, à mobiliser la presque totalité de toutes les polices de l'Hexagone. Imaginons juste un instant la situation où, éparpillés aux différents coins de la France, 50, 60 ou même 200, 300, 400 de ces "enfants de la République" prennent des otages, tuent et massacrent. C'est précisément pour cela que les réactions des pleutres sont à ce point mesurées. C'est aussi pour cette raison que, contrairement aux habitudes de ces mêmes couards, aucune annonce fracassante n'a été faite : pas de nouvelles lois, pas de mesures spéciales...rien.

Nous pouvons maintenant imaginer et comprendre ce qui se passe en Syrie et en Irak. Ce ne sont pas 3, 50, 60 ou même 200, 300, 400 de ces déchets inhumains qui sèment la terreur dans ces pays, mais des dizaines de milliers prenant en otage des villes entières. Des dizaines de milliers d'égorgeurs financés, entrainés et armés par cette même France maudite. Fabius, qui garde un silence assourdissant depuis le début de cet "évènement" (et personne n'a relevé ceci et pour cause) l'a bien dit :

"Sur le terrain, ils font du bon boulot". Il s'agissait en l'occurrence du Front Al Nosra, branche syrienne d'Al Qaida.

Et bien, puisque je ne suis pas Charlie et n'ai aucune envie de l'être, je souhaite de tout cœur que le diagnostic de ce criminel soit juste, sur le terrain de la République.

Je ne suis donc pas Charlie. Je suis Maaloula, Alep, Damas, Homs, Deir El Zor. Je suis Kobané, Raqa et Kamechli. Je suis Kassab, Moussoul, Tikrit et Erbil. Je suis chrétien d'Orient. Je suis Yésidi et kurde. Je suis les centaines de femmes esclaves sexuelles de ceux qui font du "bon boulot" selon Fabius. Je suis les 14 enfants syriens morts de froid dans les camps de réfugiés au Liban. Je suis les organes prélevés par les docteurs "occidentaux" sur les réfugiés syriens en Turquie. Je suis toutes celles et tous ceux que personne ne pleure.

Je suis tout cela.

Mais je ne suis décidément pas Charlie.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

09/01/2015

Les ploucs qui n'aimaient pas les amalgames

J'ai de la difficulté à trouver une phrase par laquelle commencer ce billet. Dès lors, j'ai décidé de m'inspirer d'un commentaire qui m'a été envoyé par un lecteur et l'en remercie d'emblée.

Trois individus portant des brassards a croix gammée ont commis un massacre a l'arme automatique au siège du PS à Berne, où se tenait une réunion du Comité Directeur, en hurlant heil Hitler. Il y aurait aux moins une douzaine de victimes, parmi lesquelles se trouve le président Levrat ainsi que plusieurs grandes figures présentes à cette réunion.

Devant répondre à un besoin naturel urgent et donc absente au moment des faits, Ada Marra,figure du parti et conseillère nationale, après un bon moment passé dans la cellule de soutien psychique, a fait la déclaration suivante : "Nous devons tous nous lever pour combattre tout amalgame entre le national socialisme et le terrorisme. Je suis certaine que la majorité des nationaux socialistes modérés désapprouvent cette violence. Il faut faire preuve de pédagogie de façon systématique afin de démontrer en quoi ce courant politique n’a rien à voir avec les dérives qui se réclament de lui. Et surtout, considérer enfin les Suisses nationaux socialistes pour ce qu’ils sont, à savoir des citoyens qui doivent se prononcer en tant que tels et non pas comme adeptes d’une doctrine".

Le hasard a fait qu'un évènement similaire et aussi tragique ait eu lieu à Paris, dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo, où une douzaine de personnes avaient été massacrées. On apprend, cela reste à confirmer, que les auteurs seraient des "islamistes" (et non pas des musulmans, comme certains esprits malveillants essaient de le faire croire) qui criaient "Allahou Akbar" en tirant sur les personnes présentes à la réunion de rédaction.

Et voici que les attardés post 1968 montent au front. En parcourant les publications de certains blogueurs sévissant sur ce site, je tombe sur le texte d'un "Plouc" (au surplus "chez les Bobos", ce qui tombe bien) qui publie ceci :http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2015/01/08/terrorisme.... Avec le titre, j'ai compté pas moins de 9 fois où le mot "amalgame" a été écrit. Je ne vais pas être long. Au Plouc chez les Bobos, j'offre ce dessin, que Charlie Hebdo pourrait peut-être publier. Il y a de cela quelque temps, l'auteur de ce billet appelait le président syrien de "gazocrate de Damas".

 

 

10443413_759509890805924_4939787449089958791_n.jpg

Hier, dans son "Genève à Chaud", un grand spécialiste de l'Islam "modéré" consacrait l'édition du jour à l'évènement parisien en invitant sur son plateau, pour la deuxième fois en une semaine, un certain Hafid Ouardiri, chantre de la modération que le "journaliste" a qualifié "d'homme de paix". "Presque" comme d'habitude, tout le monde était d'accord. Pas la moindre voix discordante. Et, là aussi, il faut surtout éviter les...amalgames. Il y a de cela quelque temps, ce même journaliste se fendait d'un billet brûlant, qu'il a ruminé pendant trois ans (rendez-vous compte) où il nous expliquait à quel point il était en colère. http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2014/09/16/res.... Le journaliste est présenté comme "indépendant". Je suppose qu'il s'agit d'indépendance économique. Quand à celle, d'esprit, il faut repasser.

Sur la RTS, Rochebin, qui "invitait" Colin, s'est bien mis d'accord avec ce dernier pour appeler à éviter les...eh hop...les amalgames. http://www.lesobservateurs.ch/2015/01/07/television-roman....

A tous, pour éviter l'indigestion, y compris des auteurs, ce qui serait un grand dommage pour nous tous, je suggère quelques synonymes...gratuitement.








10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (24)

08/01/2015

Charly Hebdo : œuvre de "détraqués". L'Islam, lui, est une "religion" de paix et d'amour

Mon billet d'hier s’intitulait "Houllebecq, au-delà de la soumission". Je ne savais pas que ce qui y était prévu se réaliserait aussi vite.

Ainsi, hier matin, deux "détraqués" ont attaqué à l'arme de "guerre" les locaux de Charly Hebdo, journal satirique. Et au moment où ces lignes sont écrites (mercredi 7 janvier 2014 à 13h48) on nous apprend qu'au moins douze personnes sont mortes et que quatre autres luttent pour rester en vie. Au moment où ces lignes sont écrites, aucun média "confrère" n'a encore "osé" prononcé le mot Islam. Le minable à l'écharpe rouge de l'Expresse, un certain Christophe Barbier, a même poussé l'abjection jusqu'à (de nouveau) parler "d'illuminés, comme ceux, Catholiques, qui se sont attaqués au journal pour des illustrations outrageantes de l'enfant Jésus". Inutile bien évidemment de citer les déclarations de Hollande, Walls ou Caseneuve. Quant à Laurent Fabius, il doit jubiler (je dis bien qu'il doit jubiler). Il doit certainement se dire qu'ils ont fait du "bon boulot".

Quel est le rapport entre cet acte horrible (cela dépend pour qui car, pour l'Islam, c'est même un devoir) et la soumission ? Eh bien cela est simple : toutes les premières déclarations, attitudes et pensées des différents acteurs politiques et, surtout, médiatiques, vont dans le même sens : ne pas désigner le coupable, le vrai (car il n'y en a qu'un) mais faire tous les détours possibles et imaginables pour éluder l'essentiel. La soumission a donc bel et bien commencé.

Je disais plus haut que tout est fait pour ne pas désigner le coupable et on est certainement tenté de penser à l'Islam. Je dois vous avouer que je commence moi-même à changer d'avis petit à petit à ce sujet. Le vrai coupable n'est pas l'Islam, les vrais criminels ne sont pas les islamistes. Ceux qu'il faut conduire à l'échafaud sont bel et bien les Hollande, Walls, Caseneuve, Fabius et tous ceux à cause de qui on en se trouve là. Les vrais criminels ne sont jamais les petites mains qui exécutent les basses besognes, aussi horribles soient-elles, mais bel et bien ceux qui préparent le terrain, planifient et cultivent un terreau fertile propice à "l'éclosion" de telles horreurs. Walls, le premier ministre de la République Française, a apparemment élevé le niveau du plan Vigipirate au maximum (risque terroriste). Ni lui, ni son président ni encore son ministre de l'intérieur, lors de leurs allocutions respectives, n'ont une seule fois prononcé le mot Islam ou même islamiste (même cela devient tabou). Ils n'ont en revanche pas oublier de condamner "tous les extrémismes de quelque bords que ce soit". Décidément, l’anti-christianisme de cette gauche minable est au-dessus de tout. On se demande à quand un plan Vigipirate pour l'UMPS.

Sur France Info, un acteur, semblant très affecté par l'évènement, n'a rien trouvé de mieux que de "condamner tous les extrémistes, de quelque bords que ce soit : vous savez, il y a des Catholiques qui ont fait des choses terribles". C'est tout ce qui intéresse ces minables. Et vous savez, je reviens vers mon article d'hier, et celui d'avant : la couardise et la lâcheté poussées à leur paroxysme. Des pleutres minables.

Il parait que la République a "tout mis en œuvre afin de rattraper ces criminels et...les traduire en justice". J'adore cette formule.

La France n'attrapera personne et personne ne sera traduit en justice. La France se "soumettra". Et maintenant que Charly Hebdo va probablement disparaitre, beaucoup de "confrères" hypocrites, derrière le chagrin de façade qui ne trompe personne, doivent eux aussi jubiler. Le bras "médiatique" des Islamistes a maintenant le champ encore plus dégagé. Il faut demander à La Liberté (du côté de la Sarine) ce qu'elle en pense. Il faut surtout demander au criminel en chef, Edwy Plenel, pour qui c'est une immense chance pour la France d'être le premier pays musulman d'Europe, ce qu'il en pense. Quoique, il a peut-être raison, le bougre. Quand elle deviendra complètement musulmane...

La mafia a ses tueurs.

Hollande, Walls, Caseneuve, Fabius et, plus généralement, la gauche, ont les leurs.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

07/01/2015

Houellebeq : au-delà de la soumission

Après Eric Zemmour, il semblerait bien, au vu des premières réactions et commentaires, de ceux qui, semble-t-il, ont lu l'ouvrage, que Houllebecq est bien placé pour reprendre le flambeau, avec tout ce qui va avec. La différence étant bien entendu le désintérêt, du moins à la surface, de l'écrivain pour les médias, ce qui est de bonne augure.

Houellebecq nous parle donc d'un scénario où, pour résumer à l'extrême, un ressortissant "français" musulman serait élu président de la République en 2022. S'ensuit les conséquences habituelles qu'on peut imaginer si cette secte prenait effectivement le pouvoir : copier, petit à petit, ce à quoi nous assistons aujourd'hui dans les pays musulmans. Imposer, selon les commentateurs, petit à petit, le port du pantalon et interdire les jupes, interdire la viande de porc, un professeur d'université qui se convertit à l'islam pour garder son poste dans une Sorbonne qui a été rachetée par les Saoudiens, ce qui par ailleurs lui permets d'épouser trois femmes, etc.

Scénario possible ? Je dirais que oui mais je crois que cela n'est pas le plus important dans l'affaire, loin de là. Non, ce qui devrait nous interpeller est plutôt la "réaction" de nos "concitoyens", notamment celles et ceux qui passent leur temps à défendre les "libertés", "démocratie" et droits de l'homme, de la femme, de l'enfant, des minorités, de tout et, surtout...de rien. La réaction des Hollande, Cambadélis, Fabius, Walls, Belkacem mais aussi de leurs "confrères" bien de chez nous, les Ada Marra, Amarelle, Sommaruga et autres Levrat, s'ils sont encore en vie.

Eh bien, j'en prends le pari : tout comme maintenant, ils ne soulèveront pas la moindre objection. Ceux-là mêmes qui ne laissent rien passer (je dis bien rien) lorsqu'il s'agit de féminisme, des droits de l'homme, de la femme, des enfants, des animaux, des arbres, de tout et de rien, qui souillent les autels des églises poitrines au vent, qui défilent dans les rues pour "défendre" les droits des homosexuels (plus généralement LGBT), qui appellent à ce que l'on enlève les pissoirs dans les écoles (histoire que les garçons ne voient pas la différence anatomique qu'ils ont avec les filles), qui votent des lois (cela est passé aux Pays Bas) pour que deux personnes prises d'une envie soudaine d'en découdre "sexuellement" puissent le faire publiquement (il s'agit en l'occurrence de jardins publics BFMTVl, ils accepteront non seulement sans rechigner, mais seront même les premiers à se soumettre. C'est en cela que leur attitude va au-delà de la soumission. Au-delà car, champions toutes catégories de toutes les "luttes" relatées plus haut, ils ne le font qu'à la manière des pleutres, ceux qui osent uniquement lorsqu'ils sont certains de ne rien risquer. Leur "lutte" est celle des "lotis" branchés qui, n'ayant pas grand chose à faire, s'occupent de ce qu'ils peuvent et partent en courant dès que les choses deviennent sérieuses. Certains de ne rien risquer, effectivement, dans des "démocraties" moribondes et épuisées, décadentes dans le sens historique du terme (la décadence qui a fait tomber Rome), ils osent tout. Mais, on vient de le dire, uniquement dans nos démocraties, ou ce qu'il en reste, en attendant que les barbares des temps modernes viennent "serrer les vis". Ils se tairont, accepteront sans rechigner et, pour justifier leur soumission, déclareront même que cela ne pose pas de problème du moment où la conquête s'est faite...démocratiquement.

C'est très exactement ce que les barbares de cette secte disent : "Allah a mis la démocratie dans ces pays (l'Occident) pour qu'on puisse les conquérir.

Comment tout cela pourrait-t-il finir ? De plus en plus de gens pensent que la prochaine grande guerre aura lieu en Europe et sera...civile. Peut-être mais j'en suis de moins en moins certain. Les couards ne s'y risqueront pas. Il sont déjà au stade de la soumission. Non, je commence petit à petit à croire, qu'au contraire, il faut que la pourriture atteigne les os et la moelle. La soumission, déjà commencée, doit aller à son terme (au-delà de la soumission). L'anéantissement des privilèges poste 1968, œuvre des nantis branchés, est une condition nécessaire et essentielle pour que, éventuellement, un grand feu destructeur (dont l’Europe a historiquement le secret) vienne balayer ces déchets puants. Il parait, foi de cultivateurs africains, mais pas seulement, que la la terre est incroyablement plus fertile après.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)