12/11/2014

Daesh (Etat ISLAMIQUE) n'a rien à voir avec l'Islam ?

Inscrivons tout d'abord les deux affirmations les plus à la mode ces temps-ci :

  • ça, ce n'est pas l'Islam.
  • Tous les musulmans ne sont pas comme ça.

A remarquer aussi que tous ceux qui nous matraquent à longueur de journée par ces assertions s'en contentent, sans qu'ils ne nous expliquent, puisque "ça" ce n'est pas l'Islam, ce que ce dernier EST. Il y en a même qui, après avoir visité quelques mosquées à Istanbul et "ruminé" pendant 3 ans (rendez-vous compte) accusent les autres de "méconnaissance de l'Islam" et de "ignorance crasse".  La logique voudrait normalement que ces derniers disposent donc des "connaissances" nécessaires du domaine en question. Nous partons donc du principe que M. Pascal Décaillet est un grand connaisseur de l'Islam et qu'il pourra nous enlever la "crasse" qui recouvrent nos cuirs épais.

Une fois ceci "liquidé", voyons ce qu'il en est. Parlons donc de FAITS et de rien d'autre.

La barbarie de l’État Islamique n'a rien à voir avec l'Islam ? C'est l'exact contraire qui est vrai. J'irais même plus loin. Féru d'histoire et, contrairement à l'assertion très prétentieuse de Décaillet, connaissant très bien celle-ci, ce que l’État Islamique nous fait voir depuis quelques années fut une véritable révélation pour moi. Pour la première fois dans l'histoire, nous assistons à un "remake" parfait d'un événement historique. Je connaissais bien cette Histoire (d'abord parce que j'y étais obligé, sur les bancs de l'école où on nous "apprenait" la "lumière" apportée par les conquêtes de l'Islam et ensuite parce que je voulais enlever la "crasse" qui me couvrait). Mais je la connaissais par le truchement des livres d'Histoire, études d'historiens, etc. Et, à l'instar de quelques autres événements historiques, certains aspects restaient pour moi obscures : la fulgurance, la rapidité et la "facilité" avec lesquelles les "conquérants" de l'époque ont pu anéantir des civilisations pourtant millénaires. Ce jusqu'à ce que les protégés de Fabius (ils font du bon boulot sur le terrain), appliquant à la lettre les mêmes recettes de leurs aïeuls, conquièrent en quelques jours, voire même en quelques heures, des villes telles que Mossoul, Raqa, etc. : la terreur et la barbarie poussées à leur paroxysme. Cette barbarie qui paralyse et coupe les membres et anéantit l'esprit de l'adversaire. Des villes et villages où il n'y a ni adversaire, ni État, mais de simples villageois démunis et loin de tout. A l'époque, ce fut strictement pareil : la terreur qui précède les envahisseurs et où les populations conquises, exactement comme aujourd'hui, avaient le choix entre se convertir, payer le tribut ou mourir, de la manière la plus barbare possible. En ce qui concerne les femmes (prise de "guerre") on procède exactement de la même manière d'il y a 1400 ans : offertes aux "guerriers" de l'Islam.

Mais cela n'est pas l'Islam. Ce dernier est une "religion" de paix, de fraternité et de tolérance. A remarquer que, en dehors de ces poncifs devenus épuisants, personne (Décaillet, Ouardiri et quelques autres) ne nous a encore montré où trouver des preuves de ces qualités exceptionnelles. Quant à savoir que faire des paroles "divines" appelant à tuer les "mécréants" et les "agnostiques", là, ce n'est même plus le silence assourdissant mais carrément la mort. Ce qui n'empêche pas de traiter les autres "d'ignares".

Enfin, tous les musulmans ne sont pas comme "ça". Oui, on le sait. Tous les Allemands n'étaient pas des Nazis, c'est certain. Cela n'a empêché ni la deuxième guerre mondiale, ni l'Holocauste.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)