18/09/2014

Sanctions contre la Russie : l'Europe bientôt à genoux ? Espérons-le.

Il n'y a pas un seul "analyste" ou "spécialiste" (toujours eux), de la Russie, de l'Ukraine, des finances, de l'économie mondiale, du pétrole, de ceci et de cela, de tout et de rien, qui n'ait prédit la chute du "régime russe" à plus ou moins courte échéance : la débandade économique y conduira inévitablement.

Avant hier, on apprenait dans l'édition du 19h30 du TJ, que l'OCDE révise à la baisse, un demi point, la croissance économique européenne à à peine 0.8% en moyenne. Pis, ou mieux, la locomotive européenne, l'Allemagne, voit son horizon économique s'assombrir et les prévisions de croissance descendre à 1.4%...au mieux. C'est dans le même sujet qu'on voit les acteurs de l'économie allemande, pas uniquement les producteurs de fruits et légumes mais de grandes entreprises de fabrication de machines, confirmer les effets directs des mesures de rétorsion russes sur la marche de leurs affaires.

Ainsi et bien plus vite que quiconque n'eut pu l'imaginer, la magie se retourne contre le magicien et la balle, que les laquais de Bruxelles ont tirée sous les ordres de leur maître d'outre Atlantique, s'est vite allée se loger dans leur pied.

Et il est fort à parier que l'histoire ne s'arrêtera pas là.

Car il ne faut pas oublier que si les Européens, fidèles à leur courte vue légendaire, se sont précipités tête baissée dans le piège tendu par leur "allié" américain, faisant même de la surenchère en décidant d'une troisième série de sanctions au soir même de la signature de l'accord de cessez-le-feu entre le gouvernement de Kiev et les "rebelles" du Dombass, encouragés en cela par leur certitude quant à la "faiblesse" de la Russie, cette dernière n'a, entre temps, rétorqué qu'en laissant quelques cagettes de pommes sur le quai...histoire de voir. De nouveau, il est fort à parier que les Russes ne commenceront à montrer leurs cartes/atouts que maintenant et petit à petit : machines, machines-outils, industrie lourde, automobile et, bientôt avec l'arrivée de l'hiver...le gaz et le pétrole. Mais le plus drôle serait de voir ce que les Français feront le 31 octobre, date contractuelle prévue pour la livraison du premier Mistral : Il sera livré en temps et en heure. J'en prends le pari. Car les minables, quel que soit leur bord, n'ont jamais eu les moyens de leurs ambitions, pour autant qu'ils n'en aient jamais eues.

Pour revenir aux "spécialistes", ceux-ci nous expliquent aujourd'hui que l'industrie européenne commence à souffrir (Opel licencie déjà et baisse sa production) car la baisse du rouble "rendait l'acquisition des produits d'importation de plus en plus difficile, pour les Russes.

Ce sont ces mêmes spécialistes qui, hier, nous disaient que cette même baisse, de ce même rouble, est le signe du succès et de l'efficacité des sanctions européennes.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Cette UE est décidémment devenue un nid de traîtres face aux populations d'Europe.
On ne sait plus discerner où se situe l'incompétence, la veulerie, l'opportunisme ou l'arrivisme personnelle. Impossible d'aller chercher une once de véritable vision.

L'ensemble montre un tableau décadent où se mélangent putréfaction et autosatisfaction.

Il ne reste qu'à espérer que le choc de la balle dans le pied opère un sursaut de lumière salutaire

Écrit par : aoki | 18/09/2014

J'ai vu ce reportage au JT, et je partage votre analyse.

Conséquence de tout cela: l'UE a signée un mini-accord avec l'Ukraine, pas l'accord initialement prévu. Et il ne sera effectif qu'à fin 2015 (au mieux), car l'UE discute avec la Russie de ce qu'il doit advenir de l'Ukraine. La "révolution - le putsch - du Maïdan doit laisser place à un réveil amer du côté de Kiev.

Écrit par : hommelibre | 18/09/2014

" cette même baisse, de ce même rouble,"

Si actuellement il y a une monnaie de singe, ce n'est pas le rouble mais le dollar us. La planche à billet tourne tant et plus pour soutenir l'effort impérialiste, mais ne correspond plus à la production du pays qui vit à crédit. Voir les analyses d'Emmanuel Todd. Et pour l'Ukraine, c'est ici:

http://www.atlantico.fr/decryptage/emmanuel-todd-seul-pays-meme-casser-zone-euro-et-logique-destructrice-c-est-france-1617240.html

Écrit par : Johann | 18/09/2014

cher monsieur Gowrié, nous divergeons sur al-jazira et la presse mais nous convergeons sur les sanctions européennes: 100% d'accord avec votre analyse!

Écrit par : Guy Mettan | 18/09/2014

Il ne faut pas oublier que les Russes en un jour d'août 1998 ont vu leur monnaie dépréciée de 50%. Ils ont survécu. Ils sont capables de supporter des privations. Alors que chez nous on crie au crime capital de devoir renoncer à sa bagnole et que certains s'apprêtent à approuver un nouveau sacrifice au dieu bagnole.

Écrit par : Johann | 18/09/2014

L'Argentine et la Russie vont prochainement négocier leurs échanges dans leurs monnaies respectives.

Voilà qui va donner un souci supplémentaire aux petits malins atlantistes et européens qui pensaient coincer la FDR dans le préau.

Manque de pot, la production agro-alimentaire d'Argentine et les technologies de la FDR s'entendront très bien, sans recours à la monnaie de singe qu'est le dollar ni à la monnaie perdue qu'est le roro.

Le temps est venu pour un basculement des véritables identités monétaires sérieuses!

Écrit par : Keren Dispa | 18/09/2014

La Pologne (et pas seulement !), ne sait plus quoi faire de ses pommes.
Ce n'est que le début, mais c'est déjà ça ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26/09/2014

Les commentaires sont fermés.