20/06/2014

Les observateurs de l'OSCE : ni observateurs, ni OSCE. Qu'en pense Didier Burkhalter ?

Tout a commencé par une "petite" curiosité.  Faisant des recherches sur un moteur assez connu, je fus frappé par ce fait : l'article le plus récent remonte au…30 mai. Depuis, plus rien. Je ne voulais cependant pas m'arrêter là et continuai mes recherches pour, enfin, tomber sur quelques lignes publiées dans Le Figaro.fr, le 18 juin. On y lit que l'OSCE réclamerait encore la "libération inconditionnelle de "ses" observateurs.

Décidément, mentir, pour les uns (OSCE, EU, USA, …) et se contenter de faire de la télé réalité pour les autres (RTS, France Info, France 2 et 3, TF1 et la presque totalité de ceux qui se rangent sous le label "média") devient la règle. En effet, on n'a plus rien entendu sur ce sujet depuis des semaines. Et pourtant.

Continuant mes recherches, je tombe sur un très long article, assez bien documenté, publié sur le les blogs de MEDIAPART, auquel je repris le titre de mon billet et dans lequel on apprend qu'un certain Klaus Neukirch, directeur adjoint du Centre de Prévention des Conflits à…l'OSCE (oui, vous avez bien lu), aurait tenu les propos suivants :

  • Les personnes retenues n’étaient pas membres de l’OSCE
  • Compte tenu du fait que ce ne sont pas des membres de l’OSCE, celle-ci ne négocierait pas leur libération
  • L’OSCE n’avait fait aucune estimation des risques encourus pour cette mission puisque… ce n’était pas une mission de l’OSCE (la journaliste semblait, déjà, avoir du mal à comprendre).
  • Il s’agissait d’observateurs militaires européens œuvrant dans le cadre d’une mission militaire bilatérale entre l’Allemagne et l’Ukraine pour le compte d’une branche des forces armées allemandes, la "Zentrum für Verifikationsaufgaben der Bundeswehr" (Centre de vérification de la Bundeswehr)
  • Fort logiquement, les négociateurs étaient les autorités allemandes.
  • La vidéo originale de l’interview de M. Claus Neukirch étaient visible directement sur le site de l’ORF, mais le lien y a été supprimé.

Et bien, oui, la vidéo a effectivement été supprimée. Sauf que, on est en 2014. Je l'ai donc retrouvée et pour éviter que cette nouvelle source ne soit supprimée à son tour, je l'ai enregistrée.

L'interview a été faite à l'ORF (non pas à un media…russe)

http://www.youtube.com/watch?v=mWeU_4UEAq8


J'envoie cette vidéo, aujourd'hui même, à la RTS. Nous verrons ce qu'ils en feront.

09:40 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

Les observateurs de l'OSCE : ni observateurs, ni OSCE. Qu'en pense Didier Burkhalter ?

Tout a commencé par une "petite" curiosité.  Faisant des recherches sur un moteur assez connu, je fus frappé par ce fait : l'article le plus récent remonte au…30 mai. Depuis, plus rien. Je ne voulais cependant pas m'arrêter là et continuai mes recherches pour, enfin, tomber sur quelques lignes publiées dans Le Figaro.fr, le 18 juin. On y lit que l'OSCE réclamerait encore la "libération inconditionnelle de "ses" observateurs.

Décidément, mentir, pour les uns (OSCE, EU, USA, …) et se contenter de faire de la télé réalité pour les autres (RTS, France Info, France 2 et 3, TF1 et la presque totalité de ceux qui se rangent sous le label "média") devient la règle. En effet, on n'a plus rien entendu sur ce sujet depuis des semaines. Et pourtant.

Continuant mes recherches, je tombe sur un très long article, assez bien documenté, publié sur le les blogs de MEDIAPART, auquel je repris le titre de mon billet et dans lequel on apprend qu'un certain Klaus Neukirch, directeur adjoint du Centre de Prévention des Conflits à…l'OSCE (oui, vous avez bien lu), aurait tenu les propos suivants :

  • Les personnes retenues n’étaient pas membres de l’OSCE
  • Compte tenu du fait que ce ne sont pas des membres de l’OSCE, celle-ci ne négocierait pas leur libération
  • L’OSCE n’avait fait aucune estimation des risques encourus pour cette mission puisque… ce n’était pas une mission de l’OSCE (la journaliste semblait, déjà, avoir du mal à comprendre).
  • Il s’agissait d’observateurs militaires européens œuvrant dans le cadre d’une mission militaire bilatérale entre l’Allemagne et l’Ukraine pour le compte d’une branche des forces armées allemandes, la "Zentrum für Verifikationsaufgaben der Bundeswehr" (Centre de vérification de la Bundeswehr)
  • Fort logiquement, les négociateurs étaient les autorités allemandes.
  • La vidéo originale de l’interview de M. Claus Neukirch étaient visible directement sur le site de l’ORF, mais le lien y a été supprimé.

Et bien, oui, la vidéo a effectivement été supprimée. Sauf que, on est en 2014. Je l'ai donc retrouvée et pour éviter que cette nouvelle source ne soit supprimée à son tour, je l'ai enregistrée.

L'interview a été faite à l'ORF (non pas à un media…russe)

J'envoie cette vidéo, aujourd'hui même, à la RTS. Nous verrons ce qu'ils en feront.

09:40 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

16/06/2014

Si les ricains n'étaient pas là

Capture.PNG

Cela fait longtemps, très longtemps que l'ânerie de cette chanson, à l’instar de de toutes les âneries allant dans le même sens, me laisse songeur, à défaut d'en rire ou d'en pleurer. Elle a cependant cette vertu : elle nous fait mieux comprendre pourquoi ce monde a cette allure-là. Du moment où il reste des gens qui sont capables, précisément, d'écrire de telles âneries et d'autres, pour les écouter et y croire.

Reprenons donc depuis le début, savoir : si les ricains n'étaient pas là.

Regardez bien le tableau suivant. J'ai souligné l'essentiel mais vous pouvez consulter les détails, pratiquement jour pour jour, sur le lien suivant :http://www.kronobase.org/chronologie-categorie-Front+est-...

les explications, discours et analyses sont superflus.

  Capture.PNG

Ce travail est bien évidemment à la portée de n'importe qui. Il n'a juste jamais été fait.

Avançons un peu et voyons ce qui se serait passé si...les ricains n'était pas là. Pour cela, faisons un bond d'une petite vingtaine d'années dans temps, en janvier 1962 (création, à Saigon, du commandement militaire américain afin d'aider le Sud-Vietnam contre"l'activisme communiste") puis le 7 août 1964 où le "congrès américain" (constitué de démocrates défenseurs des droits humains) vote la résolution du Tonkin, qui permet au président Johnson d'engager massivement l'US Army dans le conflit vietnamien. Dès cette date et jusqu'au 27 janvier 1973 (accords de Paris entérinant le retrait des troupes américaines du Vietnam) :

  1. 7.08 millions de tonnes de bombes ont été largués (3.4 millions par l'ensemble des alliés durant la seconde guerre mondiale)
  2. Entre deux et trois millions de Vietnamiens tués
  3. Un pays entièrement dévasté. Un sol pollué d'où des malformations à la naissance jusqu'à aujourd'hui. L'agent orange utilisé à grand échelle...
  4. La liste est longue

 

1718250_7_8c35_8-juin-1972-trang-bang-sud-vietnam-kim-phuc_78585d6ef8a31edf594f091eeed79bed.jpg

Avançons encore un peu et allons voir du côté du continent sud américain, le 11 septembre 1973, donc quelques mois après la fin "officielle" de la guerre du Vietnam, pour assister au coup d'état du général Pinochet contre Salvador Allende, élu "démocratiquement". Le bilan est visible en cliquant sur ces liens :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Augusto_Pinochet

 

Pinochet.jpg

Restons en Amérique du Sud, là où se tient actuellement la coupe du monde, au Brésil où Joao Goulart fut renversé par la junte militaire, soutenue par les USA  qui instaurera la dictature de 1964 à 1985.

Indonésie, Guatemala, Salvador, Nicaragua...

Afghanistan, en 1979, pour financer, entrainer et aider militairement les Talibans puis, de 2001à aujourd'hui contre, parait-il, ces mêmes Talibans.

Irak, de 2003 à 2012 : 1 million de morts, un pays qui n'existe plus et, exactement comme pour l'Afghanistan, l'avancé des islamistes sanguinaires de l'EIIL, les talibans syro-irakiens, en bien pire.

fr-60minii_us_iraqitortured_09_1_-69041.jpg

Libye : à l'instar tous les autres cas, le pays a simplement disparu.

Syrie, ce même EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant) financé, armé et entrainé par les USA et ses vassaux (France) et "amis" (Arabie Saoudite et Qatar)

Japon : est-ce que Hiroshima et Nagasaki auraient été bombardées à l'arme atomique et les centaines de milliers de civiles innocents tués ?

Hiroshima.jpg

Et, finalement, cette belle et vieille Europe. serait-elle devenue un simple vassal exécutant ouvertement les ordres du maître ? Aurait-elle été obligée, pour aller jusqu'à la frontière de la Russie, supposée être l'ennemie ultime, d'accepter dans ses rangs 28 pays, avec porte ouverte à quelques autres, avec le résultats catastrophiques que l'on sait ? Subirait-elle autant de pressions pour admettre un pays tel que la Turquie (rendez-vous compte !) ? S'islamiserait-elle à une vitesse aussi effrénée ?

Chez nous, notre pays serait-il devenu un simple centre d'espionnage ? L'Ambassade des USA serait-elle devenue le point central de l'espionnage et les grandes oreilles de notre pays au service de la NSA ?

Alors, franchement, si les Ricains n'étaient pas là...

 

 

 

 

09:40 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (18)

10/06/2014

A mes lecteurs : merci et désolé

Absent pendant quelques jours, je remercie sincèrement toutes celles et tous ceux qui lisent et commentent mes billets. Vos derniers commentaire sont publiés ce matin. Quant à mes billets, ils recommenceront à apparaître, au gré des événements, dès demain.

Merci encore

08:35 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

06/06/2014

Du Jihad au coeur de Genève

Décidément, ça va de mal en pis

Lire la suite

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (18)

04/06/2014

Fabius, MAE de la...France : "sur le terrain, les terroristes d'Al Nosra font du bon boulot"

Cela fait un bon moment que certaines personnes se demandent où est-ce que l'on a trouvé cette déclaration. Eh bien, après quelques recherches rapides et en éliminant, comme d'habitude, toutes les sources taxées "d'anti occidentales", on l'a trouvée dans ... Le Monde (cliquez, puis allez à la troisième proposition de Google : Le Monde).

Fabius est même allé jusqu'à regretter la décision des Américains de classer cette "organisation" comme terroriste.

Ceci étant fait, je me suis amusé à parcourir l'article, qui date du 13.12.2012. A l'époque, le comique et ses acolytes se félicitaient des succès "militaires" des terroristes sur le terrain et prédisait la chute de Bachar El Assad en quelques semaines. On attend encore.

Mais cela n'est pas le plus savoureux dans l'affaire, pour autant qu'on puisse trouver une quelconque saveur auprès de ce sinistre personnage. Une année et demi plus tard, RTL.fr publie un article dans lequel on apprend que le même Fabius, oui, oui, vous ne louchez pas, propose de classer Al Nosra comme organisation terroriste au sens de...l'ONU (là, aussi vous pouvez cliquer)

Fabius veut maintenant, en concertation avec la GB, augmenter le soutien à l'opposition...modérée.

Qui est-ce ?

Mon problème, avec cette affaire, est qu'il m'est impossible de continuer à en parler sans employer des termes que la décence, tout comme la censure, m'interdiraient de le faire.

Alors, je me contente juste de cela...

Franchement, regardez-moi ça.

sans-titre.png


10:05 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

02/06/2014

Le feu syrien commence à brûler l'Europe : juste retour des choses ?

De retour chez eux, les terroristes islamistes s'attaquent à ceux-là même qui, trois ans durant, ont tout fait pour les encourager à partir combattre le "tyran de Damas".

Lire la suite

09:34 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (26)