20/03/2014

Vous avez aimé Simféropol. Vous adorerez Donietsk, Odessa Kharkov, Dniepropetrovsk et...Kiev

Les Occidentaux ont franchi la ligne rouge. Déclaration de Poutine, comme l'appelle le sinistre Fabius, ministre des affaires étrangères du non sinistre Hollande. Les Occidentaux, pour la énième fois simples vassaux des Américains, ont commis une erreur fondamentale en traitant la Russie comme s'il s'agissait d'un micro état perdu au milieu du Pacifique. Ils le paieront très cher.

Mais revenons un peu en arrière, au début de cette "crise" ukrainienne, dans ce que j'appellerais : "Le printemps arabe dans les rue de Kiev"

Le schéma de base de "l'EuroMaidan" peut facilement se comparer avec le modèle du printemps arabe. Depuis 2010, ce modèle fut répété pratiquement à l'identique dans cinq pays : la Tunisie, l’Égypte, le Yémen, la Libye et...la Syrie. Le scénario, répété à l'identique, est le même : l'utilisation, au départ, d'un petit groupe,très agressif et parfaitement guidé avec pour but la conquête, éventuellement violente, du pouvoir, en dehors de tout cadre démocratique.

Une tentative de printemps arabe à l'ukrainienne a donc eu lieu début décembre 2013. Le leader du mouvement, un certain Arseniy Yatsenuk, fut présenté par les médias occidentaux comme le seul représentant de "l'opposition" ukrainienne.

Le scénario du printemps à l'arabe semblant être voué à l'échec, il ne restait que la vieille méthode consistant à provoquer les autorités les poussant à l'usage de la force selon une méthode devenue classique : la force excessive contre les manifestants "pacifiques". Mais ce scénario n'a pas vraiment fonctionné non plus. La vieille génération n'est pas vraiment dupe et les autorités semblent avoir appris sur les autres exemples de révolutions "colorées", orange, entre autres. Il devenait dès lors de plus en plus difficile de "simuler" une révolution pacifique. Commence alors la série d'opérations violentes, occupation de bâtiments publiques, blocage des institutions, apparition de milices armés, etc.  De fait, on sait toujours pas ce qu'il est advenu de la conversation de l'Estonien avec l'Anglaise concernant l'implication probable de snipers "pacifiques" dans le massacre de Maidan. Nous y reviendrons. Nous reviendrons aussi sur la distribution de biscuits aux manifestants par Madame Victoria Nuland (nom américanisé provenant en réalité de Nudelman, famille juive d'origine...ukrainienne)

http://en.wikipedia.org/wiki/Victoria_Nuland

 La suite de ce billet sera publiée demain

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

Poutine est un impérialiste qui ne s'est jamais remis de l'effondrement de l'ex-URSS... N'oubliez pas qu'avant d'être président-premier mi nistre-président de la Fédération de Russie, il était un officier supérieur du KGB.

Et puis, l'histoire se répète, sans que l'on puisse néanmoins faire de comparaisons. Mais les Sudètes et la Crimée, vous ne m'enlèverez pas de l'esprit qu'il y a une certaine similitude...

Après ça, qui a franchi la "ligne rouge"? Pour moi, c'est clairement Poutine et la Russie. Et les sanctions devraient être très simples: plus un diplomate, plus un politicien russe, Poutine compris, ne devrait être admis dans l'UE ou aux Etats-Unis... C'est très simple, ça ne coûte rien et c'est symboliquement très fort.

Écrit par : Déblogueur | 20/03/2014

@Déblogueur
J'ai oublié votre dernier point concernant la solution "simple" qui ne coûte rien. Il représente la quintessence même de la pensée impérialiste : non seulement "l'autre" ne peut pas rétorquer, mais il n'a même pas le droit de faire.

Pour information, le volume des échanges commerciaux annuels de l'Europe avec la Russie est de 530'000'000'000 euros. Je vous laisse imaginer les effets d'une guerre commerciale...sur l'Europe. Pour information aussi, les banques européenne ont prêté pour un peu plus de 170'000'000'000 à la Russie. Je vous laisse imaginer le résultat de l'annonce suivante (faite par les Russes, justement) : Nous décidons de ne pas rembourser la dette russe (cela vous rappelle-t-il quelque chose.
Voyez-vous, les cartes, y compris économiques, en mains russes sont bien plus nombreuses que celles dont disposent les "vrais" impérialistes.
Enfin, pensez juste à ce qui se passerait si la Russie décide d'acheter le pétrole iranien et irakien pour s'occuper ensuite elle-même de sa revente, à qui elle veut, tout en coupant, un peu, l'approvisionnement en gaz de l'Europe.

Écrit par : Jean Gowrié | 20/03/2014

@Déblogueur
C'est un avis qui peut se défendre. Je l'accepte tel quel et considère qu'il est intelligent et raisonnable. Le problème est que, c'est le cas la plupart du temps, vous parlez comme ... eux. Tout ce que vous dites est juste. Sauf que, pour prétendre à la qualité de justicier, il faut d'abord être juste. Pour traiter l'autre ...d'impérialiste, il ne faut qu'on soit soi-même le champion de l'impérialisme. Pour accuser Poutine de violer le "droit" international, il ne faut pas passer son temps à le violer. La liste est très longue. Poutine et compagnie ont passé les 3 dernières années à appeler, précisément, à une seule et unique chose : respecter le droit et les règles. Ce que vous dites me convient parfaitement mais il reprend malheureusement scrupuleusement les thèses occidentales : on peut, nous, se le permettre parce qu'on est supérieurs et parce que, nous, nous savons faire la différence entre le bien et le mal et parce que,...
Savez-vous le meilleurs : Obama vient de déclarer qu'on ne peut se permettre de changer (lisez bien cela) les cartes, dirigeants, institutions d'un pays simplement parce qu'on est fort militairement.

Peut-être croit-il sérieusement que ce que les USA font au monde entier : Libye, Irak, Afghanistan et j'en passe (cela devient lassant) c'est parce qu'ils sont...faibles...militairement ? Et puis, justement, pourquoi ne défendent-ils pas "militairement" l'Ukraine ? Ce serait une bonne idée, non ?

Quant aux "sanctions", un autre terme qui devient lassant, je ne crois pas du tout que ce soient les Russes qui en pâtiront le plus.

Quant au symbolisme, laissez tomber. Allez toucher un centime dans la poche d'un allemand, moyen, et regardez ce qu'il en pense, du symbolisme.

Bien à vous

Écrit par : Jean Gowrié | 20/03/2014

@Déblogueur
Il vaut la peine de lire le blog de David Warner, un Américain de naissance, sur les relations entre la Russie et l'Occident au cours de ces derniers 25 ans.

Écrit par : Mère-Grand | 20/03/2014

" il était un officier supérieur du KGB."

Et shrub un officier supérieur de la cia qui a participé à l'assassinat de JFK. On aura compris que pour vous un coup d'Etat comme à Kiev, c'est normal.

Écrit par : Johann | 20/03/2014

Jean Gowrié,

C'est précisément avec certains omniscients occidentaux que le dialogue avec la Russie s'est peu à peu amenuisé et qu'il risque au pire, de se figer en positions irréductibles de part et d'autres.

Mère Grand cite Daniel Warner et il a bien raison tant cet homme sait de quoi il parle et surtout en termes objectifs. Il faut écouter l'interview qu'il a accordé à la RTS: http://www.youtube.com/watch?v=56OtOdTHcBI

Quant à la manière dont sont organisées ces révolutions de printemps, de couleurs ou autres fleurs, je me suis exprimée auprès d'un journaliste de la RTS qui m'a interviewée. Un petit extrait de l'entretien que nous avons eu ensemble figure sur le site de la RTS.

Pour ce qui est de la Suisse, par ailleurs, si elle réalisait les atouts dont elle dispose pour contribuer à apaiser la situation, elle pourrait jouer un rôle non négligeable dans cette crise.

Enfin, s'agissant des snipers observés sur le Maïdan, j'ai aussi évoqué le sujet sur mon blog:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/03/06/ukraine-snipers-et-vacarme-russophobe.html

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/03/2014

@Hélène Richard-Favre

Merci, j'ai visionné l'interview en entier attentivement. J'avais aussi lu votre billet, bien sûr.

Ne nous en faisons pas, ou plutôt si, malheureusement. Le déclin de l'empire est inéluctable. Ce sont les derniers sursauts d'un mourant. Hélas

Écrit par : Jean Gowrié | 20/03/2014

Le peuple russe est épris de paix.
Mais lorsque les menaces de l'Obama et de ses sbires européens se font réelles, le président de la FDR est contraint de prendre des décisions pour préserver l'intégrité physique de ses concitoyens.
Les américains auraient agi militairement en envoyant des drones (d'ailleurs ils en ont envoyé un qui s'est fait piteusement allumer et descendre) ou des bombes. Ils l'ont déjà fait. Ils ont déjà prouvé leurs vilaines manières pour destabiliser des gouvernements dans des pays étrangers.
La liste est longue.
Européens, de quoi avez-vous peur? D'être entraînés à cause de vos alliances malgré vous mais dans un grave conflit avec la Russie, ou avez-vous peur d'être envahis par la Russie?

La deuxième hypothèse n'arrivera jamais, en revanche vous êtes déjà bien impliqués dans la première.

En laissant les américains et leur opinion publique si manipulée, leurs politiciens totalement ignorants de la réalité et leurs généraux aux hégémonies incontrôlables et incontrôlées faire tout et n'importe quoi dans le monde, vous en êtes arrivés, vous pays européens, à force de vous baisser, à vous en abaisser.

Et vous voilà maintenant dans le giron des yankees, sans possibilité de faire marche arrière, ou alors : vous allez devenir leur ennemi, parce que vous aurez osé leur résister et ne pas être soumis ni complice avec leur politique invasive, intrusive, exclusivement orientée intérêts économiques.

Écrit par : Denise Park | 20/03/2014

@ Jean: s'il fallait à tout prix être "juste" pour rendre la justice, ou avoir une opinion de quelque chose... Ou que que s'il fallait être saint pour relever les fautes des autres... Ce serait sans doute beaucoup plus simple.

Il n'en demeure pas moins que l'annexion de la Crimée par la Russie, outre sa similitude avec l'annexion des Sudètes, est un acte impérialiste auquel on ne peut rétorquer que de la même manière. Empêcher tous les politiciens, diplomates et oligarques russes de se rendre au sein de l'UE ou aux Etats-Unis est très simple, pas cher et d'un impact symbolique maximum.

Quant aux conséquences économiques d'une éventuelle rétorsion russe, certes, l'occident y perdrait quelque chose, mais la Russie aussi.

Je placerais par ailleurs l'édifiante intervention de "Johann" à son juste niveau, celui de la fosse septique.

Bien à vous.

Écrit par : Frontal Bard | 21/03/2014

@ Frontal bard
C'est dommage. Vous en reprenez pas mes arguments. Et pour cause. On reproche donc à la Russie son attitude impérialiste ? Obama lui reproche, le plus sérieusement du monde, de vouloir changer la carte de certains pays et ses dirigeants ? Ah bon ?

Et, éclairez-moi au cas où je ne serai vraiment pas au courant. Qu'ont fait les USA et leur vassaux au monde, et sa carte, depuis maintenant plus de 4 siècles. Avez-vous à tout hasard entendu parler de Sykes-Picot ? A moins que ce ne soit trop loin et...il y a prescription. Plus près de nous, le Chili, les "lassants" cas d'Irak et Libye ?

C'est ce que je disais. Nous, on a le droit, parce qu'on le fait certainement pour leur propre bien. Des philanthropes en quelque sorte.

N'est-ce pas '

Écrit par : Jean Gowrié | 21/03/2014

" l'annexion de la Crimée par la Russie, outre sa similitude avec l'annexion des Sudètes, est un acte impérialiste"
Mentez, calomniez, dites n'importe quelle stupidité, il en restera toujours quelque chose...
Un dirigeant soviétique d'origine ukrainienne bourré a "donné" la Crimée russe à l'Ukraine, sans référendum, en 1954. L'Ukraine manipulée par les pseudos ONG de la CIA veut se laisser rattacher à l'OTAN. La Russie récupère donc la Crimée. C'est nettement plus propre que les magouilles américaines pour l'indépendance du Kosovo, terre serbe par excellence...

Écrit par : Géo | 21/03/2014

"Quant aux conséquences économiques d'une éventuelle rétorsion russe, certes, l'occident y perdrait quelque chose, mais la Russie aussi."

Affirmation gratuite. La Chine serait toute heureuse de recevoir le gaz et autres ressources en provenance de Russie. Et contrairement à l'Ukraine elle a les moyens de payer ce gaz au prix du marché. La Russie y gagnera donc.


"Je placerais par ailleurs l'édifiante intervention de "Johann" à son juste niveau, celui de la fosse septique."

Je n'ai aucun doute que c'est l'endroit même où vous avez l'habitude de placer la vérité. Nulle doute que vous allez placer au même endroit cette vérité-ci:

"En fait, la contribution du capitalisme nord-américain aux préparatifs de guerre allemands a été phénoménale et, sans elle, l'Allemagne n'aurait jamais eu la capacité militaire qui conduisit au massacre de millions de personnes innocentes..."

http://questionscritiques.free.fr/Bush/Prescott_Bush_Hitler.htm

Écrit par : Johann | 21/03/2014

Frontal Bard,

Je vous recommande vivement la lecture de cet article pour saisir le sens de ce qui lie la Crimée à la Russie, plutôt que de tenir des propos que l'on trouve répétés en boucle par tant de savants démocrates auto-déclarés:

http://www.lecourrierderussie.com/2014/03/pourquoi-crimee-chere-aux-russes/

Bien à vous

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 21/03/2014

Les commentaires sont fermés.