05/03/2014

Ukraine : ce que les Russes devraient faire (2)

Je ne sais si la dernière conférence du président russe sur la situation en Ukraine est un jeu bien étudié et s'il répond à une stratégie bien pensée. Je crois pour ma part qu'il s'insère dans une politique générale hésitante qui sera à terme dommageable pour la Russie. C'est, malheureusement, cette même politique hésitante qui a conduit la Syrie là où elle se trouve aujourd'hui.

Commençons précisément par le point où les Américains, inutile de mentionner ici les pantins européens, ont menacé très sérieusement la Russie de leur panoplie habituelle de "sanctions" : diplomatiques, économiques, isolement, etc.

Quand on y pense sérieusement, on se demande ce que les occidentaux peuvent réellement faire à l'encontre de la Russie. En réalité pas grand chose. Envisageons un instant le scénario suivant :

  1. Les Américains disent s'engager solennellement à venir en aide à l'Ukraine, y compris financièrement et nous...pondent une promesse de...1 milliard de dollars. Quand on sait que l'Ukraine doit plus de 20 milliards à la Russie, on se demande si tout cela est sérieux. D'ailleurs, les Russes devraient se réjouir et encourage même cette solution. Ils devraient, puisque les Occidentaux semblent être si généreux, exiger le remboursement de toute la dette ukrainienne selon le calendrier strict de celle-ci. Si les Américains souhaitent et ont l'argent suffisant pour le faire...
  2. Afin "d'aider" les Occidentaux à accomplir leurs promesse vis-à-vis de l'Ukraine, les Russes devraient faire remonter le prix du gaz à destination de l'Ukraine à son niveau sur les marchés mondiaux. De nouveau, si les Américains ont tellement envie et ont la possibilité "d'aider" l'Ukraine, y compris en payant sa facture énergétique, alors pourquoi pas.
  3. Sanctions économiques, disent-ils. Quelles mesures de rétorsions les Russes peuvent-ils "légitimement" entreprendre ? Parler sans savoir de quoi l'on parle ne sert à rien. Les chiffres étant têtus. Il faut savoir que les échanges économiques des USA avec la Russie ne représentent que 4% du volume de leurs échanges totaux. Pour les Européens, c'est différent. La Russie est le troisième partenaire commercial après la Chine et les USA. C'est donc "je te tiens, tu me tiens par la barbichette". La réticence "extrême" des Allemands et des Britanniques quant à des éventuelles sanctions économiques contre la Russie s'expliquent ainsi aisément. Pour les premiers, non seulement ils dépendent largement du gaz et pétrole russes, mais, au surplus, ils sont très largement liés à cette industrie. N'oublions tout de même pas que le siège de Gazoprom se trouve...en Allemagne. A un moment où les économies européennes sont pratiquement à terre, l'Allemagne ne se risquera certainement pas, pour faire plaisir à je ne sais qui, de mettre à son tour son économie en péril. En revanche, pour ce qui est de la Russie, les choses seraient un peu moins graves. Les Russes peuvent exiger, sans même interrompre leurs livraisons de gaz et de pétrole, que le paiement se fasse en...rouble ou même...en or. Ceci est parfaitement possible. De plus, puisqu'il s'agit de "guerre", autant se défendre en mettant les autres en péril. Au-delà, les accords passés entre les pays du BRICS imposent une "préférence" intra BRICS. En d'autres mots, les importations en pétrole de ces pays, Chine et Inde en tête, se feront en priorité de la Russie.

Malheureusement, je dis bien malheureusement, rien de tout cela, absolument rien, ne se fera. Ce qui me fait tout de même regretter la "modération" des dirigeants russes dans leurs propos. Même s'ils sont d'excellents joueurs d'échecs et doivent par conséquent prévoir plusieurs coups à l'avance, une petite mise en garde à haute voix de temps à autre serait salutaire.

Une déclaration de Lavrov du genre : La Russie saura répondre à l'insolence de Kerry d'une manière qui fera regretter à ce personnage d'avoir tenu ses propos.

Mais bon, pour cela, il faut un peu d'entrainement.

12:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Peut-être que les dernières déclaration de Mme Clinton, comparant la politique de Poutine à celle de Hitler pourrait aiguiller quelque peu les Russes. A moins que son premier souci ait été de se faire élire à la Présidence avec l'aide des Républicains.

Écrit par : Mère-Grand | 05/03/2014

Excellente analyse!!
Je me demande si l Otan/USA/France ne veulent pas savoir jusqu où Poutine irait?

Tout en sachant que du point de vue militaire (hélas!) l Otan et les USA restent supérieures à la Russie car les premières ont réussi à s adjoindre de toute l Europe et d Israel tandis que la Russie a perdu ( à tort ou à raison le Pacte de Warsovie) et collabore très peu ou pas avec la Chine et n en parlons pas de la collaboration au niveau zéro entre l Iran et la Russie...

In fine, la Russie a été un peu molle vis à vis de Fabuis/Kerry à l égard de la Syrie. Pour quand Poutine tapperait d une manière civilisée sur la table ou plutôt avec ses souliers comme le camarade Kouchtchev Serguei l avait fait lors de la crise de Cuba il y a plus que 50 ans!!

Écrit par : charles | 05/03/2014

Je reviens comme beaucoup de nous sur les "Affaires" Ukraine-Syrie!!

Beaucoup de bruits partant même d un ministre estonien (son natel a été intercepté) évoquent que les balles utilisées lors des manifestations de la place Maidan à Kiev et qui ont fait des morts autant parmi les manifestants "Anti Ianoukovich" que ceux des forces de l ordre , ces balles sont les mêmes.

Ceci soulève indéniablement cette interrogation: Même source ?? Puis, une 2ème interrogation: y a t il eu une troisième "force" hostile à l Ukraine, à Moscow et au peuple et que cette force a semé "la mort et la zizanie" en sabotant et en sabordant..?

Ceci me rappelle lourdement des mêmes malheureux incidents du début de la crise en Syrie. Nous nous souvenons tous de ces snippers comme des OVNIS (Objets Non Identifiés" et non revendiqués( venus du ciel??) qui durant les manifestations tiraient d une part sur les forces de l ordre et d autre part sur les maifestants (dits anti-Gvt Loyal ou caricaturellement Anti-Assad). Ils ne tiraient pas sur n importe "qui" des deux côtés: les gradés des forces de l ordre d une part et de l autre "à l inverse si j ose dire" sur des manifestants "très bien triés:Un enfant de 10 ans, une femme enceinte, un vieillard paisible sur le trottoir qui fumotait sa cigarette (la dernière , donc!!) , un autre jeune de 18 ans en tête de la manifestation et qui a l air d être tout pacifique et portant une banderole: Syrie ma deuxième Mère (Oumi al Thania Souria...). Tout cela se déroulait sous les yeux des caméras puis diffusées en boucle sur Al Jazzira puis France 24 puis TF1 et A2 et Fr 3 et Canal Plus...etc..

C est flou tout cela, Non?
Quand il y a le flou, il y a toujours un Loup mais pas n importe quel loup...le pire... ....

Écrit par : charles | 06/03/2014

Les commentaires sont fermés.