03/02/2014

Le terrorisme est "parfaitement" légitime

Cette affirmation, le lecteur l'aura compris, ne vient pas de moi mais…des Occidentaux, USA et France en tête, bien évidemment.

Ainsi, la France et les USA sont des pays terroristes, c'est définitif.

Revenons un peu en arrière, au dernier jour du premier round de la conférence sur la Syrie à Genève. C'est le vendredi 31 janvier de cette année et on est censé discuter de la problématique du…terrorisme. A priori, cela ne devraient (conditionnel présent, mais surtout conditionnel) pas poser le moindre problème et l'affaire devraient (conditionnel, toujours) être expédiée en quelques secondes.

Ce ne fut pas le cas.

Les chefs terroristes (USA et France) ont signifié à leurs brigades, je devrais dire pantins (la délégation de "l'opposition" syrienne) de rejeter catégoriquement la condamnation de la violence et du terrorisme en Syrie.

Si l'on ne devait retenir qu'une seule chose de l'échec de ce premier round de "négociations", ce devrait certainement être la "victoire" totale de la délégation syrienne. Cela a commencé avec l'indexe pointé par le ministre des affaires étrangères en direction de Kerry :"personne, au monde, Monsieur Kerry, ne peut décider qui doit ou ne doit pas être le président d'un pays".  La réponse du ministre des affaires étrangères du pays "très démocratique" qu'est les USA, aussi connu pour sa lutte "acharnée" contre le terrorisme, fut : "nous allons armer l'opposition syrienne". Drôle de manière de négocier la fin des "violences" en Syrie. Mais passons.

La soi-disant opposition qui, au fur et à mesure que les "négociations" avançaient, se délestait d'une manière régulière de certains de ses membres et qui, images aussi tristes que drôles et minables, recevaient, devant les caméras, les missives de leurs "conseillers" Américains et Britanniques leur indiquant ce qu'ils doivent dire (on a même vu, lors d'une conférence de presse, un des "chefs" de cette "opposition" arrêter sa déclaration quelques secondes, recevoir ses ordres et changer complètement d'orientation) a voulu sauter directement au point 8 de Genève I. Celui qui parle de la "transition" du pouvoir. C'est en effet tout ce qui les intéresse. Pour justifier le passage sous silence des points précédents, ils ont déclaré ne pas avoir de contrôle sur les gens qui sévissent sur le terrain.

Récapitulons.

C'est donc une opposition "démocratique" conduit par des chefs "très démocratiques" dont le but est de sortir la Syrie du cauchemar d'Assad, mais qui ne contrôle rien, ne représente personne et ne veut pas entendre parler de la lutte contre le terrorisme. En clair : "donnez-nous le pouvoir et tout se réglera tout seul".

Pour relayer ces élucubrations, ils n'ont eu aucun mal à se faire "merveilleusement" servir par les professionnels de la RTS, TDG, Le Matin, Le Temps (mourant) et quelques autres torchons.

Ceci fera l'objet de mon prochain billet.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bel article!!

En règle génèrale, quand il y a le feu à la maison, il faut tout d abord éteindre le feu et non pas exider qu il soit précèdé par leur vouloir de "dégommer" Mr Assad le locataire élu à majorité des voix des syriens.

Le rôle d une opposition est de critiquer un Gvt si elle en juge nécessaire mais elle n a pas le droit de mener une guerre (par procuration )et une guerre méldiatique en Syrie ni de mettre le feu à la maison, ce qu au fond l opposition l a fait et continuera, hélas, à le fera certes.

Toute opposition dans le monde entier n e a pas le droit de refuser d éteindre le feu qu elle a même avait allumé dans le pays (regardez aussi l ukranie, toute proportion gardée..). Cette opposition n a qu à reporter la future élection présidentielle en Syrie et qui devrait avoir lieu en Mars/avril 2014 (sauf erreur...) Elle n a pas réussi à gagner "Sa" guerre depuis 3 ans à ce jour , qu elle attende 2 mois encore.. et que Mrs Jarba ou Ghalliuon au cas où ils pensent être les meilleurs, qu ils en gagneraient cette élection....et chich....

Écrit par : charles | 03/02/2014

@Monsieur Gowrié nul besoin d'aller si loin on en a un exemple frappant dans notre pays.Certes ce n'est pas du terrorisme à buts frappeurs d'esprits comme c'est très souvent le cas mais du terrorisme à petites gouttes comme laisser aboyer un chien à n'importe quelle heure de la nuit et ce dans un but bien précis ,obliger une personnes âgée a partir dans un EMS pour que l'enfant du maltraitant puisse rentrer de l'étranger et venir occuper l'appart vide et convoité depuis longtemps
Dans le temps on aurait dit elles yeuyeutent nos mères grands heureusement avec les assistances juridiques on a la preuve que beaucoup laissées à elles-mêmes comme aujourd'hui ont vécu des cauchemards auxquels personne ne voulaient croire
Et à cette époque souvent elles finissaient leur vie en hôpital psychiatrique car elles avaient osé se plaindre tandis qu'aujourd'hui si vous parlez on vous dira attention car représailles il y aura .Comme quoi en Suisse aussi se passe des drames dans le but seul but de terroriser l'humain plus tout jeune et qui ne trouve personne pour l'entendre et le secourir hormis ces assistances payantes et qui très souvent en co-propriétés ne pourront malgré tout rien faire
toute belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 04/02/2014

Les commentaires sont fermés.