23/01/2014

Conférence de (paix ?) sur la Syrie : premier jour à Montreux

Dès les premières minutes, le ton est donné : le ministre des affaires étrangères de la Syrie, Walid Al Mouallem, point, avec index, l'ex candidat à la présidence des USA et actuel ministre des affaires étrangère de ce même pays, lui dit que ni les USA, ni aucun autre pays ne décide, ni ne décidera de qui doit ou doit pas diriger un pays, à plus forte raison la Syrie.

Eh pan.

Le minable Laurent Fabius, à la traine derrière le mourant Faisal, son chef, membre de la famille propriétaire de l'Arabie Saoudite, a fait un de ces discours habituels "à a française", où il a dénoncé les "élucubrations agressives" de Mouallem et "loué" l'attitude démocratique de Jerba, chef de la soi-disant opposition syrienne (qui a perdu les deux tiers de ses membres sur le chemin menant d’Istanbul à Montreux), nommé lui-même par la même famille précédemment citée.

Kerry ayant, de nouveau (décidément, ils sont indécrottables) souligné que l'avenir de la Syrie doit se faire sans Bachar el Assad, c'est maintenant le ministre syrien de l'information qui lui répond : "Bachar el Assad ne partira pas, ni maintenant, ni après".

Et pendant ce temps-là...

Lavrov ne dit pas grand-chose. Il n'aime pas perdre son temps. Il dit seulement ce qui est "nécessaire". Les discours, à la française...il y a Fabius pour cela.

Personne n'a remarqué l'absence de l'Iran. Justement, parlons un peu de l'Iran. Mais aussi de la Russie. Et ce qu'il ne faut surtout pas oublier, c'est que les premiers sont les inventeurs du jeu des échecs et les seconds en sont les meilleurs joueurs du monde.

L'absence de l'Iran, somme toute que physique, était la carotte donnée aux soutiens des terroristes, essentiellement la France et les bédouins du Golfe, pour que ceux-ci fassent venir les terroristes à la conférence. (ndlr : terroriste = ceux qui s'appellent opposants). Coup triple, ou de maître, c'est comme vous voulez : la conférence ne capote pas, les opposants sont obligés de venir mais, déjà divisés, leur mascarade (ils l'appellent coalition) s'est encore divisée en deux. Enfin, l'Iran, physiquement absente, empêche ainsi tous ceux tentés par une provocation, de faire échouer la conférence en mettant cela sur le dos des iraniens.

Nous savons que la conférence ne débouchera sur rien, en tout cas pas grand chose. Les "conférenciers" seront, malheureusement pour certains, d'admettre que les jeux sont maintenant faits. En d'autre mots, c'est la situation sur le terrain qui déterminera la suite des opérations. Et justement, sur la terrain, c'est la débandade, presque totale. Les jihadistes, tout en continuant à massacrer et égorger, s'entretuent et s'éliminent mutuellement. La mascarade appelée jadis ASL (Armée Syrienne Libre) a disparu et nous n'entendons même plus en parler.

Dès lors, ces drôles de personnages présents à Montreux et Genève, qui représentent-ils exactement ? En dehors, bien évidemment des genoux, turques, saoudiens et qataris, sur lesquels ils s'assoient depuis bientôt trois ans ?

09:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (9)

20/01/2014

Les votations suisses sont "illégitimes"

Telle est la conclusion des "analystes hautement qualifiés" de notre RTS nationale, média publique financé majoritairement par les redevances. 

http://www.rtsentreprise.ch/redevances-et-recettes/redeva...

En effet, le deuxième sujet traité par la présentatrice du TJ, après celui de la victoire de Kùng dans la descente du Lauberhorn, édition du samedi 18 janvier à 19h30, fut celui des résultats des votations égyptiennes sur la nouvelle constitution. Après l'introduction habituelle, donc banale, la présentatrice appelle "sa correspondante" au Caire,afin que cette dernière nous renseigne mieux sur ces votations, et lui pose la question suivante : "en effet, Marion Touboul, avec 38.6% de participation, on peut se poser des questions sur la légitimité de ce résultat".

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/5539970-egypte-nouvelle-constitution-les-precisions-de-marion-touboul-au-caire.html

Eh ben !

Comme le montre le tableau joint, édité par l'office fédéral des statistiques, sur les 43 dernières années, depuis 1970, on a vu la moyenne de 50% dépassé à...4 reprises, seulement. Si l'on prend le nombre de sujets votés, cela fait 11 sur...127. Durant cette même période,19 années se sont distinguées par un taux de participation inférieur à...40%. Toujours dans cette même période, le taux de participation moyen de 13 années était inférieur au taux "égyptien" moqué par la présentatrice.

Votations en Suisse - statistiques fédérales.xls

J'ai même trouvé des votations où le taux de participation était inférieur à 30%, 28.7%, précisément : "l'arrêté fédéral relatif à la révision des droits populaires, du 9.02.2003 et "la loi fédérale sur l'adaptation des participations cantonales aux coûts des traitements hospitaliers", même date. Le 21.05.2006, la votation sur "l'Arrêté fédéral modifiant les articles de la Constitution sur la formation" n'a intéressé que 27.9% des votants.

Le 26 et 27 mai 1962, "l'Arrêté fédéral insérant dans la constitution fédérale un article sur la protection de la nature et du paysage" ainsi que "la loi fédérale modifiant la loi sur les indemnités de présence et de déplacement des membres du Conseil National et des Commissions de l'Assemblée Fédérale" n'ont fait déplacer que...17.4% des votants.

La liste est très longue.

Votations - statistiques fédérales détaillées.xls

Des sujets tels que :

Loi fédérale sur l'assurance-invalidité (17.06.2007)

Arrêté fédéral sur un nouveau régime financier (28.11.2004)

Arrêté fédéral concernant un frein à l'endettement (02.12.2001)

Initiative populaire «Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement» (17.06.2012)

Loi sur l’asile (09.06.2013)

N'auraient jamais pu voir le jour.

Décidément, ils sont indécrottables


09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

17/01/2014

Le Liban encore déstabilisé par son "puissant" voisin syrien

Le titre est repris, mot pour mot, à une présentatrice, qui se fait appelée, comme la majorité écrasante des participants à ce gigantesque télé crochet, ou télé réalité, si vous préférez, : JOURNALISTE.

Une de plus.

Il s'agit de la belle Patricia Loison, employée à France 3

De quoi s'agit-il exactement ? Le sujet est l'ouverture, une de plus, du procès de l'assassinat de l'ancien premier ministre du Liban, le Saoudien Rafik Harriri. La "journaliste" introduit le sujet, précisément, comme suit : "ouverture du procès des accusés de l'assassinat de Rafik Harriri à Lahye alors que le Liban est de nouveau déstabilisé par son puissant voisin". Le "puissant voisin" étant la Syrie.

On est rassuré. La Syrie est "redevenu" puissante.

En essayant de décortiquer le scoop de la belle journaliste, on découvre qu'il s'agit de l'attentant-suicide commis le jour même à Harmel, au Liban, par une jihadiste du Front Al Nosra (donc commandité par l'Arabie Saoudite avec laquelle François Hollande est en "total accord sur la Syrie"). Selon la belle "journaliste" donc (vous pouvez mettre les parenthèses où vous voulez), lorsqu'un jihadiste (de ceux qui égorgent en Syrie) se fait exploser au Liban, c'est le "puissant voisin" syrien qui en est la cause.

Les voies du Seigneurs sont impénétrables, on le sait. Celles de la beauté journalistique le sont infiniment plus.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

15/01/2014

Vie privée, vie publique : Hollande, DSK, Valls, Dieudonné et les autres. Suite et fin

Le ridicule le disputant au minable, voire au sordide, on apprend que le magazine "people" (pipole, si vous préférez) Closer, n'a été pour "presque" rien dans l'affaire du président,

Capture vie privée.PNG

de la République, bien sûr. Ce dernier a été "pris" le plus simplement du monde par "ses voisins" de pallier. Entendez ceux de l'immeuble appartenant à ce personnage qualifié par certains de "mafieux". Il a été photographié sur son scooter avec son casque, façon livreur de pizza (je m'excuse d'emblée auprès de ces derniers).

Ainsi, le mollasson qui a passé 18 mois avant de pouvoir "redresser" sa cravate, à défaut de pouvoir redresser la courbe du chômage, prouve que dans la lignée des présidents, ou présidentiables, notamment socialistes, il n'est pas en reste. En digne héritier de Miterrand, dont la vie privée n'a en rien affecté l'action politique, d'un DSK dont les frasques New Yorkaises et Lilloises ne sont que "récréations" dans la vie d'un homme surchargé occupé à servir l'intérêt supérieur, Hollande, énarque comme les autres, essaie de gommer sa médiocrité, réelle, celle-là, par la désormais classique :"le pouvoir, ça rend sexy".

Pour revenir, et finir, avec Valls et Dieudonné, Mbala Mblala, bien sûr, force est de constater que, comme prévu, Taubira (à qui beaucoup ont reproché son silence assourdissant dans cette affaire) semble effectivement confirmer l'intelligence que certains lui prêtent. Elle a attendu "pour voir" et les événements semblent lui donner raison. Dieudonné a réussi son coup de pub magi

stral. Mieux, il a même réussi à faire passer son message. Valls, le bouillant ministre de l'intérieur et "éternelle ami d’Israël" a déjà perdu. Il va bien sûr se targuer (c'est un "politique", que voulez-vous) d'avoir empêché le comique de présenter son spectacle, si décrié, mais personne n'est dupe : Dieudonné a, le 13 janvier, au Théâtre de la Main d'Or à Paris, présenté son spectacle, le même, exactement, que celui interdit par Valls. Mieux, le comique présente toujours le sketch où l'on voit le ministre de l'intérieur "à genou" dans le bureau de d'Alain Jacubowitz. Dieudonné a ainsi gagné doublement : en disant strictement la même chose mais en utilisant d'autres mots, il donne un poids autrement plus important à ses propos, qu'il faut maintenant, pour Valls et les autres, décortiquer à longueur de journée.

Quant à l'Elysée, Valls, appuyé par Jacubowitz ou

pas, peut oublier la totalité de ses rêves à ce propos.

J'en prends le pari.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2014

Vie privée, vie publique : Hollande, Valls, DSK, Dieudonné (Mbala Mbala) et les autres

"sa vie privé ne concerne que lui". "tant que cela n'a pas d'effet sur son action politique, il fait ce qu'il veut de sa vie privée". Etc.

Voici le genre de phrases qu'on entend en ce moment. Phrases  appuyées par des sondages affirmant que 84% des Français pensent que leur Président "a le droit de faire ce qu'il veut de sa privée". Les journalistes, professionnels, cela va de soi, ont commenté tout cela à longueur de journée. Personne n'a jugé opportun de s'arrêter quelques secondes pour savoir ce qu'il en en réalité.

Personne ne s'est posé la question de savoir ce qui se serait passé si Nafissato Dialo n'avait pas déposé plainte contre DSK, quelles qu'en soient ses motivations. Personne n'aurait rien su. ET DSK aurait été élu président de la République. Acte sexuel criminel, tentative de viol au premier degré, emprisonnement illégal au second degré, proxénétisme aggravé en réunion (charge pesant toujours sur l'ex candidat virtuel à la présidence de la République). Je vous laisse juste méditer ces expressions. Effectivement, la vie privée n'a "aucune" influence sur la partie "publique" de M. Strauss-Kahn. Tout comme celles de Sarkozy, Hollande et, le dernier en date, un certain Manuel Valls.

Je ne connais pas Dieudonné, que tout le monde appelle maintenant, comme par hasard, Mbala Mbala (sans que cela ne provoque l'indignation de personne, surtout pas ceux qui se révoltent systématiquement contre le "racisme")et n'ai pas vraiment envie de le connaître non plus. Je n'ai même pas eu envie voir, même par curiosité, un de ses soi-disant sketchs, cela malgré tout ce tapage autour de sa personne ces derniers jours. Car je considère que Dieudonné n'est pas le personnage central de l'affaire. Le vrai sujet est Manuel Valls.

Pour cela, il faut peut-être demander aux analystes et aux journalistes, toujours avides de vérité, ce qu'ils pensent.

Bien mieux que BHL qui, à l'occasion de la "libération" de la Libye (on voit aujourd'hui ce qu'il en est, on ne l'entend d'ailleurs plus à ce sujet, le brave philosophe) a déclaré : "je ne l'aurais pas fait si je n'étais pas juif" (on voit mal le rapport), Valls, le Sarkozy de gauche (qui, sans aucun racisme, croit que les Roumains ont "vocation à rester chez eux) avait déclaré : "Je peux vous dire, cela ne regarde que moi, c'est que la lutte contre l'antisémitisme, je vous dis cela pour des raisons politiques, historiques, euh, euh, ma famille est profondément liée à Vladimir Yankelivitch, qui a écrit le plus beau livre qu'on puisse écrire sur la "prescriptible" et sur la Shoa. Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israel, "quand-même". Donc je ne viens pas ici pour recevoir des leçons, des brevets de lutte contre l'antisémitisme…".

http://www.youtube.com/watch?v=Y9Bs3tF1jj0

Mais tout cela n'est pas lié, bien sûr.

En réalité, tout cela prête à rire, plutôt qu'autre chose. La lâcheté de ces gens-là est "exemplaire". Incapables qu'ils sont à assumer les rôles qu'ils se sont attribués. Cela fait une dizaine d'années que Dieudonné (Mbala Mbala, ne l'oublions pas) distille ses propos mais c'est maintenant seulement que Manuel Valls le découvre.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

10/01/2014

Al Qaida, au coeur de Genève

Sous l'oeuil (protecteur ?) de la police et des autorités de notre superbe République, des barbus de la pire espèce se sont réunis à Genève pour soutenir leurs acolytes égorgeurs en Syrie. Nous avons réussi, par caméra cachée, de filmer tout cela. Inutile de dire que la RTS, sous les ordres d'on ne sait qui mais aux frais du contribuable, n'a pas jugé intéressant "d'aller voir". Sans doute que des reportages spécialement et adroitement montés par les soins de ses techniciens seraient mieux à même de répondre aux impératifs qu'on lui a imposés : les égorgeurs (ceux qui jouent au football avec les têtes de leurs victimes) sont des combattants de la liberté.

Voici les images.

http://m.youtube.com/watch?v=KR18pASggEA&desktop_uri=...

"une conférence pour soutenir le terrorisme se tient dans le pays de la paix, la Suisse, à Genève et à quelques jours seulement de la date prévue pour la conférence sur la Syrie. Notre caméra est entrée, sans y être invitée bien sûr et a capté quelques images de cette conférence".

-Takbir (dites Allah Akbar)

-Allah Akbar

-Takbir

-Allah akbar... etc.

(regardez les images et les têtes des participants à partir de la 25e seconde)

Commentaire du présentateur : "l'endroit n'est pas l'Arabie Saoudite, ni aucun autre pays du Golfe, mais bien une des nations les plus développées en Europe, la Suisse (c'est la 39 seconde, regardez les T-shirt et les inscriptions dessus). Notre caméra, malgré le danger représenté par les personnes présente, est entrée pour montrer comment et où se passent les opérations de propagande, financement, endoctrinement et le recrutement de jihadistes en partance pour la Syrie (c'est la 53e seconde, regardez la tête qui apparaît : un certain Nicolas Blancho). Suit des interviews de personnes ayant assisté à cette horreur "toute helvétique".

Je ne sais combien ils sont, mais il doit y en avoir tout de même pas mal qui doivent se retourner dans leurs tombes. Pas notre Conseil Fédéral qui, lors d'une autre occasion du même genre ou presque, a offert 50'000 francs aux "amis de la Syrie" à l'occasion d'une "autre conférence" tenus par ceux-ci en Allemagne.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, suisse, rts, islam, terrorisme, genève

06/01/2014

RTS et autres "médias" : honte à vous

Avertissement : certaines des images contenues dans cet articles sont très dures. C'est aussi pour cela que j'ai décidé de n'indique que les liens des sites qui relatent ces événements.

Lire la suite

13:04 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rts, médias, gowrié, syrie, adra, islam