13/11/2013

Un 11 novembre "très" chahuté : République et Nation insultées ?

C'est tout ce qu'a trouvé le fade premier ministre de la "République" pour répondre à ceux qui le questionnaient sur le "incidents" ayant émaillé les "festivités" commémoratives.

Le professeur d'allemand a juste oublié que, pour entreprendre une action quelconque contre quelqu'un ou quelque chose, il faut au préalable que ceux-ci existent. Drôle de déclaration d'un de ces innombrables porte-paroles, surtout de gauche mais quelques droitiers aussi, qui passent leur temps à dénigrer tous ceux qui "osent", encore, faire référence aux valeurs nationales les accusant d'être des passéistes voire même, dans certains cas, de fascistes et faire appel, comme par enchantement, à ces mêmes valeurs lorsque cela les arrangent. Nier la Nation pendant 361 jours et l'appeler au secours à l'occasion des fêtes nationales. Aller jusqu'à "pratiquement" dire que ces valeurs n'existent plus, qu'elles appartiennent au passé, qu'elles sont "contraires" à la marche de l'histoire "dans la mesure où l'universalisme (mondialisation si vous préférez) prime désormais sur les considérations purement nationales". Drôle de déclaration donc de quelqu'un appartenant à un courant politique dont la majorité considère que le simple fait de prononcer le mot Nation relève presque de l'insulte.

Le professeur aux cheveux "très" lisses a aussi oublié de nous dire de quelle "République" et de quelle "Nation" il parle. Car, cela n'aura échappé à personne, sauf à lui et son chef, qu'à l'instar d'une femme, celle-ci n'est mère que lorsqu'elle donne naissance à des enfants. Et même alors, elle ne l'est en réalité que lorsque ses enfants lui auront reconnu cette qualité et l'auront appelé : Maman.

Qui sont les enfants de la République ? Ceux qui lui reconnaissent ses spécificités de "Nation" ? Je vous laisse parcourir tout le spectre politique, droite et gauche confondues, avec des distinctions spécifiques aux verts, NPA et compagnies, mais aussi tous ceux qui peuplent ce qu'on appelle communément les "banlieues". Leur demander d'abord ce que signifie "Nation" et "République" pour eux. Leur demander ensuite où va leur sentiment d'appartenance...nationale.

 

ARME-S~1.JPG

Je me mêle de ce qui ne me regarde pas ? Peut-être. Seulement voilà, il y a de cela quelques jours, des soldats "SUISSES" se sont fait photographier les mains sur le torse en forme d'aigle de l'Albanie. L'armée, ainsi que la classe politique en générale, n'y est vu rien de si grave. Ce signe, pour ceux qui l'ignorent, est celui du "ralliement" à la nation albanaise.

Pour des soldats...suisses !!!

Pensez juste au moment où (c'est tout de même leur rôle) ces soldats devraient pointer leurs armes contre...

Au fait, savez-vous le moment où la décadence de Rome a véritablement commencé ?


09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.