19/09/2013

Vive la guerre froide

J'avais, il y a de cela quelques mois, écrit un billet intitulé "le déclin de l'empire", où j'expliquais que l'aveuglement, les rendant cliniquement stupides, des Occidentaux, suscitée par une décadence sociétale inexorable, conduira cette partie du monde à entrer dans une période de déclin, voire même de dépendance, que seul un repli identitaire violent pourrait stopper.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2012/10/0...

Après le coup de maître des Russes au sujet de la crise syrienne, où ils ont complètement "désarmé" le Yankee (inutile bien sûr de mentionner ici le pantin de l’Élysée. Il faut garder un minimum de sérieux) TOUT EN NE RECULANT PAS D'UN POUCE DANS LEUR SOUTIEN AU "REGIME" SYRIEN, montre à quel point les choses sont "effectivement" en train de changer. Et c'est au lendemain, ou presque, de "l'accord" Lavrov-Kerry que Mouscou :

1. Enfonce le clou en déclarant qu'à aucun moment l'accord en question ne mentionne des sanctions, de quelque nature que ce soit, à l'encontre de la Syrie. Ainsi, pour humilier le laquais français comme il se doit, Lavrov est allé jusqu'à répéter cela en présence même du successeur de Jupé, lors d'une conférence de presse commune où le laquais espérait se faire une place parmi les grands. Et, juste pour le plaisir, regardez ce qu'en pense un certain...Eric Zemmour.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

2. Enfonce encore plus le clou en déclarant que ce sont les bandits (que nos médias appellent rebelles) qui ont utilisé les armes chimiques et qu'ils en ont présenté des preuves "irréfutables" au Conseil de Sécurité de l'ONU.

3. Envoie à Damas le vice ministre des affaires étrangères. Ce dernier, qui est resté trois jours dans la capitale syrienne, a déclaré que les relations entre la Russie et la Syrie sont "historiques et fortes et qu'aucun "coup de vent" ne saurait les perturber. Il ajouté, de Damas, qu'en aucun cas la Russie ne permettrait qu'une agression contre la Syrie puisse avoir lieu. Entre temps, la Syrie a gagné des semaines précieuses et la Russie a complété sa présence militaire en méditerranée.

4. Les USA, soutiens "indéfectibles", semble-t-il, de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un islamiste, salafiste, terroriste, égorgeur, etc., viennent de se mettre sur le dos les nouveaux "maîtres" du Caire. Alors que ceux-ci sont en guerre sans merci avec les islamistes salafistes, notamment dans le Sinaï, les Américains n'ont rien trouvé de mieux que de menacer, pour la énième fois, l’Égypte de revoir leur aide à cette dernière. L'agacement des Égyptiens fut tel qu'un mouvement appelé "refus des aides" vient de voir le jour et que...

5. "L’Égypte peut très bien trouver de l'aide...ailleurs". Où ? Fahmi, ministre des affaires étrangères égyptiens, est allé poser la question à ... Lavrov.

Alors, guerre froide ou pas ?

Il semblerait que les Russes ne la craignent pas. Je crois même que cela est vrai quelques soit la température de cette dernière.

A la bonheur.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Au siècle dernier, il était courant d'affirmer que chaque langue avait son rôle.

- l'allemand, pour donner des ordres
- l'italien, pour parler d'amour
- l'anglais, pour le business
- le français, pour la diplomatie.

C'était oublier le russe, langue très riche qui permet d'exceller dans toutes ces disciplines.

Écrit par : Denise | 19/09/2013

Les commentaires sont fermés.