03/04/2013

Les délinquants de la République

1. Il y a de cela un peu moins d'une vingtaine d'années, un certain Nicolas Sarkosy, à l'époque "Balladurien" est à la tête de la Campagne du "Turc" pour l'accession de ce dernier au pouvoir suprême à l'Elysée. Attentats de Karachi et d'autres joyeusetés sont au menu. On connaît la suite.

syrie,sarkozy,juppé,fabius,martine aubry,cahuzac,guérini,mali,islam,terrorisme

 

2. Le même Sarkosy, dans sa propre croisade pour devenir président de la même République, passe, à plusieurs reprises, chez Madame L'oréal, productrice de shampooings et, accessoirement, dit-on, généreuses "donatrice" légèrement sénile. On commence à connaître la suite.

3. Laurent Fabius, responsable, mais pas coupable, de la mort de milliers de personnes dans le scandale du sang contaminé et actuel ministre des affaires étrangères de la même République. C'est lui qui donne des leçons de moralité et, accessoirement, de démocratie, à d'autres pays.

4. Son prédécesseur, Alain Juppé, accessoirement responsable, en son temps, de la campagne de jacques Chirac (logeant, lui, chez Saad Harriri, en face du Louvre) fut condamné par la Chambre Correctionnelle de Nanterre à 18 mois de prison avec sursis et de...10 ans de perte de droits civiques. Essayez juste de vous figurer le vrai sens de : "perte des droits civiques". A titre d'exemple, les personnes sous tutelle, incapables de discernement, sont soumises au même régime. Il a, lui aussi, passé son temps à donner des leçons de liberté, démocratie et bonnes moeurs.

http://www.liberation.fr/condamnation d'Alain Juppé

5. Même si on n'est pas encore à 100% certain du résultat, on peut d'ores et déjà imaginer la suite de l'affaire des millions de Khaddafi. Vous savez, le dictateur qui, après avoir financé la campagne de Sarkozy pour les présidentielles de 2007 et planté sa tente dans les jardins des Rois de France, est devenu tellement encombrant qu'il fallut l'abattre. Raison ? Liberté et démocratie, bien évidemment.

http://www.huffingtonpost.fr/2012/05/03/mediapart : 50 millions d'Euros versés par Khadafi

6. Dans le Sud ensoleillé de la République, les frères Guérini viennent d'être arrêtés et inculpés pour une liste impressionnante d'affaires dont seuls des parrains chevronnés peuvent en imaginer les contours.

http://www.lemonde.fr/le contribuable paera les frais de justice pour Guérini

7. Eric Woerth, bien connu sous nos latitudes, avait l'habitude, à l'époque où il roulait pour son chef, lors de la Campagne présidentielle de ce dernier, de passer de temps à autre chez ses compatriotes ayant élu domicile autour du Lac, du côté suisse, bien sûr, pour faire la quête. Il a sans doute oublié qu'il s'agit de l'argent "planqué" par ceux-ci dans les banques helvétiques car, une fois son patron élu, le chevalier Woerth devient, comme par miracle, plus blanc que blanc et décide de traquer les "évadés fiscaux". Il avait, entre temps, vendu l'hippodrome de Compiègne, estimé à quelques 9 millions d'euros, pour le quart de ce prix. Généreux, ce Worth.

http://www.lemonde.fr/Eric Woerth de nouveau mis en examen

Tenez-vous bien, voire même accrochez-vous. Woerth vient de déclarer, à ppropos de son successeur, le bon docteur Cahuzac, que la république, toujours elle, ne pouvait se permettre d'avoir...ministres qui agissent comme ceux qu'ils sont sensés combattre. Des pompiers-pyromanes, gendarmes-voleurs, en quelques sorte.

8. Son successeur à la tête du ministère de la Vertu et, accessoirement, la lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment et autres joyeusetés du genre, vient d'être mis en examen pour..."blanchiment de fraude fiscale". Son nom : Cahuzac. Parmi les déclarations, fracassantes, de celui-ci, il y en une qui est particulièrement délicieuse. Lorsqu'il a accepté sa charge, de Ministre du budget, il a annoncé : "on ne va jamais assez loin dans la lutte contre l'évasion fiscale".

9. Dans l'autre "scandale" sanitaire, celui de l'amiante, toujours avec des milliers de morts sur la conscience, une autre poids lourd du socialisme à la française a été mise en examen : Aubry, prénommée Martine.

10. Inutile de parler du champion de la liberté et de la démocratie, filleul de BHL et Héro de Tripoli, mis en examen pour...abus de faiblesse, sur la personne de la riche atteinte de sénilité.

Et la suite ?

On peut déjà parier sur les scandales suivants :

a. Sarkozy, Juppé, Hollande, Fabius et quelques autres dans des affaires liées à la diffusion de la liberté et la démocratie dans le monde avec...l'aide, légèrement monétisée, du Qatar.

b. Dans le même ordre d'idées, un "petit" scandale, toujours en relation avec l'extension de la liberté et la démocratie dans le monde et plus particulièrement au Mali. Il parait, à ce propos, que la France y combat, tenez-vous bien, le terrorisme islamique. Il parait aussi que les soldats de la République y ont saisi des quantités impressionnantes d'armes, que la République avait auparavant offert...à ces mêmes (on ne sait plus comment les appeler) combattants. Que vont-ils maintenant faire de ces armes ? Les offrir aux combattants de la liberté...en Syrie, peut-être ?

Ces derniers viennent d'égorger neuf jeunes filles dans le quartier de Chekh Maksoud, à Alep, où vivent encore quelques 300 familles chrétiennes, tellement démunies qu'elles ne peuvent pas faire autrement que d'y rester. Ils ont jeté leurs corps dans le cimetière des Arméniens.

Alors...vive la République. Vives la liberté et la démocratie, partout dans le monde. Vive le terrorisme et le jihadisme, enfin, là, ça dépend.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : syrie, sarkozy, juppé, fabius, martine aubry, cahuzac, guérini, mali, islam, terrorisme

02/04/2013

Le Jihad de la baise

La crise syrienne, sans nul pareil dans l'histoire, nous en aura fait voir de toutes les couleurs. C'est ainsi que, coup sur coup, le 26 et 27 mars, des "ulémas" (entendez docteurs en religion) Tunisiens et Saoudiens, nous ont sorti des fatwas toutes fraîches autorisant :

1. Le "mariage de baise" (c'est la traduction littérale de l'arabe)

2. La capture des femmes, dans les endroits "libérés" par les jihadistes. Ceux que François Hollande, David cameroun veulent armer. Ceux que notre DFAE a déjà financés.

De quoi s'agit-il exactement ? Pour ce qui est de la première, les Jihadistes, à qui est promis le Paradis et une cohorte de 72 Houris (Houris), ont, en attendant leur "martyre", besoin de quelques distractions. Techniquement, on touche là au sordide, le Jihadiste se "marie" avec une jeune femme et peut passer immédiatement à l'acte. Suite à quoi, il doit "impérativement" divorcer d'elle, afin qu'un autre Jihadiste puisse se "marier" à son tour. A cet effet, une trentaine de jeunes filles Tunisiennes ont déjà été expédiées en Syrie. Parmi elles, une jeune "vierge" de 16 ans, partie avec "son frère" de 3 ans son aîné. Lui pour le Jihad, elle pour...

Pour ce qui est de la capture des femmes, dont le terme en arabe, emprunté, comme pour tout le langage utilisé par les islamistes, aux premiers jours de l'Islam, est bien plus abaissant, il s'agit ni plus ni moins de réduire en escalvage, en l'occurrence sexuel, toute femme se trouvant dans les zones investies par les Jihadistes.

C'est ainsi qu'on a trouvé dans les poches de Jihadistes Tunisiens et Marocains des pochettes contenant une septentaine de mouchoirs parfumés, au nombre des Houris, ainsi que quelques cachets de Viagra.


Il faut peut-être demander à MM. Hollande, Cameron et, accessoirement, Burkhalter de nous expliquer comment comptent-ils instaurer la démocratie rêvée une fois que leurs protégés sont, ces derniers peuvent toujours rêver, au pouvoir (à l'instar des Talibans en Afghanistan après le départ des Soviétiques, par exemple). Il faut aussi demander à ceux qui commandent aux destinées de notre RTS nationale, à redevance, ce qu'il est advenu de tous ces sujets et reportages piochés tels quels dans la besace d'AlJazeera voire directement chez les terroristes.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : islam, jihad, jihadiste, syrie, hollande, cameroun, dfae, didier burkhalter, fatwa