30/10/2012

Didier le Magnifique

 

didier burkhalter,syrie,suisse,gowrié,onu,widmer schlumpf,clamy rey,russie,iran

Chez son homologue et « ami » russe, ministre des affaires étrangères d’une grande puissance mondiale, Didier Burkhalter, notre ministre des affaires étrangères, déclara, à propos de l’Iran, pays dont la puissance est autrement plus à craindre que la Syrie, que la Suisse « ne soutiendra jamais des sanctions, imposées par quelque alliance que ce soit, en dehors du cadre juridique du Conseil de Sécurité de l’ONU.« Par principe, nous ne soutenons pas de telles sanctions ».

Ah bon ? Par principe ?

Avant lui, pas plus loin que le mois dernier, la non moins magnifique Madame Widmer Schlumpf a, elle aussi, critiqué les sanctions unilatérales de l’occident contre l’Iran en les qualifiant« d’inacceptables. »

En remontant un peu plus loin, on trouve l’inégalable Calmy Rey, jadis elle aussi ministre des affaires étrangères « très active ». Comme par hasard elle aussi chez nos amis iraniens, voilée sous le portrait de Khomeiny.

Décidément, l’exemplarité de nos Conseillers Fédéraux n’a d’égal que leur courage. A relever, bien évidemment, le sens « unique » de leur démarche.

Revenons à l’actuel locataire du Palais Fédéral Ouest, 3003 Berne, qui n’a bien évidemment pas oublié que la Suisse est un important centre mondial pour le négoce du pétrole et qu'elle accueille les bureaux de la National Iranian Oil Company (NIOC, la société pétrolière publique iranienne). Reprenons aussi son affirmation du début de ce billet. Ainsi, la Suisse ne soutient, par principe, pas de telles sanctions.

A ma connaissance, notre pays, qui ne prend  "par principe" jamais de telles sanctions, en a bien pris, avant et encore plus que tous les autres pays réunis et en dehors de tout cadre légal, onusien ou pas, à l’encontre de la Syrie.

La légalité, le courage, les principes et le droit international n’ont qu’un seul sens, selon Didier le magnifique : celui de nos intérêts…économiques. Celui aussi de notre couardise.

Couardise parce qu’il n’a même pas le courage de l’admettre.


 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : didier burkhalter, syrie, suisse, gowrié, onu, widmer schlumpf, clamy rey, russie, iran

Commentaires

Quand la liberté et la démocratie signifient kidnapping et meurtre....

Le comédien et acteur Mohammad Rafei (30 ans) vient d'être assassiné, deux jours après son enlèvement à Barzeh (banlieue de Damas). Il préparait un documentaire avec la Journaliste
britannique Lizzie Phelan sur les évènements en Syrie. Ceci pourrait être la raison de son enlèvement puis de son assassinat. Comme beaucoup de syriens de l'intérieur, Mohamad Rafei rejetait le terrorisme et se battait contre les pratiques criminelles de ces terroristes, soutenus par l'Occident. Il avait le courage de ses opinions et le faisait savoir.
On ne compte plus, les médecins, scientifiques, intellectuels, religieux, familles et enfants assassinés, massacrés par ces sanguinaires toujours et encore soutenus par nos gouvernants.

A la suite de cette assassinat, Lizzie Phelan a écrit :

Je ne sais vraiment pas quoi dire ni par où commencer. Tu vas manquer à tant de monde. A moi aussi, tu vas terriblement manquer. je ne peux croire que je ne verrai plus ton visage, que je n'entendrai plus ta voix ni verrai ton sourire, tout le poids du monde reposait sur tes épaules. Repose dans Paix la plus parfaite, Cher Mohammad. Nous t'aimons.

Écrit par : Bahia | 05/11/2012

Il faut lire à la suite de "cet" assassinat. Désolée.

Écrit par : Bahia | 06/11/2012

En direct de Damas,

Merci démocratie de nous bombarder chaque jour !...

Tandis que j'écrivais cet article, une autre bombe a explosé dans mon quartier de Barzeh, à
200 m. de ma maison. Hier, déjà, une bombe avait explosé dans le quartier 86 de Marzeh. Ce quartier est typiquement Alawite. Les terroristes ne devaient probablement pas savoir que ce quartier avait recueilli beaucoup de réfugiés venant de toute la Syrie, fuyant les menaces, les cauchemars.
Aujourd'hui, une nouvelle bombe a explosé à Hay Al-Worod (quartier des Fleurs) dans la banlieue de Damas.

NOUS, SYRIENS, DEMANDONS à L'ORGANISATION DES DROITS DE L'HOMME QUI NE CESSE DE PARLER DES CIVILS A TORT ET A TRAVERS, DE LA BOUCLER UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !

Les deux explosions à Al Worod et la voiture piégée ont fait 11 citoyens martyrs, 10 blessés.

Le 6 novembre 2012.

Georges Ali Sp.B.

Écrit par : Bahia | 08/11/2012

Les commentaires sont fermés.