29/10/2012

La boniche et l'idiot

L’idiot ! C’est l’auditeur. Celui qui écoute la radio où officie la boniche, la plupart du temps derrière son volant en train de pester dans le trafic. D’où l’espoir, pour la boniche, que l’idiot ne réfléchisse même pas à ce qu’elle dit. C’est en effet le seul espoir pour la première que le second avale sans broncher la masse d’âneries qu’elle débite, à l’instar de la majorité écrasante des membres de son espèce, à longueur de journée.

Date : vendredi 26 octobre 2012

Lieu : studios de France-Info. Radio publique française.

Heure : éditions successives de 11h00 à 16H15

Sujet : la Syrie

Sous-sujet : la trêve décrétée par les autorités syriennes à l’occasion de l’Aïd (fête du sacrifice pour les musulmans)

Boniche : la présentatrice de l’édition. Je n’ai pas réussi à dénicher son nom. Avec elle, sa correspondante de Beyrouth, Valérie Crova.

Le sujet commence déjà très bien : l’armée régulière devient « l’armée de Bachar El Assad. La suite est aussi ahurissante que surréelle.

« L’armée de Bachar el Assad a accepté de déposer les armes ». Je n’avais bien sûr pas besoin de cela mais je suis tout de même allé chercher dans le dictionnaire et trouvé : "reconnaître sa défaite en abandonnant la bataille". Ainsi, nous apprenons, par la bouche de la…journaliste de France-Info, que l’armée de Bachar a reconnu sa défaite et abandonna la bataille.

La boniche continua : l’armée de Bachar (sans el Assad) a rompu la trêve et bombardé les villes de Maarat Numan ainsi que Douma et Harasta. Aucun doute pour l’idiot pestant au volant de sa voiture dans le trafic : c’est le « régime » qui a « re » commencé les hostilités.

Pour étayer ses dires, elle fait appel à sa correspondante à Beyrouth, une certaine Valérie Crova. A priori, dans de pareilles circonstances, les « correspondants » confirment, par des témoignages oculaires, les nouvelles données par leurs rédactions. On pouvait donc s’attendre à voir Crova nous décrire les bombardements du régime et les dégâts, surtout humains, que cela a causés.

A moitié endormi par cette perspective, l’idiot, toujours derrière son volant, se réveille d’un seul coup : Valérie Crova nous parle des attaques et bombardement des…rebelles. http://www.franceinfo.fr/actu/un-monde-d-info/syrie-la-fr...

Notre ministre des Affaires Étrangères est certainement arrivé à son bureau au Palais Fédéral avant l’intervention de Valérie Crova. Il n’a donc gardé à l’esprit que ce que la boniche a dit. C’est peut-être à cause de cela que notre pays a décidé de renforcer les sanctions contre la Syrie et ses autorités.

Pendant ce temps-là, au Conseil de Sécurité de l’ONU…

Les pays occidentaux ont refusé de condamner l’attentat « terroriste » de Dams. Perpétré à côté d’un jardin d’enfants et qui a causé la mort d’une trentaine de personnes. M. Burkhalter nous dira certainement qu’il s’agit d’un attentat perpétré par « l’opposition légitime » dans sa lutte contre la dictature de Bachar. Madame Del Ponte confirmera aussi sans doute cela.

Quarante huit heures plus tôt, le monde, occidental, s’est élevé comme un seul homme pour condamner l’attentat qui coûté la vie au chef des renseignements militaires libanais.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Comme cet article , l'idiot et la boniche relate parfaitement les mensonges de cette presse,sans nul doute des apprentis a qui l'on dicte ce qu'il
faut dire, mais le plus triste ce sont nos soi-disants dirigeants qui eux
agissent exactement comme la boniche. C'est tellement ecoeurant que se lever
le matin devient difficile,il faut un polochon sur la tête si vous ouvrez
cette radio. Merci l'ami pour vos articles

Écrit par : piazzini simonne | 29/10/2012

Les journalistes sont une des professions les moins crédibles selon les sondages.

On comprend mieux pourquoi.

Ce qui est complètement scandaleux c'est d'assister aux prises de positions des Conseillers Fédéraux alors que la Suisse est un pays Neutre et qu'elle n'a donc pas à se permettre de critiquer le moindre belligérant et se donner le droit de juger qui est dans le vrai ou le faux.

Je n'ai pas le souvenir que le Peuple Souverain ait été consulté par Referendum pour anihiler la Neutralité Suisse.

Écrit par : La censure règne en Suisse | 29/10/2012

Oui... "l'opposition légitime" composée de libyens, tchetchenes, séoudiens, qataris, jordaniens, anglais, français et..... musulmans chinois venus se joindre à al quëda pour combattre le Président Bashar el Assad selon le Global Times, journal officiel chinois.
Cette "opposition légitime" soutenue et financée par les très démocratiques qatar et arabie devant qui les gouvernants occidentaux ne cessent de faire les yeux doux et des courbettes...

Les media occidentaux ont oublié le sens du mot terroriste, tout comme les conseillers fédéraux ont oublié que la Suisse était un pays neutre.

La censure règne en Suisse a tout à fait raison de souligner que le Peuple Souverain n'avait pas été consulté par Référendum pour annihiler la Neutralité Suisse.

Écrit par : Bahia | 30/10/2012

La désinformation pour fonctionner a besoin de médias – privés ou publics – qui relaient les informations d’un état ou celles d’intérêts privés.
Dans chacun de ces médias, il est facile de trouver des « valets / journalistes » prêts à obéir pour différentes raisons (Vénalité, idéologie, chantage, égo – (VICE) ce que les anglo-saxons abrègent en MICE).
Je ne sais plus qui déclarait que « s’offrir un journaliste coûte moins cher qu’une professionnelle du sexe » (le dernier terme était plus cru !).

Ce que vous relevez dans cette émission de France Info, n’est que de la désinformation basique facilement contestable et réfutable par d’autres sources. C’est une forme de transfert qui dénature l'information initiale. Faire passer les agresseurs pour des victimes et les victimes pour des agresseurs, ou bien mélanger les informations pour les rendre incompréhensibles, reste vraiment le mensonge pour débutant.
Il n’en reste pas moins que l’on puisse s’indigner qu’un média étatique véhicule les ordres d’un gouvernement ou d’un ministre.

Mais alors que dire quand des dizaines de médias courants s’entendent pour NE PAS donner d’information ? On sait que dans l’esprit du public, « ce que la télé, la radio, les journaux ne disent pas, n’existe pas ».
Que penser par exemple de ce bombardement d’une usine à Khartoum qui est passé complètement inaperçu puisque les médias se sont empressés de ne rien dire.

C’est aussi ça la désinformation.

Écrit par : Chamaco | 30/10/2012

Les commentaires sont fermés.