03/10/2012

Le déclin de l'empire

Saakachvili est le président qui vient de perdre les élections en Géorgie. Saakachvili est le président qui, avec les encouragements de ses maîtres d’outre Atlantique, a crû bon de défier son puissant voisin. Saakachvili l’a crû parce que ses maîtres d’outre Atlantique croyaient eux-mêmes que Yeltsine était encore vivant. Du coup, Saakachvili a vu son armée mise en pièces en quelque 48 heures. Il eut un temps, à l’époque de l’ivrogne du Kremlin, où les Américains croyaient dur comme fer qu’il s’en était fini de l’empire russe, qu’ils appelaient encore soviétique. Ils le croyaient tellement qu’ils ont décidé de pousser leurs pions/valets au cœur même de la Russie : Ukraine, Géorgie, pays baltes, quelques pays d'Asie centrale, ex républiques soviétiques, etc. Et voilà que le plus servile, mais véhément, des pions qui tombe à son tour. A peine trois semaines après que l’annonce de la fermeture définitive de la dernière base militaire et stratégique américaine en Asie Centrale, celle du Kirghistan. Le même Kirghistan qui a annoncé le maintien de la base militaire russe sur son territoire. On croit rêver. La Russie qui, pour enfoncer le clou, a annoncé qu’elle fournira une aide à hauteur de deux milliards de dollars. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Un peu la manière de faire…américaine, non ? Oui, lorsque ceux-ci en avaient les moyens.

Ainsi, en l’espace d’à peine une dizaine d’années, ce qui devait être la consécration de l’hégémonie définitive de l’Amérique, pendant des décennies encore, sur le monde, s’est transformée en début de déclin pitoyable. Partis la queue entre les jambes d’Irak, bientôt d’une manière encore plus humiliante de l’Afghanistan, les Américains sont plus que jamais acculés à s’accrocher à ce qu’il leur reste dans la région : les Qataris et les Saoudiens, quel déchéance. Même leurs nouveaux amis, les islamistes fondamentalistes du Caire et de Tripoli, l’ancienne capitale de Khaddafi, leur échappent.

Je voulais aussi un peu parler de la France. Pays qui a crû, ou à qui on a fait croire, qu’il a sa place parmi les grands, ceux qui ont les moyens de décider. Mais cela ne vaut vraiment pas la peine. Car ce faisant, je m’abaisserais à devoir parler des bédouins. Ceux qui dictent à la France ce qu’elle doit faire. Je laisse cela aux Guignols de l’Info et à Leonardo, porte-parole de "la" Prince auprès de ces mêmes guignols.

Quel rapport tout cela a à voir avec le sujet auquel je consacre plus de 90% de l’espace que j’occupe sur cette blogosphère, la Syrie ? C’est simple, la Syrie fut la dernière cartouche tirée par les Américains dans la série du printemps salafiste. Le temps a manifestement joué contre eux.

Je vous laisse dès lors volontiers avec le commentaire d’un de mes lecteurs, qui le fait pour la première fois. J’en profite pour saluer sa lucidité et présence d’esprit.

Il se fait appeler Collin.

"La dernière carte que les pays "du golfe" envisageaient de jouer, c'est de constituer un corps expéditionnaire militaire pour porter main forte aux "rebelles" Syriens et tenter démettre le gouvernement Syrien légal.

Or il est curieux de constater que cette idée "lumineuse" a fait pschitt....quand ils ont réalisé qu'en envoyant leurs militaires, leurs armées, guerroyer en Syrie, ils faisaient un boulevard à une très légitime révolution populaire dans leurs propres pays qui ne laisserait pas passer une si belle occasion de renverser ces dictatures sanguinaires des Saoud, et du Qatar...

Bientôt échec et mat,c'est une affaire de quelques coups....les Russes et les Iraniens sont décidément de grands joueurs d'échecs..."

Commentaires

" Partis la queue entre les jambes d’Irak, bientôt d’une manière encore plus humiliante de l’Afghanistan "

A titre d'information les USA ont quitté un Irak débarrassé d'un régime tyrannique qu'ils ont mis au tapis tout en ayant empêché l'instauration d'une république islamiste que voulait instaurer Al qaeda. Et cela grâce à la stratégie anti-insurection du général Petraeus. Sur le terrain l'Amérique a bien gagné la guerre d'Irak. Politiquement pour confirment une victoire il faudra voir cela dans 10 ans. La seule erreur à mon sens c'est d'avoir quitté l'Irak trop tôt. Ils sont parti en laissant tout de même un pays assez bien sécurisé. Cela c'est dégradé indéniablement par la suite mais pas au point qu'a connu l'Irak au plus fort des attentas terroristes. Pour l'Afghanistan l'affaire est certes loin d'être acquise. Le but était de détruire le régime des talibans. Ce fut fait. Pour la suite après le retrait, il sera difficile pour les talibans de reprendre le pouvoir pour autant que les Américains appuie logistiquement l'armée afghane. Ce qui est déjà prévu. L'efficacité des drônes pour détruire les réseaux d' al qaeda et les groupes de talibans ont montré leur efficacité redoutables en tuant notemment des haut responsables notemment des numéro 1 et 2.

Je vous rappel aussi que la 7ème flotte de l'US navy navigant dans le pacifique à une assise des plus solide. Cette grâce à cette présence américaine qui n'est pas non plus en déclin que les eaux du Pacifique sont en paix et que le commerce mondiale peut ainsi fonctionner.

Maintenant parler de déclin américain c'est aussi oublier le leadership US en matière d'innovations technologiques et scientifiques partagés avec le Japon, l'UE et la Corée du sud. Les USA et le japon caracole en tête des brevets validés dans le monde avec plus des deux tiers des brevets déposés. Les américains continuent de placer leurs chercheurs chaque années dans les prix nobel scientifiques.

Ni les russes, les chinois et les iraniens arrivent à la cheville de l'oncle Sam dans les domaines scientifiques et technologiques. Ils ne sont que des éternels seconds. A part copier, ils innovent pas grand chose. Ils n'y a ni de microsoft ou de Steeve job russe ou chinois. Ils sont tous américains. Les seuls rivaux des américains sont les japonais, les sud coréens, les européens de l'UE et Israël. Autant dire des alliès naturels sur le plan militaire.

D.J

Écrit par : D.J | 03/10/2012

dj, comme à son habitude, louange ses yankees. il oublie que ces "scientifiques" qu'il vante sont issus d'autres cultures. ce ne sont que les moyens autrefois mis à disposition - des sommes d'argent, des budgets considérables et souvent au détriment d'autres nécessités - qui ont permis à ces issus d'autres cultures (mais œuvrant sous la bannière de l'Oncle Sam) de faire "avancer" la technologie.
Faut pas tout mélanger, "Ni les russes, les chinois et les iraniens arrivent à la cheville de l'oncle Sam" : ils n'ont pas les moyens, et s'ils les avaient, oncle sam pourrait retourner faire pousser du riz.
Bien le bonjour chez vous aussi.

Écrit par : denise | 04/10/2012

dj est impayable. C'est qui qu'a la plus grosse? Les yankees! Oui, ce sont eux qui ont la plus grosse dette (Etat, sociétés, ménages, étudiants, etc.). Il vivent sur leur complexe militaro-industriel. Dans une économie purement libérale, ils seraient en faillite. Du reste dj adore cette horloge :

http://www.usdebtclock.org/

Tic tac, tic tac, tic tac...

La Chine en cas de guerre peut ruiner les usa grâce à leur stock de dollars. Et puis dj n'a jamais lu Emmanuel Todd.

http://www.dailymotion.com/video/x6vqeo_emmanuel-todd-usa-la-chute-finale_news

La guerre comme solution...

Al qaeda, une création yankee, les talibans, une création yankee. Mieux vaut ne pas être leur ami. Saddam Hussein, un pion qu'ils ont manipulé pour faire la guerre à l'Iran et Israël qui a aidé l'Iran pour que les deux pays s'entretuent le plus longtemps possible et s'affaiblissent d'autant. Et qui est l'allié le plus fidèle dans la région? La monarchie absolue et théocratique de l'Arabie. Et après on vient nous raconter que les yankees promeuvent la démocratie. La bonne blague.

Et maintenant, l'incident qui pourrait permettre une intervention extérieure en Syrie. On va nous faire croire que le tir est parti de l'armée syrienne. On connaît la manière de faire des yankees : tuer son propre peuple pour agresser le faux coupable désigné.

http://www.tdg.ch/monde/bombardements-turcs-syrie/story/25840218

Ce qui est bizarre, c'est qu'il n'a pas encore été annoncé que Bachar El-Assad était forcément le coupable. Comme Ben Laden dans la journée du 11/9 avant toute enquête. La science infuse. Comme pour le Reichstag, le golfe du Tonkin, etc.

Écrit par : Johann | 04/10/2012

"Tic tac, tic tac, tic tac...

La Chine en cas de guerre peut ruiner les usa grâce à leur stock de dollars. Et puis dj n'a jamais lu Emmanuel Todd."

Je suppose alors que vous faites allusion à ce vieux livre de 10 ans "Après l'Empire" oui tout prend le chemin pour y arriver.

Que voulez-vous les amoureux de tout temps on défendu becs et ongles leur dieu ou leur régime. On se demande qui est le plus libre dans sa tête. Entre ceux qui prennent argent content ce qu'on leur dit sur leurs écrans et ceux qui se permettent de penser par eux-même. Mais j'arrête là sinon je vais encore passer pour un anti-américain. Inutile de parler une fois de plus entre la différence en le peuple et la politique. Les USA sombrent par un manque crucial d'homme politique de référence.

En passant, c'est drôle le traffic de drogue depuis l'Afghanistan a repris de manière intensive depuis la chute des Talibans! ok j'arrête j'arrête...

Écrit par : plume noire | 04/10/2012

@ denise,

" dj, comme à son habitude, louange ses yankees. il oublie que ces "scientifiques" qu'il vante sont issus d'autres cultures. "

Quel rapport? Tout les prix nobel américains sont citoyens américains né sur sol américain et faire leur étude dans leur université. Quand au moyen si les Russes et les iraniens ne les ont pas c'est qu'ils ont choisi des politiques qui ne sont pas des vecteurs de richesses.

@ Johann,

" Oui, ce sont eux qui ont la plus grosse dette (Etat, sociétés, ménages, étudiants, etc.). "

Si vous étiez un tantinet informé vous sauriez que le dette publique US n'est non seulement pas la plus grosse ( Le japon c'est le double et La Grèce et l'Italie ont également une dette plus élevée ) en grande partie par sa consommation de produits mondiaux. Qui répond à l'autre ânerie sur la Chine. Si les USA viendraient à être ruiné par la Chine; la Chine le deviendrait également. Les Etats-Unis sont parmi les plus grands importateurs de produits chinois. La Chine est toujours tributaire des investissements étrangers notemment américains.

" Al qaeda, une création yankee, les talibans, une création yankee. "

Les talibans se sont les soviétiques qui les ont créer en envahissant l'Afghanistan. Ce pays était laïc avant l'arrivée des rouges. C'est bien les russes et les communistes afghans qui ont déclenché le djiahd et la guerre civile qui s'ensuivit. De plus les américains ont soutenu en Afghanistan une résistance dont le gros des forces était ceux du commandant Massoud un anti-taliban.

Quand au alliance peu recommandable avec l'Arabie Saoudite, Saddam etc... elle n'étaient pas gratuite. Il fallait bien contenir Les menaces du moment. L'URSS, le mollahs iraniens et Al qaeda aujourd'hui. Ils ont bien fait alliance avec Staline ( qui était 100 fois pire que Saddam ) pour anéantir les nazis. Mais là vu que c'était dans notre intérêt on trouve rien à dire.

" On connaît la manière de faire des yankees : tuer son propre peuple pour agresser le faux coupable désigné. "

C'est ça: Peral harbour c'était aussi un coup monté et la crise des missiles cubain c'étaient des missiles made in USA.

Écrit par : D.J | 04/10/2012

@DJ
Toujours prêt à écrire n’importe quoi et surtout des C* bêtises !
L’Irak (où vous n’êtes jamais allé ni avant ni après bien sûr) a été attaqué par des menteurs (Bush et Blair) qui devraient être jugés par le TPI. Le « régime tyrannique » a longtemps été l’allié des EU, à ce moment là était-il « moins » tyrannique ?

Les EU ont soutenu et soutiennent encore des tyrans, mais cela ne vous inquiète pas ??
On a eu Pinochet, Saleh au Yémen, les dictateurs du Golfe (Arabie, Qatar, Bahreïn…). Qu’ils soutiennent des racistes israéliens vous convient parfaitement. Belle mentalité.

Il semble bien que vos lacunes soient énormes, un problème de mémoire ??
Exemples :
Histoire :
Les mauvais Pachtounes d’aujourd’hui n’ont-ils pas reçu des armes et des fonds quand ils combattaient l’URSS en Afghanistan ? L’Irak n’a-t-il pas reçu des armes pour combattre l’Iran qui lui-même recevait des armes par Israël (Irangate) ??
« Drones efficaces » :
Parlez-nous des civils au Pakistan, des « bavures », du nombre de civils tués en Afghanistan…
« Technologie » :
Vous dites : « Ni les russes, les chinois et les iraniens arrivent à la cheville de l'oncle Sam dans les domaines scientifiques et technologiques ». Là vous atteignez des sommets d’ignorance, restant bien planqué au niveau des généralités, sans trop vous compromettre, c’est-à-dire, sans intérêt.

Encore un peu d’Histoire proche (qui reste le socle de notre présent) : faites quelques recherches sur les sociétés étatsuniennes qui ont aidé et financé la montée du nazisme et la guerre…
Quelques exemples : Standard Oil, ITT, General Electric, IG Farben US, Morgan, Chase, Ford…
Cela vous occupera un peu et nous fera des vacances !

Écrit par : chamaco | 04/10/2012

DJ est tout simplement étanche à la raison. Il entretient un blog dans lequel il censure tout ce qui ne lui convient, avec le faux prétexte qu'on l'insulte. Le pauvre il pense que dire la vérité équivaut à l'insulter. Normal, puisque DJ vit dans l'illusion.

Je sais qu'il est inutile espèrer qu'il comprenne quelque chose, mais à titre de réponse à ce commentaire:

"L'efficacité des drônes pour détruire les réseaux d' al qaeda et les groupes de talibans ont montré leur efficacité redoutables en tuant notemment des haut responsables notemment des numéro 1 et 2."

je poste un article du Temps d'aujourd'hui: (je ne poste pas le lien, car l'article n'est accessible que pour ceux qui sont abonnés):

Jeudi4 octobre 2012
QUAND LES DRONES AIDENT AL-QAIDA

PAR FRANÇOIS-XAVIER TRÉGAN SANAA, ADEN ET ZINJIBAR

Les avions sans pilote sont au cœur des attaques dites «ciblées», mais qui font souvent des victimes civiles. Retour sur une bavure commise dans le sud du Yémen en décembre 2009
Dans un minuscule hameau encaissé de la province d’Abyan, dans le sud du Yémen, où des buissons d’acacias et quelques pâturages façonnent un relief cabossé, sec et caillouteux, en impression de vie, au petit matin du jeudi 17 décembre 2009, «le sang des bêtes s’est mêlé à celui des hommes. Je ne pensais pas un jour voir ça.» Muqbil Mohammad Ali se tait. Il y a bientôt trois ans, un missile de croisière américain s’abattait sur Al Maajala. Le Tomahawk BGM 109D, chargé de bombes à fragmentation, devait frapper un camp d’entraînement d’Al-Qaida. Il décima un campement de nomades, bergers et apiculteurs, 46 personnes au total, quasiment toutes issues de deux clans, les Haydara et les Anbour. Un seul membre de la franchise terroriste locale sera officiellement identifié parmi les victimes.

Pour mieux raconter l’histoire d’Al Maajala, Muqbil Mohammad Ali doit d’abord la montrer. Elle se cache dans une poche de sa veste intérieure, sous la forme d’une vidéo tournée à la va-vite sur un téléphone portable. Elle l’accompagne partout. On y voit des chèvres et des moutons convulser, les entrailles à l’air, recroquevillés en boule sur un sol noirci par le feu. On y voit surtout les cadavres d’hommes, de femmes et d’enfants, des rigoles de sang freinées par la poussière. Muq bil a perdu 16 membres de sa famille.

Au nom de la lutte contre le terrorisme, le hameau d’Al Maajala avait été rayé de la carte. Officiellement, la frappe militaire était yéménite. Mais très rapidement, plusieurs journaux et organisations non gouvernementales soulevaient la responsabilité des Etats-Unis. Elle sera clairement établie à l’automne 2010, lorsque WikiLeaks divulguera plusieurs dizaines de milliers de câbles diplomatiques américains. Dans l’un d’eux, en date du 4 janvier 2010, Ali Abdallah Saleh, président désormais déchu du Yémen, regrettait que des «erreurs aient été commises avec la mort de civils à Abyan», avant de rassurer son interlocuteur américain: «Nous continuerons à dire que ce sont nos bombes, pas les vôtres.»

Depuis, ni le gouvernement de Sanaa ni les autorités américaines n’ont endossé la responsabilité du bombardement d’Al Maajala. Une commission d’enquête parlementaire yéménite a bien pointé l’erreur de frappe, mais sans en préciser les causes ni les responsables – les drones servent notamment à recueillir des renseignements et à photographier des sites ou des cibles potentiels.

Associé à HOOD, organisation yéménite de défense des droits de l’homme, le Centre pour les droits constitutionnels, basé à New York, s’est saisi du cas d’Al Maajala. En avril 2012, au nom de la loi pour la liberté d’information, il a engagé une procédure auprès de huit agences fédérales, afin de consulter les documents liés à l’affaire et en retracer le déroulé précis. Pour Pardiss Kebriaei, l’avocate en charge du dossier, «Al Maajala est l’un des exemples les plus clairs de la destruction causée par la politique américaine des assassinats prétendument «ciblés», et de l’absence totale de responsabilité du gouvernement dans sa conduite». Cinq mois après le déclenchement de la procédure, aucune agence officielle n’a encore transmis le moindre document. «Nous ne nous attendons pas à ce que le gouvernement réponde à notre demande de sa propre initiative, anticipe l’avocate, mais notre espoir est qu’une cour de justice l’oblige à le faire.»

La justice, voici le seul moyen, avoue Muqbil Mohammad Ali, pour atténuer la «haine» qu’il porte en lui. La haine contre son gouvernement, suspecté, à l’époque des faits, d’avoir attisé la peur d’Al-Qaida pour mieux engranger les bénéfices lucratifs de sa coopération stratégique avec les Etats-Unis. La haine contre les autorités américaines, automatiquement silencieuses, trois ans après les faits, à toute question qui lui est posée sur le sujet. «Ce crime devrait peiner tous ceux qui ont une conscience. Peu importent les indemnités qui nous seront versées, ma haine ne disparaîtra pas sans justice.» Mais le berger met en garde: «Al Maajala a donné un prétexte à certains pour rejoindre les rangs d’Al-Qaida et se venger.»

Depuis ce matin de décembre 2009, les Etats-Unis ont officiellement reconnu leur participation directe sur le sol yéménite à la lutte contre le terrorisme. Les bombardements aériens, les tirs de missiles de croisière et les attaques par des drones se sont multipliés ces derniers mois. Selon le Bureau du journalisme d’enquête, établi à Londres et qui en tient la comptabilité, les attaques américaines, au nombre de 14 en 2011, s’établissent entre 23 et 54 en 2012. Pour cette seule année, elles auraient fait 168 victimes, dont près de 40 civils.

«Les drones aident Al-Qaida», assène Ibrahim Mothana. Agé de 23 ans, cet activiste politique yéménite reprend le titre de sa tribune publiée le 14 juin dernier par le New York Times. «Les frappes américaines ne sont dans l’intérêt de personne, ni du Yémen, ni des Etats-Unis. Les drones tuent souvent des civils, et cela nourrit un sentiment anti-américain dans une population qui n’a pourtant rien contre eux. Beaucoup de ceux qui combattent aux côtés d’Al-Qaida n’ont pas de lien idéologique avec ses militants. Nous devons nous concentrer sur le développement et sur l’économie. Aujourd’hui, on observe les conséquences négatives de ces frappes. D’après les statistiques officielles, le nombre de membres d’Al-Qaida a augmenté ces dernières années, ces derniers ont même étendu leurs fiefs par rapport à 2009. Oui, les drones aident Al-Qaida», conclut le jeune activiste.

Ahmad Dahman a réalisé le même constat sur le terrain même d’Al Maajala, quelques jours seulement après son bombardement. Cet avocat de HOOD, parti enquêter à la source, a découvert que «plusieurs membres des familles des victimes avaient rejoint Al-Qaida pour se venger». A Mahfad, un district voisin, près de 150 personnes auraient fait le même choix selon lui. Mais aujourd’hui, au Yémen, sur les lieux où se joue cette lutte contre le terrorisme, les sentiments paraissent plus partagés.

Libérée par l’armée yéménite en juin dernier, la ville de Zinjibar se redresse lentement de longs mois d’intenses combats. Le chef-lieu de la province d’Abyan avait été conquis par Ansar al-Charia, prête-nom d’Al-Qaida dans le sud du pays, au printemps 2011. Ses habitants, alors jetés sur les routes de l’exode, reviennent par petits groupes dans leur ville. Devant un magasin, au milieu des traces d’une guerre qui n’aura rien épargné, un groupe d’hommes débat vivement. «Moi j’ai déjà oublié ce que j’ai mangé à midi, alors Al Maajala, tu crois qu’on s’en souvient», lance à la bravade un premier homme. «Si c’est dans l’intérêt du Yémen, alors on continuera à faire la guerre, même avec des victimes civiles.» «Oui, c’est grâce aux drones que les terroristes ont été chassés. Et s’il y a des victimes civiles, c’est à cause d’Ali Abdallah Saleh. C’est lui qui a laissé la porte ouverte à Al-Qaida. Il est le responsable», renchérit un vieil homme. «Mais les civils n’ont rien à voir avec tout ça», tente prudemment un jeune avant d’être coupé par un définitif «la victoire pour la patrie nécessite tous les sacrifices».

A l’évocation d’Al Maajala, citoyens, politiciens, combattants et officiers plissent les yeux et baissent la voix, ils soufflent, peinés et gênés à la fois. Si Al Maajala était nettoyé – des bombes à fragmentation sont toujours éparpillées sur le site et ont fait quelques morts parmi ceux qui s’y aventurent parfois –, Muqbil Mohammad Ali et ses amis, qui vivent toujours dans le voisinage, y creuseraient bien un puits qui irriguerait les alentours. «Ce serait le projet des martyrs d’Al Maajala. Mais aujourd’hui, les nomades redoutent qu’une attaque similaire se reproduise.» Alors les nomades ont peur, et les enfants, lorsqu’ils entendent sans les voir des drones fureter, au «bruit similaire à un hélicoptère bizarre, ils partent se cacher».

Au fin fond du Yémen, des bergers de fortune, poussiéreux, le visage bruni et les mains calleuses, attendent que soit rompu un silence, pour enfin savoir pourquoi, un petit matin de décembre 2009, «qui n’était ni froid ni chaud, le sang des bêtes s’est mêlé à celui des hommes».

Écrit par : FRED | 04/10/2012

@ Chamaco,

C'est W.Bush qui a attaqué l'Irak mais ce n'est en tout cas pas lui qui a soutenu ce régime. Il n'avait pas de compte à rendre à ses prédécesseurs. J'ai commencé à lire " Le livre noir de Saddam Hussein ". Après 40 pages j'arrive toujours pas à comprendre comment ont peu avoir pu s'opposer à cette guerre qui a renversé l'une des pires dictature du 20ème siècle. Vous dénoncez que les USa ont soutenu ce régime et 2 lignes plus loin vous vous dénoncez que W.Bush l'a fait tombé sur " un mensonge ". Il n'y a pas pire ceux qui comme vous préfèrent au final s'accommoder des tyrannies.

" Les mauvais Pachtounes d’aujourd’hui n’ont-ils pas reçu des armes et des fonds quand ils combattaient l’URSS en Afghanistan ? "

Rappelez-vous qui a déclenché la guerre dans un pays qui était laïc. Les USA ont peut-être été pas trop regardant sur danas quel mains les armes tombaient. Mais au moin elles sont aussi tombé dans de bonne main. Les USA au au moins aidé des résistants envahi par un pays qui voulait en faire une nation communiste. Non seulement les soviétiques n'ont pas réussi, mis ils ont également déclenché une radicalisation islamiste.

" « Drones efficaces » :
Parlez-nous des civils au Pakistan, des « bavures », du nombre de civils tués en Afghanistan…
« Technologie » "

Moi je regarde les résultats qui permet de préserver le monde libre. Nombre de dirigeants terroristes et d'Al quaed furent abattus avec ces drones dont l'efficacité n'est plus à démontrer. Les bavures il y en aura tant que des cinglés d'islamistes veulent la peau des occidentaux et de tout les musulmans qui ne seront pas aligné à la charria. Je vous ferais remarquer que ceux qui tuent le plus de civiles au Pakistan en Afgahnistan ou au Yemen ne sont pas les drones mais les talibans et Al qaeda.

" Vous dites : « Ni les russes, les chinois et les iraniens arrivent à la cheville de l'oncle Sam dans les domaines scientifiques et technologiques ». Là vous atteignez des sommets d’ignorance, restant bien planqué au niveau des généralités, sans trop vous compromettre, c’est-à-dire, sans intérêt. "

En tout cas vous ne donnez pas tellement d'exemples pour me contredire. Combien de prix nobel scientifiques chinois ou russes par rapport aux Américains? ( je ne pose pas la question pour l'Iran dont le chiffre est carrément néant ) Donnez-moi des noms d'Iraniens, chinois et russes qui sont l'équivalant de Steeve Job ou de Bill Gate? Donnez moi des noms de marques d'ordinateurs de conception chinoises ( A part les copies ) ou Russes qui rivalisent avec ceux de Mc, Apple, IBM etc... Idem pour les teélphones portables. La Silicon Valley c'est où d'après vous? A Téhéran?

Internet c'est né où?... A Pékin?... A Moscou? Je parle bien d'Internet crée aux USA en 1969 qui était financé par l'armée américaine et non le WEB en 1998 qui est né au " CERN ". Mais en tout cas pas né ni à Pékin, ni à Téhéran. Je ne parle pas des bio-technologies, de la cybernétique, de la recherche médicale, des nano-technologies etc...

@ Fred

" Il entretient un blog dans lequel il censure tout ce qui ne lui convient, avec le faux prétexte qu'on l'insulte. Le pauvre il pense que dire la vérité équivaut à l'insulter. Normal, puisque DJ vit dans l'illusion. "

Vous êtes franchement gonflé et malhonnête de me sortir de telles accusations. Il me semble que je vous ai laissé une tribune libre qui vous a permis de poster des dizaines de commentaires qui comme vous le dites: " ne me conviennent pas ". Enfin bref, les écrits restent. Il suffit d'aller sur mon blog pour s'en rendre compte. Pour votre commentaire FRED, j'ai répondu sur celui de Chamaco.

D.J

Écrit par : D.J | 05/10/2012

L’incohérence mentale semble être l’état naturel de DJ. Il peut facilement dire une chose et son contraire en une même phrase et il croit dur comme fer avoir dit quelque chose de logique.

« Enfin bref, les écrits restent. Il suffit d'aller sur mon blog pour s'en rendre compte. »

Ben justement, les écrits ne restent pas. Tout ce qui ne vous convient pas, vous l’effacez.

« Pour votre commentaire FRED, j'ai répondu sur celui de Chamaco. »

Oui, avec votre puérilité et abjection habituelles.

« Moi je regarde les résultats qui permet de préserver le monde libre. »

Parce que selon vous, les gens de Al Maajala ne méritaient pas d’être préservés ? Ils appartenaient pas au fameux monde libre, selon vous ? C’étaient des êtres humains insignifiants dont on a pas se soucier ? Vous descendez vraiment très bas dans l’abjection, vos justifications son identiques à celles des terroristes. Probablement ces gens étaient bien plus libres que plein des gens en Occident et compris vous. A mon avis vous êtes un misérable raciste.

Il n’y a rien que justifie de tels actes. Absolument rien. Ce type des « bavures » n’ont rien de différent aux attentas terroristes. Au moins les terroristes ont souvent le courage de leur folie de se rendre sur place. Ici il s’agit des personnes qui lancent ses « bavures » confortablement installés en appuyant sur un bouton. A l’abjection se joint la lâcheté.

« Je vous ferais remarquer que ceux qui tuent le plus de civiles au Pakistan en Afgahnistan ou au Yemen ne sont pas les drones mais les talibans et Al qaeda. »

Ça c’est un commentaire typiquement puéril de votre personne. Selon votre logique tordue, un assassin quelconque laisse de l’être du moment qu’il y un autre qui commet plus de crimes. Les crimes ce sont des crimes. D’où qu’ils viennent. Il y a pas à faire de différence.

Écrit par : FRED | 06/10/2012

Pauvre DJ !

débattez vous avec vos connaissances parcellaires qui vous empêchent toute réponse cohérente.
W.Bush a attaqué l'Irak et n'avait pas de compte à rendre à ses prédécesseurs, dites vous !!!
Son "papa" qui a fait la guerre Irak 1 ? Rumsfeld qui en 83 appelait Saddam "notre ami" lui serrait la main et apportait des armes chimiques ??
N'est-ce pas ce même Rumsfeld qui "travaillait" avec Bush ? Et le Dick Cheney ? le secrétaire à la défense du président Papa Bush et VP de Bush fils...
Mon pauvre DJ que de lacunes volontaires ou non !
Vous voulez "préserver le monde libre", celui qui emprisonne sans raison, qui éxécute, assassine ??? Ah le Patriot Act quel progrès dans la liberté !
DJ ou Guignol ?

Écrit par : Chamaco | 06/10/2012

on est tous d'accord sur un point: l'ignominie
- celle de vivre ça en toute impuissance démocratique au XXIe
ou celle de l'argent sale placé dans la mort de civils et la destruction de leurs villes
à l'heure des lobbies & marchés financiers au pouvoir, les individus - iraniens, américains, russes ou suisses, n'y peuvent rien sinon agiter des mots face aux maux, accepter un tribunal pénal international, Carla Ponti et l'instruction de futures condamnations.

Écrit par : Pierre à feu | 06/10/2012

@ Fred,

" L’incohérence mentale semble être l’état naturel de DJ. Il peut facilement dire une chose et son contraire en une même phrase et il croit dur comme fer avoir dit quelque chose de logique. "

Ce qui ,semble naturel chez vous c'est ce genre de réflexions systématiques sur ma personne que vous me sortez à chaque fois. Vous savez apparemment mieux magner le dénigrement personnel que les idées digne d'un vrai débat. Donc je m'arrête là avec vous. J'aime pas discuter avec les gens impolis comme-vous.

D.J

D.J

Écrit par : D.J | 06/10/2012

@DJ

Essayez de vous réveiller.

"C'est W.Bush qui a attaqué l'Irak mais ce n'est en tout cas pas lui qui a soutenu ce régime. Il n'avait pas de compte à rendre à ses prédécesseurs."

On parle ici des méfaits de l’empire et non de Bush. Bush était bel et bien le représentant de l’empire et il a agi dans la continuité des agissements de l’empire.

Écrit par : Amiel | 06/10/2012

@DJ

Essayez de vous réveiller.

"C'est W.Bush qui a attaqué l'Irak mais ce n'est en tout cas pas lui qui a soutenu ce régime. Il n'avait pas de compte à rendre à ses prédécesseurs."

On parle ici des méfaits de l’empire et non de Bush. Bush était bel et bien le représentant de l’empire et il a agi dans la continuité des agissements de l’empire.

Écrit par : Amiel | 06/10/2012

@DJ

Je réitère ce que je dis. La franchise n’est pas de l’impolitesse, bien au contraire de l’hypocrisie. Il n’est nullement impoli de relever votre disposition d’esprit, car celui-ci fait bien parti du débat, en ce sens que dans l’incohérence de vos propos vous approuvez chez les uns ce que vous condamnez chez les autres.

Votre réponse n’est autre chose qu'une preuve de lâcheté de votre part de faire face au débat.

Écrit par : FRED | 07/10/2012

Les commentaires sont fermés.