18/09/2012

CPI, TPI, ONU, HRW et Conseil Fédéral : l’art de noyer le poisson

Comme on le sait maintenant, ce sont les chancelleries occidentales et les médias de cette partie du monde qui nous l’apprennent, le crise en Syrie n’a pas d’égal dans l’histoire. C’est à peine si la deuxième guerre mondiale a vu autant de pays, de puissances mondiales, de coalitions, etc. s’impliquer à ce point. Et encore.

La dernière trouvaille de notre « puissant » Conseil Fédéral, leader en la matière depuis le début de la crise syrienne, est d’être à la tête du mouvement appelant à traduire la Syrie devant la justice internationale. Pourquoi faire ? Pour juger les « coupables » de crimes de guerre (on ne parle pas encore ouvertement de crimes contre l’humanité mais cela ne tardera certainement pas). La Suisse « se veut exemplaire » en la matière. D’où l’entrain et la véhémence de notre ministre des affaires étrangères.

Voyons déjà ce qu’en dit une de ces organisations.

http://fr.rian.ru/world/20120917/196065699.html

Ils ne sont pas les seuls. Aujourd’hui même, lundi 17 septembre et pour la deuxième fois en l’espace de moins de deux semaines, le Conseil des Droits de l’Homme, sous la houlette de la très agitée Navi Pillay, ne put faire autrement que de reconnaitre, certainement à contrecœur, des exactions, exécutions sommaires, tortures et crimes de guerre commis par les terroristes de l’ASL, ceux que notre DFAE et son chef appellent « opposition légitime ».

Ainsi, notre Conseil Fédéral veut traduire les responsables de crimes de guerre devant la justice internationale. Ayant lu quelque part que cela inclut, c’est cela la nouveauté, « tous les responsables » de quelque bord que ce soit, je puis supposer que les « amis légitimes » de notre DFAE et son chef sont inclus dans cette affaire ! Ils ont même proposé Carla del Ponte, celle qui se donna pour mission de « punir » tous les responsables de crimes de guerre dans l’ex Yougoslavie, surtout si ceux-ci sont Serbes, à l’exclusion de trafiquants d’organes Kosovars, protégés de nos autorités fédérales.

Mais alors. Si les amis « légitimes » de notre ministre des affaires étrangères sont reconnus coupables de crimes de guerre. Comment la « justice » internationale pourra-t-elle qualifier l’attitude de ceux qui ont aidé, financé et fourni armes et aide logistique à ceux-ci ?

Complicité de crime de guerre ? Cela me parait être un minimum.

Une toute dernière chose, histoire de "sourire" un peu. L'enthousiasme de notre ministre des affaires étrangère vaut-il aussi pour "tous" les crimes de guerre, où qu'ils aient pu avoir lieu et par qui que ce soit ?

Commentaires

Les massacres de Sabra et Chatila ont eu lieu du 16 au 18 septembre 1982.
Il y a donc 30 ans aujourd'hui qu'aucune action internationale n'a été entreprise contre les tueurs (actifs ou complices) quels qu'ils soient...
Nos dirigeants ont une idée très variable de la justice.

Faudra--il leur mettre le nez dans leur m** pour qu'ils s'aperçoivent que leur discours est nauséabond.

Nos "éminents" dirigeants peuvent-ils ignorer ceci venant du Times :

"Un cargo libyen aurait transporté 400 tonnes d'armes destinées aux rebelles syriens...
Le quotidien britannique Times a rapporté l'envoi d'un gros convoi d'armes et de munitions pour les terroristes de l'ASL à bord d'un bateau libyen. Selon Arabi Press, le bateau en question a jeté l'ancre dans le port turc Iskenderun. Plus de 80% des armes qui se trouvent à bord de ce bateau ont été acheminés vers la Syrie. Il s'agit d'un convoi de 400 tonnes d'armes et de munitions dont 80% ont été distribués aux rebelles. Des missiles antiaériens Sam-7 et des roquettes ainsi que d'autres munitions se trouvent également dans ce convoi et selon les rebelles ces armes pourraient changer la donne. Il s'agit du plus grand convoi d'armes jamais reçu par les rebelles. Des miliciens libyens sont arrivés en Turquie à bord de ce même bateau et envisagent de franchir les frontières turques et entrer en Syrie. (15-09-2012)

A quand une vraie justice ?

Écrit par : Chamaco | 18/09/2012

@ Chamaco,

Ce n'est certainement pas moi qui vous donnerais tort.
Nous savons tous les deux que ce que nous disons est à 100% vrai. Nous savons aussi qu'il ne servira, malheureusement, à rien. Pourquoi ? Pour la raison simple et éternelle que les faibles n'ont JAMAIS raison. Certains viennent chez vous, vous regardent dans les yeux, vous demandent de quitter les lieux et s'y installent à votre place, chez vous. Comble de l'ironie, ils passent pour les victimes. Savez-vous pourquoi ? Parce qu'ils ont su se rendre forts. autant qu'il faut pour envoyer balader tout le monde. C'est la seule chose que je reprocherai toujours à la Syrie. N'avoir pas su se fortifier. Au lieu de courir derrière d'éternelles causes perdues et passer le temps à fomenter des intrigues autant farfelues qu'inutiles. Se donner les moyens d'envoyer balader tout le monde et faire ce qu'elle a à faire de suite, sans attendre l'aval de personne et avec une violence propre à pétrifier même les rêves des terroristes, ainsi que leurs soutiens.

Écrit par : Jean.- S. Gowrié | 18/09/2012

Les journalistes ne peuvent plus se dérober, ni sur les crimes commis par les terroristes, ni sur la présence d'étrangers en Syrie.
Au hasard, sur le site de l'hebdo "Le nouvel Observateur" :

"L'Onu augmente sa liste de suspects de crimes en Syrie 17-09-2012

Selon des enquêteurs des Nations unies, des crimes de guerre ont été commis aussi bien par les forces de Bachar al Assad que par des rebelles en Syrie. L'équipe d'enquêteurs, dirigée par Paulo Pinheiro, demande au Conseil de sécurité de saisir la Cour pénale internationale (CPI)."
Article complet :
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120917.REU6087/l-onu-augmente-sa-liste-de-suspects-de-crimes-en-syrie.html
*
la fourniture d'armes, de fonds, de transport, de filières, de camp d'entrainement, toute aide apportée à ces terroristes, contient la notion de complicité.

Écrit par : Chamaco | 18/09/2012

Les commentaires sont fermés.