21/07/2012

Gilles Jacquier tué par les terroristes. L’information suisse par l’Hebdo, Le Courrier, La Liberté…et les autres.

Chacun sa spécialité. Les voyous et les terroristes tuent les gens. Les voyous et les terroristes médiatiques s'occupent du reste.

Il ne sert à rien d'être long. Je me suis donné pour mission de dénoncer les manipulations et les mensonges des plumitifs de certains torchons. Je n'ai jamais, dès l'instant même où la nouvelle concernant la mort du reporter français a été diffusée, changé de ligne : ce sont les terroristes amis de certains journalistes sur place qui ont commis ce meurtre. Pourtant, comme pour tout le reste, ces mêmes journalistes, n'ont pas hésité à accuser l'armée syrienne d'avoir elle-même effectué le tir.

Voici l'article, fraîchement cueilli, du Figaro. Lisez notamment la fin de celui-ci où il est question de « Certains journalistes accompagnant Jacquier ont longtemps maintenu avoir été visés intentionnellement par l'armée syrienne. Sollicitée, la veuve de Gilles Jacquier n'a pas souhaité réagir ».

Ne manquez-pas non plus le passage de l'article où l'auteur, ne pouvant s'empêcher de le faire, parle d'une « bavure » des rebelles. Voyez-vous, nous avons affaire, selon cet autre plumitif, à une organisation respectable, constitué d'éléments non moins respectables, disciplinés et hautement qualifiés, dont le sens premier est l'honneur et dont cet acte, isolé bien sûr, serait une « bavure ».

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/17/01003-201...

Soyez tout aussi attentifs au passage suivant :

« Les rapports de la mission indiquent que le journaliste français a été tué à la suite de tirs de mortier par l'opposition», soulignait le paragraphe 44 du document. Précision importante: le texte cite «les rapports». En effet, un autre texte plus détaillé, rédigé par les observateurs arabes à Homs, existe au siège de la Ligue au Caire. Mais il n'a jamais été rendu public. «J'ai demandé aux assistants du secrétaire général, Nabil el-Arabi, pourquoi la Ligue n'avait pas publié le second rapport, souligne un responsable de l'opposition syrienne. On m'a répondu que les Français et le Qatar, qui dirigeait à l'époque le comité ministériel de la Ligue, nous avaient demandé de ne rien publier, car c'est une affaire désormais entre les mains de la justice française. Les uns et les autres soutiennent l'Armée syrienne libre, ils n'ont pas intérêt, selon cet opposant, à ce que les dissidents soient reconnus coupables de l'assassinat d'un journaliste ». Comme quoi, comme je l'ai avancé dès le premier jour, les Français n'ont strictement rien à faire de la vie ou de la mort d'un de leur ressortissants. Et, à propos de ces derniers, les Français, si l'on ajoute leur implication dans l'attentat (un attentat est par définition un acte terroriste) contre l'immeuble de la sûreté nationale à Damas, on ne peut en conclure que d'une seule façon : voici un pays terroriste, la France, qui utilise des méthodes de voyous pour le compte d'autres voyous.

Nous verrons ce que pensent de tout cela certains de nos médias, jadis respectables, Le Temps p.ex. Nous verrons aussi ce qu'en pensent les torchons en question. Nous verrons enfin ce qu'en pense le Conseil Suisse de la Presse, auprès duquel une plainte a été déposée, il y a de cela plus de six mois, contre les trois titres susmentionnés et les journaleux auteurs du fameux « crime d'Etat ».

 

Commentaires

Ceux qui vous détournent de la presse.
Ceux dont on ne peut croire qu’ils soient indépendants. Sinon comment expliquer leurs prises de position ? Et comment expliquer les raisons qui les poussent ?
Dans le renseignement on peut en distinguer 4 sur lesquelles exploiter une cible : AISE. Argent, Idéologie, Sexe et Ego (Money Ideology Sex et Ego). On peut parfois ajouter un C (chantage) qui peut ou non se confondre avec le 3e.
Le cercle restreint de ceux qui font et retransmettent l’info ressemble à une famille incestueuse (en France en tout cas). Les hommes et femmes politiques sont souvent mariés ou accompagnés par des journalistes. Les exemples sont nombreux.
Ce qui était dénommé « 4e pouvoir » (presse et médias) est tellement noyauté et influencé qu’il ne chante que d’une voix, celle de ses maitres, qu’il a perdu toute sa crédibilité, et qu’il n’est plus qu’un relais docile.
Les « journalistes » sont domestiqués et « carpéttisés », au pied !

Écrit par : Chamaco | 22/07/2012

Les commentaires sont fermés.