16/07/2012

Timisoara, Houla, Tremseh : la mayonnaise ne prend plus. Malheureusement pour les terroristes et les médias occidentaux.

C'est la première fois depuis le début de la crise syrienne qu'une débandade de l'ASL, Armée Syrienne Libre, une association hétéroclite de déserteurs, islamistes salafistes, de "frères arabes" venus soutenir leur frères en terrorisme, etc, peine à se transformer en massacre. Ce le jour même de l'événement. Décidément, les choses changent, y compris au sein des succursales d'Al Jazeera ici. Ainsi, Le Point.fr, dans son édition électronique de 13 juillet, le jour même de l'opération de l'armée contre les terroristes, parle sans détour de 150 victimes dont la majorité serait des rebelles. Le Points.fr affirme que le nombre de civils tués ne serait que de sept, que je déplore. Malgré cela, Le Point n'a pu s'empêcher de commencer le titre de ce même article par : "massacre en Syrie". http://www.lepoint.fr/monde/massacre-en-syrie-la-majorite...

Voici aussi ce qu'en dit Romandie.com

http://www.romandie.com/news/n/_Syrie_des_dizaines_d_insu...

Vous ne le croirez pas, mais ces deux médias citent l'OSDH, officine stipendiée par le gouvernement de sa Majesté, elle-même citant une officine locale, Sham News qui, de l'aveu même du Point et de Romandie, serait pro-révolution.

Rendez-vous compte, même l'OSDH ne peut plus ranger les terroristes et les rebelles parmi les "victimes civiles" provenant des manifestations pacifiques, si chères à nos amis Gaëtan Vannay et Boris Mabillard, "journalistes" professionnels pro-démocratie de leur état.

On a donc essayé d'inventer une nouvelle Houla.

De son côté la TDG, dans son édition électronique du 13 juillet, parle, tout en se cachant derrière l'OSDH, histoire de se dédouaner de toute fabrication propre, atteint des sommets dans la désinformation, nouvelle spécialité des journalistes de chez nous, en parlant de plusieurs dizaines de combattants armés mais en titrant : "des villageois tués à l'arme blanche ou à coups de bâtons". Cela étant, sur les trois commentaires postés, une lectrice a tout de même eu la présence d'esprit, certainement bien plus développé de l'auteur de l'article, qui a relevé cette contradiction. Merci pour elle.

Voici ce magnifique article par un journaliste, certainement professionnel :

http://www.tdg.ch/monde/villageois-massacres-arme-blanche...

Toujours au sujet de la TDG, celle-ci titrait, ce dimanche 15 juillet titrait : "des quartiers denses de Damas bombardés". Une fois passé l'effet d'annonce habituel dans le titre, on lit, dans le même article, que l'armée régulière lance des tirs contre des quarties où sont retranchés des "rebelles armés".

Ah ha...On peut être certains que cela se transformera sous peu en un massacre de civils. Il faut aussi souligner que l'auteur, anonyme, de l'article n'a pas oublié de se cacher encore une fois derrière les chiffres de l'OSDH.

Voici le chef-d'oeuvre journalistique en question :

http://www.tdg.ch/monde/quartiers-denses-damas-bombardes/...

Enfin et à propos du "massacre de Tremseh, le cauchemar qu'il ne faut pas passer sous silence, selon Clinton, Cameron et Hollande, le chef des observateurs de l'ONU vient de rendre son rapport : "l'armée régulière n'a pas utilisé d'avions de combat..Elle n'a visé que les cachettes des rebelles et des déserteurs".

http://www.boursorama.com/actualites/damas-dement-avoir-r...

A propos de ces "massacres", on se demande toujours pourquoi, à l'instar de Houla, précisément, où la majorité des victimes étaient des chiites "pro gouvernement", ceux-ci n'ont lieu que dans des localités...pro régime !

Je demande là aussi à nos valeureux journaleux de nous en fournir l'explication. Eux qui ont effectué des "immersions" au sein de l'ASL, organisation humanitaire pacifique de son état.

Alors oui, l'Armée Nationale Syrienne a effectué une opération contre les terroristes, financés et soutenus par les bédouins et les pays Occidentaux. Parmi eux, on a trouvé des combattants étrangers et un officier turc.

Alors, si je comprends bien, les USA, la France, la GB et quelques bédouins, veulent maintenant une enquête internationale pour voir comment les terroristes ont été tués !

Ça, c'est nouveau.

P. S. Vous la'uriez remarqué, je reprends mon slogan contenant la dénonciation des mensonges et des manipulations journalistiques.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : timisoara, houla, tremseh, gowrié, syrie, usa, vannay, mabillard, tdg, terroristes, france, asl, bédouins

Commentaires

Le revirement (obligé) de certains médias est d’autant plus intéressant qu’un jour ou deux avant, la presse occidentale a « oublié » de citer des confrères turcs comme Cumhuriyet, Milliyet, ou Hürreiyt.
Pourtant notre « bonne presse » avait fait le nécessaire pour vendre au maximum l’affaire de l’avion turc !
Las ! Selon le chef du service d'information du ministère turc de la Défense, le général Baki Kavun, cité par le quotidien Cumhuriyet, "l'épave ne présente aucune trace permettant de conclure à une attaque de missile". Cette déclaration "a semé la confusion dans les esprits", indique le journal.

D'après Cumhuriyet, l'avion n'a pas été abattu par la défense syrienne, comme on l'affirmait initialement, mais s'est probablement abimé en mer lors d'une manœuvre à basse altitude. Une hypothèse partagée par le quotidien Milliyet. "On arrive à la conclusion suivante: soit la Syrie a ouvert le feu sans atteindre l'avion, soit il est tombé suite à une défaillance technique ou en tentant d'échapper au tir de la DCA", indique le journal.

Pour en revenir à ce « massacre » qui n’en est pas un, on peut au moins en tirer un mérite. On commence à voir fleurir ici ou là dans les articles, des avertissements comme : « Compte tenu des restrictions imposées à la presse par les autorités syriennes et de la décision de l'ONU de ne plus comptabiliser les morts, il est impossible d'obtenir un bilan de source indépendante » (Belga.be 14/07/12 - 22h39).
Même si les « restrictions » mentionnées sont fausses (des journalistes occidentaux sont bien présents sur le terrain et s’y déplacent) la prudence semble être de retour. Cela n’empêche pas les médias de poursuivre par ailleurs leur désinformation par omission en n’expliquant pas pourquoi la mission de l’Onu qui avait cessé « compte tenu des dangers » se retrouve tout à coup en capacité de se rendre dans la journée sur un site de combats…

On a l’impression que les fabricants d’information (je ne parle pas ici de l’Osdh mais de ce qui se cache derrière) sont un peu à court d’idées pour diaboliser le régime et Al Assad.
Nous avons eu droit aux tortures d’enfants, à différents massacres, aux désertions en nombre d’une galaxie étoilée ou d’un cousin, à un avion turc, un ambassadeur en Irak… Il semble que les idées s’épuisent alors que le temps passe et qu’aucun signe de faiblesse ne se fait jour.
Et pendant ce temps on ne nous parle plus des remous constants au sein du CNS avec son nouveau président, d’une ASL pleine de généraux mais sans direction. Tiens ! Qu’est devenu le colonel Ryad al-Asaad, chef en titre de cette valeureuse armée dite libre et syrienne ? D’insistantes rumeurs prétendent, depuis un certain temps qu’il aurait préféré la Bulgarie et la caisse de l’ASL.

Notons avec plaisir que ce qui nous est rapporté sur les combats qui se déroulent à Damas depuis hier, est entouré de quelques précautions inhabituelles…

Écrit par : Chamaco | 16/07/2012

A toutes les "Liberté Chérie" et journal..................

Anne-Cécile Robert (Monde Diplomatique) : Guerre humanitaire, propagande, démocratie...

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=DvW0n7LPu8o

Écrit par : Bahia | 17/07/2012

Les commentaires sont fermés.