18/06/2012

Lavrov : Clinton est une menteuse, Fabius un larbin ignare

Ce n'est pas en substance mais mot pour mot ce que le ministre des affaires étrangères russe vient de déclarer.

Autant la tête même de Juppé ne me revenait pas, je ne puis m'empêcher de m'esclaffer devant celle de son successeur. Avec celui-ci, on a vraiment l'impression de se trouver devant un caniche hagard. A peine ses maîtres de Washington, par la bouche de la femme de l'ancien Président Clinton, ont-ils déclaré discuter avec les Russes d'un changement politique en Syrie, que le chauve, tiens, du Quai d'Orsay s'empressa de déclarer que la France discutait, elle aussi, avec la Russie de l'après Assad.

Je ne sais comment des gens de ce niveau puissent supporter d'être constamment et pareillement humiliés. A moins que ce ne soit l'inverse, savoir qu'il faut pouvoir en supporter autant pour pouvoir en arriver là où ils sont.

Voici d'abord la réponse de Lavrov à l'Américaine : « J'ai lu quelque part aujourd'hui que la porte-parole du département d'État américain, Victoria Nuland, aurait dit que les États-Unis et la Russie discutaient de changements politiques en Syrie après le départ de Bachar al-Assad. Si cela a été vraiment dit, c'est faux. De telles discussions n'ont pas eu lieu et ne peuvent avoir lieu. Cela est en totale contradiction avec notre position ».

Quant à Fabius... euh, tiens : Lavrov n'a même pas daigné commenter ses déclarations. Il a sans doute estimé que la réponse donnée aux maîtres suffisait largement. Le larbin passera ramasser les miettes après que les patrons se soient levés de table.

Lavrov a même ajouté : « nous ne sommes pas impliqués dans les changements de régimes à travers le Conseil de Sécurité de l'ONU ni ne participons à des complots politiques ».

Je continue pour ma part à croire que la Syrie est parfaitement capable d'en finir avec tout cela sans l'aide, ni l'avis de personne. Et plutôt serait le mieux.

Ceux à qui ceci ne plairait pas n'ont qu'à aller se faire voir chez les grecques.

 

08:09 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : juppé, france, onu, fabius, gowrié, russie, syrie, lavrov, clinton, usa

Commentaires

"Je continue pour ma part à croire que la Syrie est parfaitement capable d'en finir avec tout cela sans l'aide, ni l'avis de personne."

Je suis d'accord d'autant plus que tout fini toujours par s'arranger, même mal.

Cela dit, j'apprends qu'un "accident de travail" aurait été fatal à un certain Abou Qatada à Deir ez-Zor. Comme quoi il n'y a pas que de mauvaises nouvelles en provenance de Syrie.

Écrit par : Giona | 18/06/2012

Est-ce par gentillesse que vous avez féminisé le substantif Grec? En effet, se faire voir chez les Grecs est en général une grossièreté réservée aux interlocuteurs masculins, et ne concerne donc, dans son aspect lutin du moins, qu'une partie de nos concitoyens. Tandis qu'aller se faire voir chez les Grecques risque d'émoustiller pas mal de d'entre eux et pourrait même les pousser à s'expatrier. Quant à vous, vous aurez à faire aux épouses et compagnes délaissées.

Écrit par : Mère-Grand | 18/06/2012

@ Mère-Grand, mille mercis, c'est fantastique. Dites-vous bien que je ne l'ai même pas remarqué. Quel esprit et quelle présence d'esprit. J'aime aussi beaucoup votre dernière suggestion.

@ Giona, Comment ne pas être parfaitement d'accord. Merci

Écrit par : Jean.- S. Gowrié | 18/06/2012

Les commentaires sont fermés.