31/03/2012

Mon Dieu : Rumsfeld avait finalement raison

Lors de l'invasion de l'Irak par les Américains, venus d'abord le libérer et démocratiser et ensuite pour chercher les armes de destruction massive, Rumsfeld, alors Secrétaire d'Etat Américain à la défense, très irrité de la position française à l'époque (la France avait encore quelques restes de dignité) a déclaré, en le montrant avec ses mains, qu'il utilisait beaucoup pour illustrer ses propos, que le centre de décision et le poids de l'Europe n'est plus tellement à l'Ouest mais « Europe's centre of gravity is shifting East », traduisez : il se déplace vers l'Est.

Je crois que ce vieux criminel avait raison. Il aura juste fallu attendre la crise en Syrie pour le découvrir.

Erdogan l'Ottoman, Sarkozy le Français (peut-on dire d'origine hongroise ou pas ?), qui vient de créer une nouvelle expression, "les musulmans d'apparence", et, surtout, Juppé l'arrogant, vont devoir manger leurs chapeaux. Je ne parle pas des Bédouins car ceux-là, encore plus que les Français, feront ce qu'on leur dictera.

Il y a de cela à peine une semaine, Juppé rejetait encore « catégoriquement » la possibilité de mettre « sur un même plan oppresseurs et oppressés ».

C'est l'Ouest qui a finalement « totalement » cédé, Juppé en tête.

BRICS.jpg

Pourquoi ? Simplement parce que les Américains et les Britanniques s'y étaient déjà préparés depuis un moment, seul Juppé (sous les ordres de Hariri fils et des bédouins) faisait encore de la résistance. Ceci n'a rendu la chose qu'encore plus savoureuse. Daniel Vernet, dans un article qu'il a fait paraître mercredi sur Slate.fr, et qu'il a intitulé : « tout est dans les mains d'Assad. Et des Russes », l'a bien reconnu : « la Russie a bien réussi à déplacer le centre du jeu dans une région où son influence était déclinante bien avant la disparition de l'URSS ».

Les USA, la France, la GB et, dans une moindre mesure, les bédouins et les agences internationales nuisibles, du genre Navy Pillay, n'y pourront plus grand-chose : le jeu se passe ailleurs. Le combat d'arrière garde assigné à cette dernière, Navy Pillay, par ses patrons et le ton extrêmement dur qu'elle vient d'utiliser pour qualifier le Président Syrien ne feront qu'affaiblir encore plus la position des Occidentaux. Kofi Annan, de même que les Russes et les Chinois, savent parfaitement que ces déclarations, au moment même où Annan conduit sa mission, n'ont pour but que de saper celle-ci. Cela les renforcerait dans leur détermination à s'opposer aux Occidentaux. Pour ceux qui comprennent « un peu » le langage diplomatique, voire le langage tout court, les Russes viennent de demander à l'opposition syrienne de « suivre l'exemple du gouvernement ». Les joueurs de foot seront certainement plus à même de comprendre la signification de cette demande que Madame Pillay.

Comme si elle n'en avait pas assez, la France, plus précisément le Quai d'Orsay, vient de recevoir une énième gifle de la part des...Russes. Lavrov étant "fatigué" de répondre aux idioties à répétition de Juppé, a chargé son porte-parole, Alexandre Loukachevitch, de le faire. Ce dernier vient de déclarer :

"Le droit d'estimer les progrès de la mise en œuvre du plan de Kofi Annan appartient avant tout à l'émissaire spécial pour la Syrie, ainsi qu'au Conseil de sécurité de l'ONU dont le rôle ne peut pas être joué par un groupe autoproclamé d'amis de la Syrie. L'intention de faire autrement annoncée par un pays membre permanent du Conseil de sécurité, est pour le moins inquiétante", a indiqué M.Loukachevitch.

"Nous voudrions rappeler que le plan en six points, baptisé "le plan de Kofi Annan", a été approuvé unanimement par le Conseil de sécurité de l'Onu, selon la déclaration de son président, publié le 21 mars. Le Conseil a clairement indiqué que l'envoyé spécial (Annan) était chargé de l'informer des progrès de sa mission", a-t-il ajouté.

"Amis de la Syrie" : Mouscou préoccupé par les déclarations de Paris

Pour finir, en beauté, au sommet des BRICS, à New Delhi, la Chine et la Russie ont publié, d'une manière très officielle donc, un communiqué commun dans lequel on pouvait lire : "Nous rejetons toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie. Nous appuyons aussi la mission de Kofi Annan pour régler la crise". Le même communiqué ajoute : " il faut mettre un terme au terrorisme des groupes armés en Syrie". Pour "pimenter" le tout, Medvedev, le Président Russe déclarait : " le départ de Bachar, réclamé par les opposants radicaux et leurs parrains internationaux, était "une idée à courte vue".

On espère juste que le chapeau de Madame Pillay, personne très influente dans le monde, aura meilleur goût que ceux d'Erdogan, Sarkozy, Juppé et Obama. Je ne cite pas Cameron parce que, lui, il ne dit plus rien, ni les bédouins parce que, ehhh, parce que rien du tout.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gowrié, syrie, rumsfeld, france, usa, pillay, opposition, terrorisme

30/03/2012

Nizzar Qabbani le Magnifique : me permettez-vous ?

Voici d'abord qui est Nizar Qabbani

Capture.PNG

Et voilà un de ses chefs-d'œuvre. La traduction, de l'arabe, enlève beaucoup à la poésie des propos mais le sens reste, à mon avis, intact.

Me permettez-vous ?

Dans des pays où l'on assassine les penseurs, où les écrivains sont des mécréants et où l'on brûle les livres. Dans des pays où l'on rejette l'autre, où l'on scelle les bouches et où l'on enferme les idées. Dans des pays où poser une question est blasphématoire, il m'est nécessaire de vous demander de me permettre...

Me permettez-vous d'élever mes enfants comme je le veux et de ne pas me dicter vos envies et vos ordres ?

Me permettez-vous d'apprendre à mes enfants que la religion est d'abord pour Dieu et non pas pour les gens, les Imams et les Oulémas ?

Me permettez-vous de dire à ma petite fille que la religion est morale, éducation, courtoisie, politesse, honnêteté et sincérité, avant de lui apprendre par quel pied elle doit d'abord entrer dans les toilettes et avec quelle main manger ?

Me permettez-vous de dire à ma fille que Dieu est amour et qu'elle peut lui parler et lui demander ce qu'elle veut ?

Me permettez-vous de ne pas rappeler à mes enfants la souffrance de la tombe alors qu'ils ne savent pas encore ce qu'est la mort ?

Me permettez-vous d'apprendre à ma fille les bases de la religion et le respect qu'elle impose avant de lui imposer de porter le voile ?

De dire à mon jeune fils que faire du mal aux gens, les humilier et les mépriser pour leur origine, couleur ou religion est un grand pêché pour Dieu ?

Me permettez-vous de dire à ma fille que faire ses devoirs et se concentrer sur son éducation est beaucoup plus important pour Dieu que d'apprendre les versets du Coran par cœur sans même qu'elle n'en comprenne le sens ?

Me permettez-vous de dire à mon fils que suivre le Prophète commence par prendre exemple sur sa droiture et honnêteté avant sa barbe et la longueur de son habit ?

Me permettez-vous de dire à ma fille que les autres ne sont pas des mécréants et qu'elle n'a pas besoin de pleurer de peur qu'ils n'aillent en enfer ?

Me permettez-vous de crier que Dieu n'a, après le Prophète, demandé à personne de parler en son nom, ni autorisé quiconque à vendre des indulgences ?

Me permettez-vous de dire que Dieu a interdit de tuer une âme humaine et que celui qui tue un homme est comme s'il avait tué l'humanité entière ? Qu'un musulman n'a pas le droit d'en intimider un autre ?

Me permettez-vous de dire à mes enfants que Dieu est plus grand, plus miséricordieux et plus juste que tous les Oulémas (docteurs en religion) réunis de la terre ? Que ses principes n'ont rien à voir avec ceux des marchands de religion ?

Me permettez-vous ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gowrié, nizar qabbani, kabbani, syrie, religion, islam

29/03/2012

Les bédouins se réunissent à Bagdad, les ennemis de la Syrie à Istanbul

1.  Sommet de la Ligue Arabe à Bagdad. Signe des temps : alors que les récentes rencontres des bédouins, auxquelles les Syriens n'étaient, Dieu merci, même pas conviés, réunissaient les plus hauts responsables des pays en question, sous la houlette, très bruyante, du Qatar et de l'Arabie Saoudite, ces derniers ne savent plus comment inventer des prétextes pour ne pas assister à celle qui se tient ces jours-ci à Bagdad. A ma connaissance, seuls le Soudan et l'autorité palestinienne seront représentés par leurs plus hauts responsables alors que les autres pays, pour autant qu'ils y assistent, y envoient des sous-fifres et on n'en entend plus, ce depuis quelque temps déjà, les déclarations tonitruantes et très volontaristes de Hamad. Hamad est le premier ministre et le ministre des affaires étrangères du Qatar, vous savez, le pays le plus puissant du monde, propriétaire du PSG et premier sponsor du Barça.

Ainsi, les bédouins semblent avoir revu leurs ambitions largement à la baisse. Comme tous les autres par ailleurs. Sarkozy et Juppé ne déclarent plus rien du tout et Obama lui-même « salue la décision de la Syrie de répondre favorablement aux propositions d'Annan ». En fait la Syrie semble avoir pris tout le monde de court. Que vont maintenant faire tous ceux qui ont demandé, que dis-je, exigé, ordonné le départ du Président Syrien et même sa traduction devant la justice internationale (vous savez, celle qui se donne pour mission de «juger» les criminels de guerre et ceux qui ont commis des atrocités contre l'humanité, mais uniquement certains d'entre eux, ceux qu'on peut attraper facilement et qui serviront comme poudre aux yeux). Comment vont-ils faire pour expliquer qu'ils discuteront désormais avec M. Assad ? Car il n'aura échappé à personne qu'ils vont devoir le faire. Le simple fait de «saluer» la décision des autorités syriennes, cependant illégitimes selon ceux-là même qui l'ont saluée, signifie qu'ils se sont rendus à l'évidence. Nous en reparlerons ultérieurement.

2.  Congrès des amis ennemis de la Syrie. Comme si le premier, celui de Tunis, n'avait pas suffi, ils insistent. C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité où l'on assiste à autant d'acharnement à « fabriquer » une révolution. A l'instar du sommet de la Ligue Arabe et pour autant que mes informations soient correctes, le niveau de représentation à Istanbul semble lui aussi avoir bien baissé. Par ailleurs, à peine commencé, les fissures à l'intérieur de cette mascarade qu'est le Conseil National Syrien, déjà divisé par trois fois, sont apparues, déjà, à la fin du discours inaugural mardi passé. Les représentants Kurdes ayant quitté la réunion. Mais la Turquie n'en a cure qui, paraît-il, poussera les «amis» à reconnaître ce CNS comme seul représentant légitime du  «peuple» syrien. C'est, sincèrement, tout le mal que je leur souhaite. La réunion de Tunis enfonça le premier clou, celle d'Istanbul  scellera le cercueil.

Comme tout au long de ces dernières années, les Syriens viennent, encore une fois, de jouer un coup de maître : après avoir laminé le «jouet militaire» des Turcs, des Français et des bédouins, l'ASL, composée pour l'essentiel de terroristes et de simples bandits (sauf aux yeux de certains journalistes clandestins), les Syriens finissent par accepter le plan d'Annan (en concertation totale, je le crois, avec les Russes) prenant tout le monde de court et tirant le tapis sous les pieds de tous les «amis» de la Syrie. C'est exactement au même moment où cela se passait que le Président Syrien Assad a décidé d'aller personnellement «inspecter» Baba Amr. Vous rappelez-vous de Baba Amr ? C'est ce quartier de Homs passé, selon les journalistes militants clandestins qui s'y trouvaient, sous le contrôle des «héros» pro-démocratie. La symbolique du geste n'aura échappé à personne.

Dans leur coin, les «héros» n'ont plus qu'une seule issue : refuser le plan Annan. Ils l'ont par ailleurs déjà fait.

Annan, ayant refusé de fixer des délais aux autorités syriennes et devant rendre un rapport dans lequel il déterminera les responsabilités de chacun, entendez la partie qui entrave les efforts pour un règlement pacifique de la crise, je me demande comment les laquais et le «maîtres/amis» vont s'en sortir.

 

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, gowrié, france, turquie, bagdad, bédouins, ligue arabe

28/03/2012

Israël coupe les ponts avec le Conseil des Droits de l'Homme

Le 15 mars, le Conseil des Droits de l'Homme tenait séance avec pour ordre du jour « la situation des droits de l'homme en Palestine et dans les autres territoires arabes occupés ».

Capture.PNG

En soi, le sujet ne m'intéresse même pas. Je serais à la limite d'accord avec la réaction israélienne que j'évoquerai plus loin. Ce qui est infiniment plus important est cette mascarade généralisée et le magnifique numéro d'équilibrisme dont certains, parmi lesquels se trouvent des blogueurs très actifs ici, se frottant bruyamment les mains suite "aux"condamnations de la Syrie par ce même Conseil. Intéressant aussi le silence assourdissant de nos médias qui n'en ont soufflé mot. Moi qui croyais que leurs valeurs suprêmes sont la démocratie, la liberté, la défense des droits de l'homme et, comment les appellent-ils déjà...les militants pro-démocratie ! Hmmmm.

J'ouvre une parenthèse, histoire d'évacuer immédiatement tout ce qui peut parasiter mon billet. Effectivement, le seul fait d'avoir prononcé le mot « Israël » m'attirera certainement les faveurs de quelques uns. A tous je dis : allez-y, les anathèmes, voire insultes, reproches et accusations habituelles, comme ça, ce sera au moins fait. Je ferme la parenthèse.

Ainsi, après une bonne demi-douzaine d'allers retours entre le Conseil de Sécurité et le Conseil des droits de l'homme au sujet de la Syrie, où les « équilibristes » se frottaient les mains, les journalistes faisaient le siège du Palais Wilson et remplissaient joyeusement leurs colonnes et tout le monde chantait les louanges de cette magnifique institution, une douche froide s'abattit soudain sur tout le monde. Les rédactions passèrent l'événement sous silence. Oh, j'oubliai, elles vont certainement invoquer le cas Mouhammed Merah. Il ne leur restait plus de place pour...les droits de l'homme.

J'ai joint le compte rendu complet de la session ainsi que le vote détaillé. Sans surprise, les USA votèrent contre alors que les Européens s'abstenaient.

Allez, mon comparatif habituel :

1. Trois ou quatre séances, je ne me rappelle même plus, en l'espace d'un mois, où Américains, Européens et...Bédouins, tiens, allaient main dans la main solliciter la condamnation de la Syrie dans l'espoir d'obliger le Conseil de Sécurité à voter leur projet néfaste.

Dans le cas d'Israël....

2. Je le disais, dans le cas de la Syrie les débats furent pratiquement transmis en direct sur tous les médias possibles et imaginables.

Dans le cas d'Israël....

3. Les mêmes journalistes pestaient, soi-disant à cause de l'interdiction qui leur est faite par les autorités syriennes d'aller couvrir les événements là-bas. Du coup, les pauvres, ils ne pouvaient faire autrement que d'en fabriquer.

Israël a ouvertement indiqué que Gaza sera totalement fermée aux journalistes et que quiconque essaierait d'y entrer sera immédiatement emprisonné et traduit en justice. Pas envie d'y aller, clandestinement, Messieurs les journalistes ? Les héros de Hama, Homs et que sais-je encore ?

4. Dans le cas de la Syrie, le Conseil des Droits de l'Homme est l'institution la plus merveilleuse au monde. Même les USA ne tarissaient pas d'éloges à son égard.

Israël : c'est une institution partisane, hostile, d'avance, à l'Etat Hébreu.

5. Israël a décidé de couper les ponts avec cette institution autant lamentable et inutile que toutes les autres : ONU, HRW, Amnesty International, etc. Je leur donne, au Israéliens, entièrement raison. Je le dis avec tout le sérieux et la sincérité dont je peux faire preuve. Je les félicite même. Ils ont su se donner les moyens de le faire.

Tant pis pour les autres.

Vous avez dit droits de l'Homme ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : conseil des droits de l'homme, israël, gowrié, syrie

27/03/2012

La France veut sauver les Chrétiens d'Orient

La France veut sauver les Chrétiens d’Orient participe à l’épuration ethnique

Voici le vrai titre de ce billet, que les moyens techniques n'ont pas permis d'éditer tel quel.Hazim.JPG

On apprend, par la bouche d’Ignatius IV et Zakka 1er, Patriarches de l’Eglise Grecque Orthodoxe et Syriaque Orthodoxe d’ Antioche, mais aussi par des informations en provenance d’amis et de relations partout en Syrie, que des gouvernements occidentaux, notamment celui de la France, demandent à leurs représentations diplomatiques en Syrie d’accorder très facilement des visas aux Syriens se déclarant de confession chrétienne, ce sans restriction quant à la durée du séjour.

Les ministères des affaires étrangères de différents pays d'Europe, France en tête, demandent même aux membres de la diaspora syrienne de leur fournir des listes de leurs connaissances et proches restés là-bas afin de les contacter personnellement et leur proposer de partir.

D’un autre côté, l’épuration ethnique, volontaire ou forcée, va bon train. De plus de 160'000 il y a à peine un an, la ville de Homs ne compte plus qu’un millier de chrétiens, ceux, comme d’habitude, n’ayant pas les ressources nécessaires pour partir.

Voici ce qu’en dit l’agence Fides, citant elle-même, entre autres, le Vicaire Apostolique à Alep. L’Agence Fides n’a, à priori, par la réputation d’être une antenne du régime syrien.

Agence Fides : les exactions contre les Chrétiens de Syrie

Ainsi, selon Sarkozy et Juppé, le régime de Bachar El Assad est fini et les chrétiens de Syrie devraient vite s’en désolidariser et composer avec l’opposition islamiste radicale, sous peine d’en subir les graves conséquences. Le dessein, criminel, étant parfaitement accompli en Irak, c’est maintenant au tour de la Syrie. Les Occidentaux ne demandent en réalité rien d'autre que de faire comme eux : composer avec les Salafistes de tout poils allant jusqu'à les qualifier de militants "pro-démocratie".

La question, sérieuse, à se poser est la suivante : à supposer même que leurs intentions sont louables, pourquoi certains pays occidentaux, France en tête, agissent de la sorte ? En accordant ces "faveurs" aux Chrétiens de Syrie, reconnaissent-ils implicitement que ceux-ci...euh, comment dire, courent un danger ? Lequel ? Mieux, si le régime ne s'en prend pas aux chrétiens, on nous dit même que ses forces armées protègent leurs quartiers, d'où provient le danger, dont la France veut les sauver ? Des Salafistes que la France et ses amis du Golfe entrainent et financent ? De la France elle-même en quelque sorte ! Par ailleurs, pourquoi les chrétiens ? Le peuple syrien, toutes appartenances et toutes confessions confondues, ne court-il pas le même danger dans son ensemble ? Sarkozy et Juppé croient-ils que les Chrétiens sont "plus solubles" dans nos sociétés ici ?

Ouuhhh, là...je crois que j'ai touché à un tabou.

La première fois que les Français, qui ne l’étaient pas encore vraiment à l’époque, ont essayé de « sauver » les Chrétiens d’Orient, ce fut en 1099 à l'occasion de la première croisade. Sans faire un cours d’histoire, le « désastre » qui s’ensuivit déploie ses effets jusqu’à aujourd’hui. Ils ont de nouveau voulu les sauver en 1920. Voici ce qui se passa alors.

Les Tueries de Toulouse : à qui la faute

Messieurs, pour l’amour du ciel, fichez leur la paix.

Arrêtez de les sauver.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, gowrié, chrétiens, salafiste, islam, terrorisme, france, juppé, sarkozy

26/03/2012

Tueries de Toulouse : rien ne sera plus jamais comme avant

Vous l'auriez compris, je l'espère en tout cas, le titre n'est qu'une boutade.

Bien sûr que tout, ou presque, restera comme avant et si changement il y aura, ce sera vers le pire. Du reste, tout démontre que, non seulement cette tragédie n'a, déjà, servi à rien, mais que la réalité a vite pris le dessus et que les préoccupations immédiates des uns et des autres, candidats à la prisédence de la République surtout, ont tout aussi vite passé devant.

On n'a rien appris des 20 millions de morts de la première guerre mondiale

On n'a rien appris des 30 millions victimes du communisme

On n'a rien appris des 30 millions de morts de la deuxième guerre mondiale

Des 2 millions de morts de la guerre du Vietnam

Des 2 à 3 millions de morts de la folie Khmer Rouge

Des quelque 800'000 victimes en l'espace d'à peine 4 mois de folie meurtrière au Rwanda

Ni des 3'200 victimes du 11 septembre

Causant eux-mêmes la mort de un million d'Irakiens innocents.

La liste est trop longue, elle me donne la nausée.

Pourquoi alors voulez-vous que le sort tragique de sept malheureux victimes d'un fou, endoctriné jusqu'à la moelle, change quoi que ce soit à la marche du monde ?

De la couverture 24 heures sur 24 de tous les médias possibles et imaginables, qu'avons-nous appris ? Un matraquage incessant, un défilé permanent de « spécialistes », encore eux, du terrorisme, de l'Islam radical, des banlieues, de l'immigration, de la politique, des médias, des psychologues, des responsables de prisons, des magistrats, des révoltes arabes, de l'Afghanistan, du Pakistan, du Salafisme, du Djihad, des Djihadistes, des Talibans, d'Al Qaeda, de la Police, du RAID, de l'armement, de la  balistique, des sociologues, de l'éducation nationale, des spécialistes de la famille, du divorce, des familles nombreuses, des familles décomposées, recomposées, de l'Algérie, du Maghreb...

Nous avons même eu droit à un candidat à la présidence de la République Française, un certain François Bayrou, qui espérait secrètement, mais tellement fort qu'il dût le déclarer ouvertement, que l'auteur de ces abominations soit un extrémiste de droite. Il a dû tellement être déçu !

C'est un enfant de la République, né en France, qui y fut élevé, éduqué et...endoctriné. Oui, en France.

On nous dira bien évidemment qu'il ne faut pas faire d'amalgames, que la majorité des musulmans est loin d'avoir le même profil, etc.

On nous dira aussi, à voix beaucoup plus basse, que ce n'est pas le moment de fâcher les Qataris ou les Saoudiens.

Rassurez-vous, tout sera, pour toujours, comme avant. Seules quelques mamans pleureront leurs petits tombés sans raison sous les balles d'un petit fanatique qui passait son temps à écouter les prêches maladives d'Imams vivant encore au sixième siècle.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : toulouse, merah, islam, france, gowrié, terrorisme, salafistes, djihad

23/03/2012

Nicolas 1er, Président de la République Française

Ainsi, le Président de la République Française vient de nous « pondre » une de ces idées dont il a seul le secret. Dès maintenant, tout de suite :

1. Ceux qui « consulteront », vous avez bien lu, des sites islamistes faisant l'apologie du fondamentalisme, du terrorisme, etc (tout ce qui tourne finalement autour de l'islamisme) seront punis, pénalement.

2. Ceux qui iront faire du « tourisme » dans des endroits réputés pour leur tendance à fabriquer des jihadistes seront aussi poursuivis pénalement.

On se demande comment il va appliquer tout cela.

On comprend aussi l'état de délabrement lent de ce pays dont le gouvernement se mettra bientôt à pondre une loi chaque fois que quelqu'un éternue sur son territoire. En effet, les projets de loi dont il fut question plus haut ont été annoncés alors même que le corps inanimé du terroriste islamiste n'avait pas encore refroidi.

Plus concrètement, on aimerait vraiment savoir comment Sarko fera pour faire appliquer ces lois. On se demande surtout ce qu'il faisait jusqu'à maintenant. A entendre ce président, on croirait qu'il vient de découvrir l'existence de ces terroristes, qu'il vient de découvrir l'islam radical et, choqué, il s'empresse de nous pondre les lois qui nous garantiront son éradication.

Sarkozy voudrait ainsi pénaliser tous ceux qui s'intéresseraient de près à l'islam radical, au fanatisme, au salafisme, au jihad, etc. Je me demande s'il se rend même compte de ce qu'il dit.

Qu'il fasse un petit tour dans les innombrables « lieux » de prière se trouvant sur son territoire, il y apprendra beaucoup sur le salfisme. Va-t-il  tous les arrêter ?

Qu'il écoute les prédicateurs et imams les plus imminents, à la tête desquels se trouve Al Qaradawi, Président du Conseil Mondial des Oulémas et « conseiller » en chef en matière religieuse de la chaîne Al Jazeera, propriétaire du PSG. Que va-t-il lui faire ? Connaît-il le nombre de ses concitoyens qui écoutent quotidiennement Qaradawi, Aarour et les autres ?

Qu'il regarde certains de « ses » propres concitoyens fouler aux pieds le code pénal.

Capture.JPG

Je sais déjà que certains vont rire disant que ce ne sont quelques excités et qu'il ne faut pas leur prêter trop attention. On se demande juste ce qu'en pensent les familles des militaires froidement abattus ou les enfants de l'école juive de Toulouse.

Déjà que les prisons françaises sont pleines à craquer, on se demande où va-t-il « caser » tous ces nouveaux venus. Car il y en aura, du monde.

Surtout, on se demande où il va ... se caser lui-même, ainsi que son super ministre des affaires étrangères. Car, des salafistes, jihadistes et autres fondamentalistes, ils en ont installés par milliers, en Libye, Tunisie et Egypte et ils continuent à faire de leur mieux pour les installer en Syrie, qui résiste. Des salafistes, il en a bien armé, financé, entrainé et envoyer faire..le Jihad en Syrie ! Ce faisant, il a non seulement légitimé le salfisme, il l'a officialisé. A moins que je ne me trompe complètement : Mohammed Merah & Cie sont des salafistes terroristes, alors qu'en Syrie ce sont des salafistes...pro-démocratie.

Là, je comprends mieux.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : islam, islamisme, terrorisme, syrie, gowrié, juppé, sarkozy.france, toulouse, ferah, qaradawi

22/03/2012

Tueries de Toulouse : à qui la faute ?

C'est donc un jeune Français, de religion musulmane (je le dis bien évidemment parce que c'est ce qu'il met lui-même en avant dans ses revendications) que les médias présentent à longueur de journée comme étant « d'origine algérienne » comme s'ils voulaient se dédouaner, qui aurait commis ces crimes innommables. On se demande par ailleurs jusqu'à quand lui et ses enfants, s'il avait eu le temps d'en faire, resteront, pour les médias, d'origine algérienne. Mélanchon doit pester. Le tueur n'est pas de l'extrême droite.

A qui la faute ?

A la France, à son Président, à son ministre des affaires étrangères, ainsi qu'à toute la classe politique dirigeant ce pays depuis plus de trente ans.

Dites-vous bien que ces gens-là, alors même qu'ils font semblant de pleurer leurs morts, font tout pour installer ces mêmes islamistes fondamentalistes partout où cela est possible. Cela a commencé il y a longtemps déjà. Les USA, sources de la plupart des malheurs de ce monde, ont crû bon de « créer » Al Qaeda pour battre les « communistes » de l'URSS. Ils les ont équipés et, ensemble avec les Saoudiens, grands démocrates devant l'Eternel, les ont entrainés et financés.

C'est au même moment où ces criminels font semblant de pleurer leurs morts qu'ils font le siège, oui le siège, du Conseil de Sécurité de l'ONU afin d'intervenir en Syrie où « le régime » lutte contre des bandes armées infestées de jihadistes envoyés et financés par ces mêmes Saoudiens semant la terreur et la désolation partout.

J'avais dans un précédent billet dit que ces gens-là n'ont pas de pays, ils ont une doctrine. Ils ne sont pas Français, ils ne sont pas Suisses, ils ne sont même pas Arabes, Pakistanais, Afghans où je ne sais quoi encore. Ils n'ont de loyauté envers rien ni personne, en dehors de la doctrine néfaste dont ils se réclament.

Le tueur de Toulouse a même déclaré que son seul regret et d'avoir été découvert avant qu'il ne puisse tuer d'autres victimes. Il a dit sa fierté d'avoir mis la France "à genou". Il a mis la France, un pays qui n'est pas le sien, un pays ennemi, le pays des mécréants, à genou.

Avant de mourir, le Pape Shenouda III avait déclaré que « si la survie des Coptes d'Egypte est au prix d'une intervention étrangère dans le pays, alors il vaudrait mieux qu'ils disparaissent ». Qaradawi, un prédicateur islamiste, Président du Conseil Mondial des OulémaPape Shenouda III.PNGs, déclarait, lui, que, pour faire triompher l'Islam, il conviendrait de s'associer même avec le diable. C'est ce même prédicateur, plus grande autorité dans le monde islamique, selon certains, qui détaille la manière dont les homosexuels doivent être tués (comment tuer l'actif, le passif, etc.)

Wikipedia, Qaradawi : licite et illicite dans l'Islam

Farès Khoury, célèbre homme politique syrien de la première moitié du 20e siècle et grand patriote, avait prononcé une phrase, restée célèbre depuis : « Si laCapture 1.PNG France est là pour protéger les chrétiens, alors là, je suis un musulman ». Il l'avait prononcée dans l'enceinte même de la...mosquée El Omeyyade.  A l'époque, la Syrie ne connaissait pas vos amis démocrates, les salafistes wahhabites, qui sèment la terreur et une certaine forme d'inquisition en Syrie comme ils l'ont fait en Irak. Farès Khoury était...chrétien.

Aujourd'hui, les membres de ce grand rassemblement patriotique qu'est le CNS, sont 500% pour une intervention militaire contre leur propre pays.

Infrarouge : 28 février 2012 (regardez à 43min35

En 1916, alors que les Ottomans se retiraient de leurs dernières possessions dans le Moyen Orient, commettant au passage massacres et génocides, beaucoup d'intellectuels et de patriotes s'en sont réjoui et y ont vu l'avènement d'un nouveau monde, moderne, libre, laïque. C'est au même moment qu'un courant islamiste s'appelant « tendance orientale » est né en Egypte.  Il appelait à la constitution d'une grande région, allant du Maghreb et jusqu'au Pakistan, sous domination turque.

Tout cela ne date donc pas d'hier.

Faut-il leur en vouloir ? Non, il ne faut nous en vouloir qu'à nous-mêmes.

Je vous le dis, le pire est devant nous.

Réjouissons-nous de la prise du pouvoir par les salafistes en Tunisie, Egypte (où les Coptes fuient par milliers), en Libye et ailleurs. Soutenons les Saoudiens dans leurs efforts d'installer ces criminels partout, comme ils l'ont fait à l'époque d'Al Qaeda, des Talibans, des Tchéchènes, etc. Nous nous réveillerons, peut-être, quand nous aurons notre 11 septembre à nous. Je n'en suis même pas sûr. Le pétrole est si aveuglant.

Oh, j'oubliai...certains n'ont pas oublié de nous demander de ne pas faire...

D'amalgames.

Amalgame avec quoi exactement ? la folie du fanatic de Toulouse et l'enseignement d'une des plus grandes autorités de l'Islam, Cheikh Qaradawi, par exemple ?

 

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, gowrié, syrie, islamisme, russie, usa, terrorisme

20/03/2012

Les idiots et l'ours

L'ours, c'est la Russie. Les idiots : je vous laisse deviner.

S'il est vrai que l'une des vertus essentielles de notre civilisation, celle que nous essayons d'inculquer à nos enfants, est la persévérance, les idiots semblent avoir tendance à la confondre avec acharnement.

Les idiots essaient de nous vendre à longueur de journée « leur » monde qui change mais semblent ne pas comprendre qu'il a vraiment changé.

Les idiots croient toujours vivre en 1989, mais nous nous trouvons en 2012.

Les idiots sont endettés à hauteur de plusieurs fois leur production nationale, sont en faillite et se font achetés par les bédouins mais ne réalisent même pas que, à la différence de 1989, l'Ours est en excédent, et dispose de réserves monétaires de plus de 500 milliards de dollars.

Une des vertus essentielles des idiots est leur insensibilité. D'aucuns appellent cela : avoir honte, de temps à autre. Les idiots n'ont jamais honte.

Lors de sa récente visite en France, Madame Valentina Matvienko, présidente du Conseil de la Fédération (la haute chambre russe) a fait savoir, d'une manière on ne peut plus claire que la Russie ne changera jamais d'un iota sa position sur la Syrie. Ses déclarations font suite à celles du Nouveau Président de son pays, M. Poutine ainsi qu'à celles du ministre des affaires étrangères, M. Lavrov. N'essaJuppe_senat_russe_cle0bc439.jpgyez pas. Pour peu, les Russes auraient dit : même un âne aurait compris le message. Pas les idiots.

Pour la première fois depuis l'occupation de l'Irak par les Américains et leurs « alliés » et à l'éternelle, et stupide, question de savoir si ceux qui la regrettent auraient préféré que Saddam reste, une personnalité d'un aussi haut rang que Madame Matvienko répond, en des termes très peu diplomatiques, à propos de la même question stupide mais concernant cette fois-ci Kadhafi; « oui, on aurait préféré qu'il reste ». "Quoi qu'on pense de Kadhafi, c'était tout de même le chef de l'Etat. Les images de violences et d'acharnement contre lui étaient insupportables, moyenâgeuses". Elle a ajouté : « cela ne ressemble pas à un processus de paix mais à une guerre civile ». La seule chose qu'elle n'a pas dite ouvertement, mais l'a fait très bien comprendre, ...et vous en êtes les responsables directs. Juppé a dû apprécier.

De son côté, le Président syrien, sans aucune légitimité et à qui on « ordonnait » hier de partir, fait encore plus fort : il invite « toutes les organisations qui luttent contre le terrorisme à faire pression sur toutes les parties « connues » pour qu'elles cessent de soutenir le terrorisme ». Qu'entend-t-il par là ? La France, USA, GB, Turquie et autres, seraient-ils des... soutiens aux terroristes ? Comme je l'ai déjà prévu il y a de cela quelques semaines, la Syrie négociera, mais à partir d'une situation de force et...elle dictera SES conditions : les terroristes ne doivent pas seulement être désarmés mais doivent répondre de leurs actes devant la justice...SYRIENNE.

La Syrie négociera

Quant aux amis et protégés, très provisoires, de Juppé, les membres du Conseil d'Istanbul, ils ont oublié la chose la plus importante de l'équation : l'histoire. Celle-ci ne pardonne pas. Ses poubelles accueillent surtout et avant tout les traitres. Ils iront sous peu y rejoindre leurs camarades. Les Français, dont certains ancêtres récents ont une grande expérience en le domaine, doivent en savoir quelque chose.

Ouvrir de ses propres mains la porte aux bandits et leur indiquer le chemin de la chambre à coucher. C'est la devise commune à tous les traitres, où qu'ils se trouvent et d'où qu'il proviennent.

Voyez-vous, nous vivons dans un monde où, submergés d'informations dont la plupart ne vaut rien, cellles-ci passent sans même qu'on ne l'y prête attention. Ainsi, y compris sur ce blogosphère, certains "analystes" parlent des monarchies pétrolières en les qualifiant de pays arabes "modérés". L'expression fut, me semble-il, inventé par les USA et repris par la totalité des pays du "monde libre". En 2012, un pays comme l'Arabie Saoudite se trouve qualifié de "modéré".

La plupart des terroristes qui ont commis les attentats du 11 septembre sont Saoudiens.

L'Arabie Saoudite a financé les Talibans, créé et financé Al Qaeda.

De même, elle a financé les terroristes Tchéchènes.

Ainsi que tous les mouvements jihadistes possibles et imaginables de par le monde.

Elle interdit la construction des églises sur son territoire.

Elle appelle à détruire les églises déjà construites ailleurs sur la péninsule arabique.

On y coupe les mains des voleurs, coupe la tête des adultérins, lapide les femmes adultères jusqu'à ce que mort s'ensuive, etc.

On y interdit même aux femmes de conduire une voiture.

Mais c'est un pays...modéré

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : russie, france, juppé, gowrié, syrie, opposition, collaboration, islamisme, médias

19/03/2012

Attentats terroristes à Damas : c’est certainement le régime


Images des attentas.PNG

Vous l'auriez compris, le titre est une boutade...tragique. J'attends juste de voir combien de lignes cela représentera dans nos médias, à l'affût de la « vérité ». En tout cas, sur bluewin.ch, pas de problème : c'est la « télévision d'état » qui dit que...

Le rédacteur de « l'article » n'a pas oublié de mettre le mot « terroriste » entre parenthèses. Il doit certainement avoir suivi sa formation dans la même école que Hammouche Vannay, Bouvier et Daniels. Il est à signaler que la TDG, dans sa version électronique, a fait appel aux mêmes parenthèses pour parler des terroristes. L'OSDH, source d'information « presque » unique de nos valeureux médias, faisait, lui, état de morts militaires seulement. On se demande, là aussi, comment a-t-il pu faire pour nous fournir des renseignements aussi rapides et aussi précis.

Tous doivent être contents : 27 civiles tués par leurs amis démocrates, dans des attentats « pacifiques ». Le quartier visé étant en majorité habité par des chrétiens, le but poursuivi est claire. Il faut juste savoir que samedi est jour de congé, sauf pour les écoles privées. Au moment de l'explosion, des bus scolaires pleins de petits enfants passaient, leurs vitres ont éclaté en mille morceaux et des dizaines d'enfants ont été blessés.

Les manifestants « pacifiques » défaits, ils se tournent maintenant vers le terrorisme anonyme le plus lâche et le plus criminel.

Les monarchies pétrolières, nos « démocraties » occidentales et...nos médias, les ont soutenus activement et continuent de le faire.

L'alliance de la terreur, en quelque sorte.

Toute autre chose. L'Arabie Saoudite, grand pays démocrate, vient de déclarer qu'il faut « détruire » toutes les églises dans la péninsule arabique. Là aussi, les islamistes de tous bords, y compris ceux de nos médias, doivent être ravis.

Il paraît que Juppé a condamné "avec fermeté" les attentats. Il y a en arabe un proverbe dont la traduction pourrait donner : tuer et marcher dans le convoi funèbre derrière le mort. On rappelle juste que c'est Juppé et ses amis, les bédouins, qui financent et arment ces terroristes.

 

 

Bluewin.ch.PNG
P. S. Les choses allant très vite, les amis "pacifiques" de MM Juppé, Sarkozy, etc. viennent de commetre un autre attentat à Alep, ce dimanche 18.03.2012. Cela se passa à Al Souléimanié, à quelques mètres d'une église et au moment où des parents venaient chercher leurs enfants à l'école.

J'accuse la France, les USA, la GB et l'Europe d'être directement responsables de ces attentats terroristes.

J'accuse les bédouins Qataris et Saoudiens d'être les commenditaires directs de ces attentats.

J'accuse nos médias qui, une année durant, ont fait la promotion et milité activement en faveur des groupes terroristes, d'être au moins autant responsables de ces attentats. Ces mêmes médias continuant, aujourd'hui même, à qualifier ces actes terroristes de révolution "pacifique".

Il serait temps, je le dis sans détour, que les autorités syriennes frappent d'une main de fer ces terroristes sans foi ni loi. De les poursuivre partout où ils peuvent se trouver, jusque dans les chiottes, et qu'elles leur infligent le châtiment qu'ils méritent.

Il paraît que l'Arabie Saoudite achemine maintenant directement des armes aux terroristes Islamistes via la Jordanie. La syrie doit déclarer ces pays comme ennemis et prendre les dispositions, y compris militaires, qui s'imposent. La Jordanie a décidé de faire de ses frontières avec la Syrie le point de passage des terroristes et de leur matériel, elle doit en répondre directement.

Aujourd'hui, dans les 10 secondes que la RTS a consacré à la Syrie, la présentatrice n'a rien trouvé de mieux que de dire : "alors que la répression continue en Syrie, le Président du CICR ira à Moscou, etc., etc.". Pas un mot des attentats terroristes. Effectivement, ls RTS n'a pas envie de dire du mal de ses protégés "pacifiques".

En effet, écrasés militairement, les groupes terroristes de la soi-disant ASL et, j'insiste, ceux qui les soutiennent et en font la promotion, n'ont rien trouvé de mieux que de se reconvertir dans le terrorisme des attentats suicide. A se demander quant cela fera officiellement partie du programme des écoles militaires et...de journalisme.


 

 

 

 

 

 

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, terrorisme, arabie saoudite, gowrié, russie, france, islamisme

17/03/2012

Entretien avec Fouad et Talal, de retour de Syrie

Fouad (prénom réel) et Talal (nom d'emprunt), citoyens suisses ordinaires d'origine syrienne, viennent de rentrer de Syrie. Le premier y est resté plus de cinq mois de suite, à Alep, et compte y revenir dès le mois prochain, alors que Talal, originaire de Homs, en rentrait après une dizaine de jours passés auprès de la famille et des amis. Le premier est chrétien alors que l'autre est musulman...sunnite.

C'est sous un soleil printanier, autour d'un verre sur une terrasse genevoise, que cet entretien eut lieu.

Je pose la première question aux deux : alors, que se passe-t-il...réellement ?

Fouad : en dehors de quelques points périphériques, assez bien connus même ici, il ne se passe rien. La vie à Alep est normale, les gens sortent, vont aux restaurants, sortent même la nuit. On y vit « presque » normalement. Je dis presque car on ne peut ne pas entendre et discuter de ce qui se passe dans le pays.

Talal : la situation à Homs est un peu plus compliquée. Les autorités, par souci d'épargner le maximum de vies innocentes, a, malheureusement, laissé les insurgés, pour la plupart des bandes armées dont l'activité principale est de kidnapper et rançonner, prendre le contrôle, réel, de certains quartiers de la ville. On y a assisté à des déplacements, sous la menace, de dizaines de familles, alaouites et chrétiennes.

Que pensent réellement les gens ?

Fouad : A Alep, les choses sont simples. La majorité écrasante des gens est totalement hostile à cette soi-disant révolution. Les gens disent que c'est une véritable calamité. De fait, on n'entend que des nouvelles du genre : on a kidnappé une tel et demandé rançon à sa famille. On a découvert à Sarakeb (banlieue assez malfamée) plus de 200 véhicules volés dont les propriétaires ont aussi reçu des demandes de rançon. On a kidnappé le fils des voisins de ma mère et menacé la famille de le lui rendre en plusieurs morceaux si celle-ci ne payait pas 5 millions de livres (CHF. 62'000). On se déplace la plupart du temps en taxi à Alep (note : c'est vrai. La plupart des chauffeurs ne sont pas les propriétaires des véhicules mais sont salariés auprès de ces derniers et viennent majoritairement des régions périphériques de l'agglomération). Je n'ai pas rencontré un seul qui ne m'ait dit avoir ras le bol de ces bandits qui mettent le pays à feu et à sang et veulent le détruire. Certains m'ont raconté avoir crû au début à un vrai mouvement populaire de mécontentement mais ont dû très vite déchanter.

Talal : A Homs, mais aussi, d'après ce que j'entends, ailleurs, les insurgés procèdent toujours de la même manière. Quelques individus, 4 ou 5 au maximum, attaquent à la mitraillette un point de contrôle ou un bâtiment officiel puis ils s'enfuient et se cachent de préférence dans des quartiers très peuplés et notamment les quartiers chrétiens.

Fouad : quelques familles, ayant fui Homas, nous ont dit que des bandes armés marquaient les maisons disant qu'il s'agissait de « butins » et que leurs occupants doivent partir, ou mourir.

Il s'agissait essentiellement de qui ?

Talal : de familles chrétiennes.

Que regardiez-vous essentiellement pendant votre séjour en syrie ?

Fouad . tout. On regarde tout. Comme tu le sais, tout le monde est équipé de paraboles et reçoit les chaînes satellitaires. J'ai moi-même participé à plusieurs émissions en direct sur la BBC Arabe (note . j'ai effectivement entendu Fouad intervenir en direct à au moins deux reprises alors qu'il se trouvait à Alep). Mon activité préféré était que, lorsqu'une télé diffusait « en direct » des manifestations, des affrontements, etc. je courrais, avec quelques amis, voir sur place se qui se passait. Dans 90% des cas, on tombait sur...rien. Je te le jure sur la tête des mes enfants.

Comment as-tu pu intervenir sur la BBC ?

Fouad : J'ai fait comme en Suisse. Je me présentais parfois comme quelqu'un de l'opposition pour qu'ils me permettent d'intervenir. Parfois je disais aussi que je ne suis ni d'un bord ni de l'autre mais que je me souciais de la situation dans le pays et aimerais dès lors donner mon avis et, surtout, un témoignage oculaire.

Talal : on a découvert à Homs, à Baba Amr, des locaux équipés de matériel électronique  et de communication assez sophistiqué. Tout ce qui est nécessaire pour « réaliser » des « sujets » à fournir à ces chaînes. (note : j'en ai envoyé plusieurs à nos médias. Aucun n'a été diffusé. Voici, pour rappel, le dernier, avec la traduction complète)

CNN et Danny fabriquent des massacres à Homs

Comment réagissent les gens à la vue des sujets diffusés sur Al Jazeera, Al Arabiya, BBC, CNN, etc. ?

Fouad : je ne me trouvais pas en Syrie au début des événements en mars 2011. Les gens m'ont dit qu'ils étaient très perturbés lorsqu'ils voyaient les images diffusées sur ces chaînes. Avec le temps, surtout après la démission spectaculaire du journaliste vedette d'Al Jazeera, Ghassan Ben Jeddo, ils ont commencé à réaliser que quelque chose n'allait pas. Certains m'ont raconté avoir eu la même réaction que moi : aller près des endroits montrés sur ces chaînes pour voir. Ils n'y voyaient rien. J'ai des amis de Damas qui, alors qu'ils circulaient à bord de leurs voitures à la place d'Al Abbasiyeen, ont entendu une radio étrangère dire que des manifestations anti régime monstres s'y déroulaient.

Talal : Le pire c'était Homs. On a découvert que les choses se préparaient depuis des mois, voire des années. Homs était préparée pour devenir le centre des opérations militaires. Une véritable petite ville souterraine était creusée et je ne puis m'empêcher de le reprocher aux autorités qui ont laissé faire je ne sais pour quelle raison. Ce n'est pas par hasard si, dès le début, des émirats ont été déclarés par ci par là autour de Homs et tout près des frontières avec le Liban. Les gens ont commencé à réaliser la réalité des choses lorsqu'ils ont vus leurs propres enfants montrés, morts, alors qu'ils étaient vivants.

Fouad : On entendait partout sur ces chaînes dire que l'armée tire sur des manifestants pacifiques. Je ne peux pas exclure que certaines bavures aient été commises mais qui parle des horribles bavures des armées américaines ou anglaises en Irak ? Je ne peux exclure ces bavures mais j'ai eu la certitude que, dans l'écrasante majorité des cas, ce sont ces gangs armés qui semaient la terreur obligeant l'armée, c'est son rôle, à réagir. J'ai souvent posé cette question lors de mes interventions sur BBC : il y a des manifestations à Hassaké (nord-est de la Syrie), à Kameshli, à Rakka et même quelques fois à Alep, pourquoi l'armée ne tire pas et pourquoi n'y a-t-il pas de morts ? Je n'ai jamais eu de réponse.

Que disent les gens en général lorsque vous leur parliez de ce qu'on voit sur les médias ici ?

Fouad : la plupart des gens sont surpris et ne comprennent pas. Ils sont en majorité très en colère notamment après les épisodes de ces soi-disant journalistes entrés clandestinement en Syrie. Alors que, je le sais, ils étaient très majoritairement favorables à une ouverture complète du pays aux journalistes et médias « pour qu'ils viennent constater de leurs propres yeux », ils disent maintenant comprendre parfaitement la position du gouvernement. Ils ont vu des militants dont les sujets ont été écrits à l'avance. C'est aussi ce que j'ai souvent dis lors de mes diverses interventions.

Et qu'elle est le sentiment des gens vis-à-vis des Occidentaux, de la Russie, de la Chine, des autres pays arabes, etc. ?

Talal : Là, les choses sont extrêmement claires. Je dois dire que j'ai constaté une véritable haine chez la plupart des gens que j'ai rencontrés. Curieusement, ou peut-être pas, cette haine est surtout ressentie vis-à-vis de la Turquie et...des pays arabes, surtout ceux du Golfe.

Fouad : Dis-toi bien que ces pays appellent ouvertement à armer les terroristes. Ce n'est pas surprenant. Ils ont armé tous les terroristes (islamistes) de la terre. Là où la surprise des gens était la plus grande, c'est de voir à quel point la haine de ces pays était grande. Même les vrais ennemis de la Syrie n'ont pas été aussi loin. Quelqu'un m'dit : tu vois, ils nous attaquent 24 heures sur 24, ils veulent armer les terroristes, mais on ne les entend même pas pour ce qui est des Ghazzaouis. On ne les a pas entendus dire qu'ils veulent les armer !

Talal : Oui, c'est tout à fait ça. Les gens sont sincèrement très reconnaissants à la Russie et à la Chine. Ils ne le sont pas aveuglément. Ils savent que le soutien de ces deux pays n'est pas entièrement dû à leur amour pour la Syrie mais cela leur importe peu. L'essentiel est le résultat et la non répétition du scénario, en 100 fois pire, à la libyenne. Les gens sont persuadés  que les Occidentaux veulent la destruction du pays et instrumentalisent leurs laquais de la région à cette fin.

Fouad : Ils ne sont pas idiots. Ils voient que la terre entière n'a plus qu'un seul souci, la Syrie et ça les surprend un peu. Tu sais, tout le monde le dit : quel que soit la main mise du « régime » sur le pays et quelle que soit sa force militaire, si, de nos jours, le peuple voulait vraiment la chute d'un régime, n'importe lequel, ce dernier tomberait. Mais la majorité de peuple ne le veut pas, peut-être pas pour le régime en soi, mais parce que les gens, toute confession et toute appartenance confondues, savent que l'arrivée de cette soi-disant opposition au pouvoir est synonyme de chao, guerre civile, morts et désolation. Les indices en sont innombrables. Les gens les plus simples disent : on n'a qu'à voir qui les soutient (les terroristes) pour savoir que ce n'est pas bon. En effet : l'Arabie Saoudite, le Qatar, le Turquie, les USA, la France, la GB, ça promet. Mais pas l'Irak, alors même que celui-ci est dominé par les Américains. C'est tout dire.

P. S. Cet entretien est authentique et les personnes concernées, réelles, sont prêtes à le confirmer. Notamment à des journalistes « avides » de vérité. Moi, je suis persuadé que cela n'intéresse pas ces derniers, lesquels  préfèrent se rabattre sur les opposants  uniquement (histoire de faire honneur à leur réputation de militants et de simple exécutants d'ordres) même si les histoires de ceux-ci, les opposants, sont fausses et fabriquées, y compris par les journalistes eux-mêmes. Nous attendons en effet toujours la suite de l'enquête concernant les attaques dont furent l'objet certains « opposants » de la part des services secrets syriens ici, à Genève.

Je crois que nous devrions attendre encore très longtemps.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, gowrié, opposition, france, usa, qatar, arabie saoudite, islamisme

16/03/2012

Après Baba Amr et Rastan, les insurgés se retirent « stratégiquement » d’Idleb

Promue nouvelle capitale de la « révolution » syrienne, Idleb est sous le contrôle « total » de l'Armée Syrienne. Par Armée Syrienne, il faut entendre l'armée légale d'un pays souverain.

On peut se demander pourquoi Idleb, ville bastion des insurgés échappant, selon CNN et Al Jazeera, au contrôle des autorités centrales depuis plus de six mois, est « tombée » en moins de trois jours et avec un nombre de « victimes » relativement modeste, alors qu'à Baba Amr, un quartier de Homs, il fallut plus de trois semaines pour venir à bout des terroristes qui y faisaient régner leur loi ?

Parce que, contrairement à ce que nous racontent Al Jazeera et ses succursales ici, l'Armée Syrienne n'a pas voulu d'un bain de sang à Baba Amr. Parce que cette armée voulait débusquer les terroristes responsables, eux, de ces atrocités dont Bouvier, Daniels, etc. en font la promotion. On sait maintenant que ces gens n'ont de journalistes que le nom et qu'il s'agissait en réalité d'aventuriers militants.

Le plus intéressant dans cette affaire est que l'armée syrienne, la vraie, opère, avec méthode, sur la frontière turque, au nez et à la barbe d'Erdogan l'Ottoman. Aucune zone, humanitaire ou pas, de non droit, à la Benghazi, ne sera jamais tolérée en Syrie, jamais. Il est par ailleurs très révélateur de constater qu'Erdogan, qui « accueille » l'ASL et le CNS chez lui, qui veut attaquer les navires de guerre israéliens qui s'opposeraient à son «  aide » aux Palestiniens et qui « ordonne » au Président syrien de s'en aller, est à ce point incapable de soutenir « son armée syrienne libre ».

L'ASL défaite, sauf chez Al Jazeera et Al Arabiya, reste le problème des Jihadistes, fournis et financés par les Bédouins. Les infiltrations, notamment au travers les longues frontières irakiennes, ne pouvant être totalement stoppées, elles seront néanmoins beaucoup moins efficaces, pour autant qu'elles ne l'aient jamais réellement été. Cela est notamment vrai pour ce qui est du soutien logistique qui leur est indispensable.

Les « très » mauvaises nouvelles se succèdent pour Al Jazeera et Al Arabiya où les démissions s'enchaînent à un rythme effréné. Elles sont tout aussi mauvaises pour la soi-disant opposition syrienne où, après Manna, grande figure de cette dernière, Michel Kilo, historique et respectable opposant syrien, se distance à son tour du Conseil d'Istanbul. Elles ne sont pas plus brillantes non plus pour le tandem Juppé/Sarkozy, libérateurs de la Libye et spectateurs de la probable guerre civile qui s'y prépare.

Les nouvelles sont décidément tout aussi mauvaises pour nos médias, vous savez, les succursales d'Al Jazeera. Alors qu'ils s'y étaient préparés, ils ne pourront malheureusement, pou eux, pas nous rééditer le feuilleton de Baba Amr à Idleb. Ils y furent pris de court. Il n'y a « presque » plus rien à voir. Ils doivent s'en prendre à l'ASL qui s'en était retirée « stratégiquement ».

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : homs, syrie, gowrié, baba amr, asl, juppé, sarkozy, cns, kilo, manaa, terrorisme, opposition syrienne

15/03/2012

Le Matin : journal militant

Ce billet devait paraître hier mais la pudeur et la tristesse m'en empêchèrent. Ceci ne fut malheureusement pas le cas de tout le monde. Les vingt huit victimes, dont 22 enfants, de l'accident de car en Valais, ne dût pas les émouvoir autre mesure.

Ainsi, on pouvait lire, sur la manchette de ce journal : «Atrocités en Syrie, signer l'appel du Matin».

Dans la version électronique, on lit que Madame Calmy Rey, ex ConseiCalmy Rey voilée.PNGllère Fédérale a déjà signé l'appel. On lit aussi qu'elle est « pour une intervention militaire en Syrie ». Et pour ce qui est de l'Iran, que pense cette grande Dame ?

Voici le monde merveilleux de nos médias. La patience n'étant pas la vertu première de « nos » journalistes, on apprend gentiment que le « massacre » de Homs d'une cinquantaine d'hommes, de femmes et d'enfants est probablement l'œuvre des insurgés que Madame Bouvier, vous savez la « journaliste, paraît-il » militante française est allée soutenir.

Je rappelle à cette occasion que nous n'avons toujours pas la moindre image, le moindre document du périple de cette personne en terre du Jihad à Baba Amr.

Pour revenir au massacre de Homs, comme pour tout le reste des informations distribuées par Al Jazeera à nos médias, sait-on pourquoi personne n'en parle plus, d'un seul coup ? Serait-ce parce qu'on sait maintenant qui l'a commis ? Les enfants d'Al Jazeera et des Bédouins, soutenus par Juppé et compagnie ? Les médias qui ont « commercialisé » la nouvelle, seront-ils sanctionnés un jour ?

Est-ce que vous savez maintenant pourquoi la Russie et la Chine ne bougeront pas d'in iota de leur ligne concernant la crise syrienne ? Serait-ce parce que la vérité, sur le terrain, ne correspond pas à celle commercialisée par Al Jazeera, Al Arabiya et leurs succursales ici ? Oui, certainement.

Voici, à ma "presque" grande surprise, un billet écrit par un autre blogueur, Monsieur Demir Sönmez. Les consciences commencent-elles à se réveiller ?

Demir Sönmez : l'assassinat d'un imam à Anderlecht

Oui, je fais porter l'entière responsabilité de la situation aux oiseaux de malheurs : Al Jazeera, Al Arabiya, BBC, France 24, France Info, mais aussi, hélas, nos propres médias ici.

 

09:19 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : le matin, syrie, gowrié, micheline calmy rey, calmy, homs, juppé, al jazeera, médias

13/03/2012

La Russie fait son mai 68

C'est sous ce titre qu'Eric Hoesli, directeur des publications du groupe Edipresse, a publié un excellent édito ce dimanche, 11 mars 2012. J'espère qu'il ne me tiendra pas rigueur d'avoir utiliser le même titre.

M. Hoesli y parle notamment de la victoire de M. Poutine qui, malgré les fraudes, admises, n'en reste pas moins incontestable.

La lucidité, franchise et honnêteté intellectuelle de l'auteur, tout au long de l'article, forcent l'admiration. On eut aimé qu'il en fût ainsi tout le temps, pour tous les sujets.

M. Hoesli est sans aucun doute le premier et seul responsable d'un média occidental qui se risque à dire que «Et n'en déplaise aux observateurs et à la presse occidentale dont l'antipathie pour le personnage est telle qu'elle finit par l'aveugler, cette victoire, de M. Poutine, est peu contestable». Ainsi, les sentiments personnels des collaborateurs de ces médias les aveuglent, moi qui croyais qu'ils ne sont mus que par le professionnalisme et l'objectivité, supposés être au cœur même de ce métier.

Sujets bâclés, documents non vérifiés voire, parfois, trafiqués, matériel vidéographique aux origines plus que douteuses, analyses remâchées traduisant une ignorance presque totale du sujet traité...Résultat prévisible d'un journalisme voué au sensationnalisme et soumis à des impératifs économiques reléguant la déontologie et l'objectivité aux rangs inférieurs.

On m'objectera, bien sûr, que, faute de mieux (entendez par là l'impossibilité pour les journalistes de se rendre compte eux-mêmes) ils sont obligés de procéder de la sorte ! Je ne le crois pas. En voici, encore une fois, la preuve : une grande chaîne internationale d'information fabriquant une information montée de toutes pièces.

CNN et Danny fabriquant un massacre

D'autres preuves, innombrables, existent. Les médias les ont en leur possession, mais ils refusent de les révéler. Le parti pris les en interdit.

Pour revenir à l'analyse, séduisante, de M. Hoesli, une différence, à mon avis essentielle, entre le mai 68 français et sa « copie » russe, semble lui avoir échappé : la Russie n'est pas la France et les Russes ne ressemblent pas aux Français. Le triomphe électoral de De Gaulle ne lui a peut-être servi à rien car il n'a plus compris les mutations de la société française, cela n'empêche : c'est lui qui avait vu juste. Nous n'avons qu'à regarder le spectacle affligeant qu'offre la France d'aujourd'hui pour s'en convaincre. C'est parce que nous voulons appliquer à tout prix notre modèle de vie et notre manière de penser, à des cultures très différentes de la nôtre, que nous n'arriverons jamais à comprendre les réactions des autres peuples. Je vois en effet mal les Français, pour ne prendre que cet exemple, incapables de comprendre les résultats des référendums de leurs plus proches voisins, nous, essayer de comprendre ce qui se passe à plus de 5'000 km de chez eux.

TDG : ces Suisses travailleurs font tiquer les Français.

A ceux qui s'étonnent à ce point des réactions de la Russie et de la Chine, ne croyez pas qu'il s'agit seulement d'intérêts économiques et géostratégiques. Car "certains" grands pays ne construisent pas leurs politiques sur la base de vidéos amateurs transmises par je ne sais qui et diffusées à grande échelle par des pseudos médias, mais sur leur connaissance des réalités sur le terrain. Mais il n'y a pas que cela. La Russie n'a pas oublié et n'oublie toujours pas que c'est la même Arabie Saoudite, qui finance et envoie les terroristes jihadistes en Syrie, qui, en son temps et peut-être même aujourd'hui, a financé et équipé les...Tchéchènes.

Enfin, puisque l'édito de M. Hoesli nous laisse tout de même un peu d'espoir quant à la capacité des médias d'être objectifs, je lui offre, de même qu'à toute la profession, ce énième document, étant presque sûr qu'il subira le sort de tous ceux qui l'ont précédé : rester dans les tiroirs.

Manifestation pacifique à Homs, Alaouites.PNG

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : russie, syrie, gowrié, hoesli, eric hoesli, médias, information, islamisme, alaouites

12/03/2012

Syrie, Israël, bédouins et colonialistes classiques

Syrie.

1.  En Irak, les Américains combattent les terroristes et Al Qaeda. En Syrie, ces derniers deviennent, par miracle, surtout médiatique, des manifestants pacifiques.

2.  En Irak, les résistants, armés, sont qualifiés de terroristes, en Syrie, les « gangs » armés, sont des manifestants pacifiques « pro-démocratie ».

3.  En Irak, les Américains tuent, directement ou indirectement, un million d'Irakiens, dont presque un demi million d'enfants. Ils se retirent ensuite sans que personne, du genre Amnesty International, Human Rights Watch et...nos médias, n'y trouvent rien à redire. En Syrie, les mêmes veulent traduire le régime devant la...justice internationale (c'est comme cela qu'ils l'appellent).

4.  Des personnes manifestent « pacifiquement » au Bahreïn, les Américains, mais aussi les Français, Anglais et autres, « comprennent » la réaction du gouvernement et même l'intervention d'un pays étranger, l'Arabie Saoudite. En Syrie, Assad perd immédiatement sa « légitimité » et il faut qu'il laisse le pouvoir aux « manifestants ».

5.  Le cynisme et l'abjection n'ayant plus aucune limite, les Nations Unies veulent maintenant fournir un secours « alimentaire » à un million et demi de Syriens, risquant la faim. Tout cela dans un pays autosuffisant alimentairement. L'urgence de la situation est telle que ces mêmes organismes relèguent la Somalie au...énième rang.

6.  La Syrie et l'Iran doivent être étranglées économiquement, attaquées militairement et leurs dirigeants traduits au devant de la justice internationale. Cela m'aiderait beaucoup si quelqu'un m'en donne la raison. Attention, il y a un piège. Car il va falloir, à ce rythme, en attaquer bien d'autres. Faites attention : vous attaquerez uniquement ceux qui ne peuvent se défendre, il en va de votre réputation...de lâches.

Israël.

7.  (là, je sens que vais m'attirer des foudres) Israël bombarde et utilise son aviation militaire tuant en quelques minutes 17 palestiniens. Que font les Américains ? Ils demandent aux...Palestiniens de se calmer. Oui, je sais, ces derniers ont tiré des pétards sur Israël. Les mêmes Américains, mais aussi Français et Anglais, veulent armer l'ASL, infestée de leurs amis d'Al Qaeda. Effectivement, les palestiniens menacent la sécurité d'Israël, alors que les terroriste de l'Armée Syrienne Libre cherchent la liberté et...la démocratie.

Les bédouins.

Là, c'est vraiment le top, le top du top. Le 21 janvier 2012 (la fin du monde) a certes raté, mais la mise à l'envers de ce même monde a, elle, réussi.

On vit dans un monde où des bédouins, régnant sur des pays où le rêve « ultime » d'une femme est de conduire une voiture, deviennent les défenseurs les plus ardents de la...démocratie. Il est vrai que, pour réussir dans la vie, il faut avoir du culot. La crise syrienne nous aura fait voir de toutes les couleurs.

8.  Vendredi, le crapaud qatari (allusion au conte) se montrait extrêmement volontaire et violent avant la réunion des ministres des affaires étrangères des pays du Golfe avec...Lavrov, vous savez, le ministre des affaires étrangère de ce petit pays au bord de la dislocation. Deux conférences de presse ont suivi cette réunion, la première, tenue par le crapaud et le secrétaire général de la Ligue Arabe, a vu ce dernier dire : désolé, c'est tout ce qu'on peut faire (rappelons qu'il y a de cela quelques semaines  seulement, ce même Monsieur voulait mettre la Syrie sous la tutelle des...bédouins). La deuxième conférence réunissait le crapaud et Lavrov. Inutile de commenter, le conte n'est qu'une légende. Le maître n'a pas dit grand-chose, mais le bédouin a largement révisé sa position, à la baisse.

9.  Héritiers des familles les plus obscurantistes de la région, ces mêmes bédouins se déclarent « scandalisés » par un régime...héréditaire ne respectant pas la démocratie.

Moi qui croyais que l'alcool est interdit dans ces contrées...

Enfin, vous avez certainement appris que, conformément au plan, la Libye, comme je le prévoyais, se dirige vers la dislocation (via la séparation du territoire en trois ou quatre nouveaux pays) et la guerre civile et que l'Egypte en prend gentiment le chemin, à l'image du Soudan, faisant probablement face à sa deuxième séparation en l'espace de moins d'un an.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, gowrié, france, terrorisme, colonialisme, bédouins

08/03/2012

Daniels, Bouvier et les autres : dans l’enfer de Homs

Celui qui a écrit le scénario unique qu'exécutent à tour de rôle les « journalistes » se rendant en Syrie doit se frotter les mains : l'exécution frise en effet la perfection.

Avec, toutefois, quelques...imperfections.

Commençons par la fin, le retour, après 9 jours de « clandestinité » à Homs, des « journalistes » Bouvier et Daniels. Ce dernier ne sait plus où se donner la tête tellement il est « sollicité ». Une des meilleures performances est celle réalisée par France Info, dont voici la reproduction originale complète. Je me contenterais, quant à moi, des âneries des deux : France Info et William Daniels.

Capture.PNG

La plus grosse, par ailleurs commune à tous nos médias, étant de raconter, pratiquement dans la même phrase, une chose et son exact contraire.

On nous prend, à tort, pour des ânes.

Daniels a donc vu, de ses propres yeux, à partir du « centre de médias » à Homs, que l'armée syrienne « visait spécifiquement les journalistes ». On avait Hamouche et son crime d'état, nous avons maintenant Daniels et ses drones.

1.    Daniels nous confirme donc avoir vu les mortiers de l'armée syrienne viser les journalistes. Il suppose donc que cette même armée savait qu'il y avait des journalistes et où ils se trouvaient. C'est ce même Daniels qui nous confirme être entré « clandestinement » en Syrie et que personne, à part ceux qui l'hébergeaient, ne le savait.

2.    L'armée syrienne sait donc précisément où se trouvent les journalistes et les « bombarde » consciemment, d'où l'accusation pour meurtre de Juppé. On aimerait juste savoir comment ce Daniels a pu s'échapper et partir pour le Liban alors que l'armée syrienne avait pris possession du quartier depuis trois jours. N'oubliez pas : l'armée connaissait la maison où se cachait Daniels.

3.    Le plus marrant, c'est certainement pour cela que plus personne ne croit ces pseudos journalistes, est lorsque, dans la même phrase, Daniels, ainsi que le « collègue » qui l'interroge, parlent d'une armée syrienne visant spécifiquement les journalistes et tirer aveuglément sur la population « civile ». Daniels nous parle même de drones, il les a vus de ses propres yeux, survolant « tout le temps » Homs afin de photographier les mouvements des « insurgés » et guider les tirs. C'est fantastique, non ? Ce n'est donc pas la faute des drones qui, eux, ont bien guidé les tirs. Ce sont juste ces derniers qui n'en font qu'à leur tête. Certains s'en vont viser « spécifiquement » les journalistes, alors que d'autres, probablement excédentaires, vont tomber « aveuglément » sur la population civile.

Le pire est que ces gens n'ont même pas le courage d'assumer le rôle qu'ils se sont choisi. Daniels et ses acolytes, sont entrés clandestinement en Syrie où ils sont allés rejoindre leurs « camarades » dont certains, les jihadistes wahhabites, y sont aussi entrés clandestinement. Mais Daniels ne va malheureusement pas au bout de sa démarche militante.

On attend maintenant juste qu'il fasse la tournée habituelle : deux ou trois médias par ci par là et...la fameuse interview d'Al Jazeera.

A propos, maintenant que j'y pense, ce Daniels, ainsi que tous les "clandestins" de Homs, sont des journalistes et, surtout, paraît-il, des photographes. Peut-on leur demander de nous montrer un petit quelque chose à se mettre sous la dent ? Quelques photos, un petit reportage, des rencontres, avec les manifestants pacifiques, n'importe quoi, non ? A moins qu'ils ne veuillent qu'on se contente de leurs...récits !

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : homs, syrie, daniels, bouvier, gowrié, islamisme, médias, désinformation, al jazeera

07/03/2012

Les islamistes « pro démocratie » libyens profanent. Juppé doit être ravi

Image.JPGCertains l'appellent l'islamiste, je parle bien sûr de Juppé. Il les a en tout cas installés partout, il doit être content en contemplant son « œuvre ».

Je rappelle qu'il n'y a pas un seul chrétien, ni probablement un seul juif, en Libye mais, même cela, ils ne peuvent le supporter.

Lundi, devant un « excellent » Rochebin demandant à ce même Juppé, à trois ou quatre reprises de suite, s'il ne fallait pas intervenir militairement en Syrie pour stopper la répression « sanglante » du régime, le non moins excellent Juppé a, à trois ou quatre reprises, hoché la tête en disant que la situation n'est pas comparable à celle qui prévalait en Libye.

Je crois qu'il conviendrait plutôt de parler de sa lâcheté. Car ce lâche, qui est allé bombardé une Libye totalement impuissante pour y installer ses amis d'Al Qaeda, a peur d'aller larguer ses bombes en Syrie.

Au fait, avez-vous déjà vu ces images sur l'un de nos médias ? Est-ce que l'un d'entre eux en a parlé ? Serait-ce parce qu'ils ont reçu l'ordre de ne pas le faire ? Ou alors sont-ils tellement occupés par la répression sanglante en ... Syrie !

P. S. A ceux qui se feront un plaisir de dire que les Américains ne valent pas mieux qui pissent sur les cadavres et brûlent des Corans je dis que ces derniers ne valent effectivement pas mieux. Je les renvoie dos à dos. Yankees ignares et ignobles complices de salafistes venant d'un autre temps.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : libye, france, gowrié, juppé, rochebin, médias, islamisme

06/03/2012

Certains peuvent être honnêtes et professionnels, même à Al Jazeera

Alors que la désinformation devient le lot quotidien de nos médias, au point de devenir un acte militant à part entière, Al Jazeera, chef de file de la désinformation professionnelle, souffre de démissions pouvant être qualifiées de massives. Celles-ci n'intervinrent que depuis le début des événements en ... Syrie. On se demande pourquoi.

Le directeur général de la Chaîne, Wadah Khanfar, Palestinien

Chef du bureau de Beyrouth, le journaliste vedette, Ghassan ben Jeddo (Tunisien)

La Star d'Al Jazeera, Eman Ayad, d'origine palestinienne.

Fayçal Kacem, Syrien (qui est revenu depuis)

Abbas Nasser

Luna El Chibli, Syrienne (a démissionné en direct)

Jumana Nammour, libanaise

Lina Zahreddine, libanaise

Jullinar Moussa, libanaise

Nawfar Afli.

Quelle est la raison unique derrière toutes ces démissions ? je vous laisse lire ce que les concernés eux-mêmes ont déclaré.

« Al Jazzera et nous avec elle, avons perdu toute crédibilité. En couvrant 24 heures sur 24 les événements en Tunisie, Egypte, Libye et Syrie tout en restant totalement silencieuse sur ceux se déroulant au Bahreïn et même en Arabie Saoudite, la chaîne a failli à sa mission. En ne diffusant que des documents non vérifiés, dont certains furent même fabriqués, elle est devenu carrément une cellule d'opérations encourageant à l'incitation et à la provocation ». Fin de la citation.

Voici ceux qui sont partis.

Les démissionnaires.JPG

Voici, à peu près, ceux qui y restent.

Capture.PNG

A CNN, FOX, TF1, France2, BBC, Le Monde, Le Figaro, France-Info, Libération, La liberté, Le Courrier, l'Hebdo  et, hélas TSR, pas de préoccupations de ce genre. Le militantisme des collaborateurs de ces médias ne leur laisse ni le temps, ni la volonté d'avoir de telles préoccupations mineures, alors mêmes qu'ils utilisent du matériel de seconde voire de troisième main.

Quelle importance, à l'instar de Timisoara, Irak, Libye, Kosovo, etc. ils s'excuseront et diront qu'ils ont été trompés.

On les croit sur parole.

 

05/03/2012

Syrie : la boite noire, médiatique, de Baba Amro s’ouvre

Ainsi, baba Amro, quartier rebelle « libéré » par les manifestants « pro démocratie », selon Les succursales d'Al Jazeera ici, est tombé. Entre manifestants « pacifiques », déserteurs bien moins pacifiques, simples truands, bandits de grands chemins, hommes d'Al Qaeda et...journalistes clandestins, le « melting pot » (en français « pot pourri », au propre comme au figuré) de ce quartier a de quoi é(dé)tonner.

Il paraît même que la Françe veut rendre les autorités syriennes responsables de la mort des « journalistes » qui se trouvaient dans le centre de médias (il l'appellent comme cela, le plus sérieusement du monde) au cœur de ce même quartier. Comme il devient fatiguant de parler de la stupidité des personnes lançant de tels propos, il conviendrait à ce stade de tirer un trait définitif là-dessus en leur conseillant d'aller personnellement le faire, sur place, s'ils le peuvent . Pour ma part, la France fait tout pour apparaître comme un pays ennemi, il faut dès lors la traiter comme tel : en ennemi, avec toutes les conséquences que cela suppose.

Voici le premier d'une série de documents, découverts, entre autres, dans le centre des « médias » à Baba Amro. Il nous montre le « héro » médiatique de Homs : Danny le magnifique, pourvoyeur officiel de nos médias ici de la plupart des « documents » que vous avez vus sur vos écrans. En l'occurrence, il préparait un document « exclusif » pour CNN. Edifiant.

En voici la traduction :

9ème - 12ème seconde : Danny, correspondant de CNN, attend qu'on l'appelle.Capture Danny.JPG

19ème - 25ème seconde, Danny  : c'est bon, qu'on laisse le fusil avec nous.

33ème - 41ème : « remarquez, aucun bruit de coups de feu, d'explosions, etc.)

1min03 - 1.07 : J'ai les doigts gelés. Il dit ensuite : amène-moi un matelas STP (il est fatigué d'attendre).

1.21 - 1.25 : « remarquez, Danny semble à l'aise, pas de danger de tirs ou d'explosions.

1.36 - 1.38 : (il plaisante ), c'est ta grand-mère qui t'appelle.

1.39 - 1.42 : On est « Al Waiting » (il le dit en anglais) mis en attente mec.

1.48 - 1.51 : un quart d'heure d'attente

1.56 - 2.09 : une conversation entre le caméraman et « Danny »

Le caméraman : Danny tiens-toi prêt, ça peut venir à n'importe quel moment.

Danny : est-ce que tu lui a demandé de préparer la cible ? Qu'il frappe...non, non, qu'il frappe.

Le caméraman : regarde la caméra

Danny : comme je te le dis (qu'il frappe)

2.10 - 2.11 : on entends une sorte d'explosion (comme demandé)

3.05 - 3.11m le caméraman dit à « Danny » : dis-leur qu'il y a des immeubles en ruine et qu'on est en train de retirer les cadavres des décombres.

3.17-3.18, après presque une heure d'attente, c'est le tour de Danny sur CNN : « yes, yes I can hear you. Oui, oui, je vous entends)

3.35 - 3.38 : (est-ce qu'on entend des bruits de tirs ou d'explosions ?)

3.40 - 3.47 « Danny » : vous-voulez savoir ce qui se passe, oui ? Ils bombardent depuis plus de trois heures.

3.50 : que l'on compare la situation avec ce que diffuse CNN en même temps.

3.53 : le présentateur de CNN demande s'il y a quelque deux cents morts depuis une heure ou deux

3.58 : « Danny », nous avons 200 morts depuis deux heures (on se demande qui a eu le temps d'aller compter les morts, en direct et sous les bombes)

4.03 : « Danny » dans la première demie heure il y a eu 40 morts.

4.14 : le présentateur demande à Danny : à quel point les tirs de mortiers sont-ils aléatoires ? Est-ce que vous êtes en train de dire que l'armée tire sans discrimination ?

4.21 - 4.22 : dans la ville même, dans la ville même (on remarque ce que CNN diffuse en même temps alors que « Danny » enregistre tranquillement « son sujet »). La rue est juste à côté de moi, il n'y a que des civiles là-dedans et j'entends les tirs là, là-dedans.

5.00 (une autre présentatrice CNN interroge « Danny ») : dites-nous « Danny » quelle est la situation ? Qu'avez-vous entendu ou vu ?

Danny : la situation est vraiment, vraiment mauvaise. On est bombardé depuis cinq heures maintenant et il y a eu 200 morts (ce chiffre semble magique). Il y a des gens au beau milieu de la rue et on n'arrive pas à les enlever. Si vous essayez de les enlever, on vous tire dessus (cela se voit, non ?)

6.21 : on demande l'aide de n'importe qui, Israel ou n'importe qui d'autre.

Il va sans dire que nos médias, en possession de dizaines de tels documents, ne les diffusent pas, se contentant de ceux postés par...Danny.

A ceux qui objecteront en disant que si on laissait les journalistes entrer librement en Syrie, on couperait la route à Danny et ses acolytes, je dis : Faux.

1.       Parce que les articles et reportages de ceux-ci sont écrits à l'avance (on a vu l'épisode de Gilles Jacquier et le crime d'état dont nos « journalistes » ont accusé les autorités syriennes alors même que ce sont les insurgés qui ont tiré). On a aussi vu l'épisode de M. Vannay, qu'on n'entend plus depuis.

2.       Parce qu'un journaliste professionnel, au contraire d'un militant, se doit de présenter les choses de sorte à ce que son lecteur (téléspectateur) puisse comprendre les choses des « deux » côtés de la ligne de démarcation. Mais, je le reconnais, ceci est du ressort des seuls journalistes « professionnels ».

La dernière « trouvaille » des Européens, qui ont chargé le président turc de la transmettre, est de déclarer qu'un scénario à la yéménite serait la meilleure solution pour la Syrie. C'est vraiment fantastique de voir, alors qu'ils sont battus à plate couture, comme ces gens continuent à faire croire qu'il peuvent encore dire qui doit faire quoi. Pour le reste, on vient d'apprendre que les militants « pacifiques » d'Al Qaeda au Yémen, viennent de tuer une trentaine de soldats de l'armée régulière.

Les terroristes, chassés de Baba Amro, viennent de déclarer se retirer de Rastan « après l'avoir libérée ». Cela a été relayé des centaines de fois par Al Jazeera et ses succursales ici.

Et pour finir, voici les derniers exploits des manifestants pacifiques :

Mardi, une bombe explosait à Alep, quartier El Ferdous, faisant deux morts de 15 et 17 ans. Silence total de nos médias

Samedi 3 mars, un home s'est fait exploser, avec sa voiture, à Damas, on ne connait pas le nombre exact des victimes. Silence de nos médias.

Samedi toujours, dans un quartier très fréquenté à Alep, deux jeunes gens, arméniens, sont kidnapés par des hommes armés. Silence de nos médias.

Ceux qui ont fait tout cela sont certainement des héros comme auraient pu le dire Edith Bouvier et William Daniels.

Si on nous prend pour des imbéciles, c'est qu'on l'a certainement mérité.

 

02/03/2012

Place financière suisse : les truands, les gangsters, les démocrates et les nains

Les nains, c'est nous. Je dis nains pour ne pas employer des mots beaucoup plus durs et infiniment moins polis. Nains, à l'image des sept qui nous gouvernent et, à travers eux, une bonne tranche de notre classe politique, laquelle semble s'être donnée pour mission de s'agenouiller avant même que les autres ne le lui demandent. C'est ainsi que notre place financière, puisque c'est de cela dont il s'agit, se vit rétrograder, en l'espace de moins de deux ans de la sixième à la treizième place mondiale.

Pour la troisième, ou la quatrième fois en l'espace de deux ans, nos autorités bien vaillantes signent un « accord » avec les « Maîtres » en disant, pour la troisième, ou la quatrième fois, que c'est un moindre mal. Que la Suisse aurait beaucoup souffert si elle avait décidé de résister.

Voici, entre autres, sur le très officiel site de la Confédération Helvétique, le premier acte de soumission : accord entre la Suisse et les Etats-Unis

Avez-vous lu le Cid, de Pierre Corneille ?

Acte 4, Scène 3 :

Don Rodrigue

« ...la honte de mourir sans avoir combattu ». Nous avons oublié jusqu'à la signification du mot honte. Quant à combattre...

Personne, bien sûr, ne se posa la question de savoir se qui se serait passé si les décideurs de ce pays qu'est le nôtre avaient simplement dit : non.

A la lâcheté, on ajoute la trahison, à ceux qui nous ont fait confiance : les clients de nos banques.

Mais quel est au juste le fond du problème ? Quelle est la raison exacte de cet acharnement continu et systématique ? En réalité rien de « très » spécial, c'est juste comme cela que les gangsters procèdent et ceci depuis tout le temps.

Les gangsters. Ce sont eux. Ils ont décidé de punir les évadés fiscaux mais aussi ceux qui les hébergent, nous, vous savez : les nains.

Le chiffre ne vient pas de moi mais de recherches et études assez nombreux sur le sujet : 2%. C'est le pourcentage estimé dCapture.JPGes avoirs non déclarés américains. Personne, y compris les nains, ne se demande où se trouvent les 98% restants. Pourquoi ? Simplement parce que tout le monde le sait : dans leurs propres paradis fiscaux. On n'est en effet jamais mieux servis que par soi-même. Il suffit juste de montrer le bâton et de présenter le tout sous l'angle de la morale, si chère à nos « amis » d'outre Atlantique.

Les Américains viennent d'inventer la méthode la plus géniale en matière d'acquisition de nouveaux clients : il leur suffit de demander à leur gouvernement de sortir le bâton et...hop : entre 40 et 60 mille clients nouveaux. On devrait enseigner cela dans les hautes écoles de commerce :

Cours : acquisition/vente

Chapitre : brigandage et banditisme.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : suisse, gowrié, usa, accord fiscal, truands, gangsters