27/03/2012

La France veut sauver les Chrétiens d'Orient

La France veut sauver les Chrétiens d’Orient participe à l’épuration ethnique

Voici le vrai titre de ce billet, que les moyens techniques n'ont pas permis d'éditer tel quel.Hazim.JPG

On apprend, par la bouche d’Ignatius IV et Zakka 1er, Patriarches de l’Eglise Grecque Orthodoxe et Syriaque Orthodoxe d’ Antioche, mais aussi par des informations en provenance d’amis et de relations partout en Syrie, que des gouvernements occidentaux, notamment celui de la France, demandent à leurs représentations diplomatiques en Syrie d’accorder très facilement des visas aux Syriens se déclarant de confession chrétienne, ce sans restriction quant à la durée du séjour.

Les ministères des affaires étrangères de différents pays d'Europe, France en tête, demandent même aux membres de la diaspora syrienne de leur fournir des listes de leurs connaissances et proches restés là-bas afin de les contacter personnellement et leur proposer de partir.

D’un autre côté, l’épuration ethnique, volontaire ou forcée, va bon train. De plus de 160'000 il y a à peine un an, la ville de Homs ne compte plus qu’un millier de chrétiens, ceux, comme d’habitude, n’ayant pas les ressources nécessaires pour partir.

Voici ce qu’en dit l’agence Fides, citant elle-même, entre autres, le Vicaire Apostolique à Alep. L’Agence Fides n’a, à priori, par la réputation d’être une antenne du régime syrien.

Agence Fides : les exactions contre les Chrétiens de Syrie

Ainsi, selon Sarkozy et Juppé, le régime de Bachar El Assad est fini et les chrétiens de Syrie devraient vite s’en désolidariser et composer avec l’opposition islamiste radicale, sous peine d’en subir les graves conséquences. Le dessein, criminel, étant parfaitement accompli en Irak, c’est maintenant au tour de la Syrie. Les Occidentaux ne demandent en réalité rien d'autre que de faire comme eux : composer avec les Salafistes de tout poils allant jusqu'à les qualifier de militants "pro-démocratie".

La question, sérieuse, à se poser est la suivante : à supposer même que leurs intentions sont louables, pourquoi certains pays occidentaux, France en tête, agissent de la sorte ? En accordant ces "faveurs" aux Chrétiens de Syrie, reconnaissent-ils implicitement que ceux-ci...euh, comment dire, courent un danger ? Lequel ? Mieux, si le régime ne s'en prend pas aux chrétiens, on nous dit même que ses forces armées protègent leurs quartiers, d'où provient le danger, dont la France veut les sauver ? Des Salafistes que la France et ses amis du Golfe entrainent et financent ? De la France elle-même en quelque sorte ! Par ailleurs, pourquoi les chrétiens ? Le peuple syrien, toutes appartenances et toutes confessions confondues, ne court-il pas le même danger dans son ensemble ? Sarkozy et Juppé croient-ils que les Chrétiens sont "plus solubles" dans nos sociétés ici ?

Ouuhhh, là...je crois que j'ai touché à un tabou.

La première fois que les Français, qui ne l’étaient pas encore vraiment à l’époque, ont essayé de « sauver » les Chrétiens d’Orient, ce fut en 1099 à l'occasion de la première croisade. Sans faire un cours d’histoire, le « désastre » qui s’ensuivit déploie ses effets jusqu’à aujourd’hui. Ils ont de nouveau voulu les sauver en 1920. Voici ce qui se passa alors.

Les Tueries de Toulouse : à qui la faute

Messieurs, pour l’amour du ciel, fichez leur la paix.

Arrêtez de les sauver.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, gowrié, chrétiens, salafiste, islam, terrorisme, france, juppé, sarkozy

Les commentaires sont fermés.