08/03/2012

Daniels, Bouvier et les autres : dans l’enfer de Homs

Celui qui a écrit le scénario unique qu'exécutent à tour de rôle les « journalistes » se rendant en Syrie doit se frotter les mains : l'exécution frise en effet la perfection.

Avec, toutefois, quelques...imperfections.

Commençons par la fin, le retour, après 9 jours de « clandestinité » à Homs, des « journalistes » Bouvier et Daniels. Ce dernier ne sait plus où se donner la tête tellement il est « sollicité ». Une des meilleures performances est celle réalisée par France Info, dont voici la reproduction originale complète. Je me contenterais, quant à moi, des âneries des deux : France Info et William Daniels.

Capture.PNG

La plus grosse, par ailleurs commune à tous nos médias, étant de raconter, pratiquement dans la même phrase, une chose et son exact contraire.

On nous prend, à tort, pour des ânes.

Daniels a donc vu, de ses propres yeux, à partir du « centre de médias » à Homs, que l'armée syrienne « visait spécifiquement les journalistes ». On avait Hamouche et son crime d'état, nous avons maintenant Daniels et ses drones.

1.    Daniels nous confirme donc avoir vu les mortiers de l'armée syrienne viser les journalistes. Il suppose donc que cette même armée savait qu'il y avait des journalistes et où ils se trouvaient. C'est ce même Daniels qui nous confirme être entré « clandestinement » en Syrie et que personne, à part ceux qui l'hébergeaient, ne le savait.

2.    L'armée syrienne sait donc précisément où se trouvent les journalistes et les « bombarde » consciemment, d'où l'accusation pour meurtre de Juppé. On aimerait juste savoir comment ce Daniels a pu s'échapper et partir pour le Liban alors que l'armée syrienne avait pris possession du quartier depuis trois jours. N'oubliez pas : l'armée connaissait la maison où se cachait Daniels.

3.    Le plus marrant, c'est certainement pour cela que plus personne ne croit ces pseudos journalistes, est lorsque, dans la même phrase, Daniels, ainsi que le « collègue » qui l'interroge, parlent d'une armée syrienne visant spécifiquement les journalistes et tirer aveuglément sur la population « civile ». Daniels nous parle même de drones, il les a vus de ses propres yeux, survolant « tout le temps » Homs afin de photographier les mouvements des « insurgés » et guider les tirs. C'est fantastique, non ? Ce n'est donc pas la faute des drones qui, eux, ont bien guidé les tirs. Ce sont juste ces derniers qui n'en font qu'à leur tête. Certains s'en vont viser « spécifiquement » les journalistes, alors que d'autres, probablement excédentaires, vont tomber « aveuglément » sur la population civile.

Le pire est que ces gens n'ont même pas le courage d'assumer le rôle qu'ils se sont choisi. Daniels et ses acolytes, sont entrés clandestinement en Syrie où ils sont allés rejoindre leurs « camarades » dont certains, les jihadistes wahhabites, y sont aussi entrés clandestinement. Mais Daniels ne va malheureusement pas au bout de sa démarche militante.

On attend maintenant juste qu'il fasse la tournée habituelle : deux ou trois médias par ci par là et...la fameuse interview d'Al Jazeera.

A propos, maintenant que j'y pense, ce Daniels, ainsi que tous les "clandestins" de Homs, sont des journalistes et, surtout, paraît-il, des photographes. Peut-on leur demander de nous montrer un petit quelque chose à se mettre sous la dent ? Quelques photos, un petit reportage, des rencontres, avec les manifestants pacifiques, n'importe quoi, non ? A moins qu'ils ne veuillent qu'on se contente de leurs...récits !

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : homs, syrie, daniels, bouvier, gowrié, islamisme, médias, désinformation, al jazeera

Commentaires

hommage à tous ceux qui y perdent la vie, Bravo pour les journalistes qui choisissent de rester au près des populations victimes! Vous avez su montrer aux yeux du monde entier un courage digne! que Dieu soit avec vous tous!

Écrit par : faire part | 09/03/2012

Les commentaires sont fermés.