02/03/2012

Place financière suisse : les truands, les gangsters, les démocrates et les nains

Les nains, c'est nous. Je dis nains pour ne pas employer des mots beaucoup plus durs et infiniment moins polis. Nains, à l'image des sept qui nous gouvernent et, à travers eux, une bonne tranche de notre classe politique, laquelle semble s'être donnée pour mission de s'agenouiller avant même que les autres ne le lui demandent. C'est ainsi que notre place financière, puisque c'est de cela dont il s'agit, se vit rétrograder, en l'espace de moins de deux ans de la sixième à la treizième place mondiale.

Pour la troisième, ou la quatrième fois en l'espace de deux ans, nos autorités bien vaillantes signent un « accord » avec les « Maîtres » en disant, pour la troisième, ou la quatrième fois, que c'est un moindre mal. Que la Suisse aurait beaucoup souffert si elle avait décidé de résister.

Voici, entre autres, sur le très officiel site de la Confédération Helvétique, le premier acte de soumission : accord entre la Suisse et les Etats-Unis

Avez-vous lu le Cid, de Pierre Corneille ?

Acte 4, Scène 3 :

Don Rodrigue

« ...la honte de mourir sans avoir combattu ». Nous avons oublié jusqu'à la signification du mot honte. Quant à combattre...

Personne, bien sûr, ne se posa la question de savoir se qui se serait passé si les décideurs de ce pays qu'est le nôtre avaient simplement dit : non.

A la lâcheté, on ajoute la trahison, à ceux qui nous ont fait confiance : les clients de nos banques.

Mais quel est au juste le fond du problème ? Quelle est la raison exacte de cet acharnement continu et systématique ? En réalité rien de « très » spécial, c'est juste comme cela que les gangsters procèdent et ceci depuis tout le temps.

Les gangsters. Ce sont eux. Ils ont décidé de punir les évadés fiscaux mais aussi ceux qui les hébergent, nous, vous savez : les nains.

Le chiffre ne vient pas de moi mais de recherches et études assez nombreux sur le sujet : 2%. C'est le pourcentage estimé dCapture.JPGes avoirs non déclarés américains. Personne, y compris les nains, ne se demande où se trouvent les 98% restants. Pourquoi ? Simplement parce que tout le monde le sait : dans leurs propres paradis fiscaux. On n'est en effet jamais mieux servis que par soi-même. Il suffit juste de montrer le bâton et de présenter le tout sous l'angle de la morale, si chère à nos « amis » d'outre Atlantique.

Les Américains viennent d'inventer la méthode la plus géniale en matière d'acquisition de nouveaux clients : il leur suffit de demander à leur gouvernement de sortir le bâton et...hop : entre 40 et 60 mille clients nouveaux. On devrait enseigner cela dans les hautes écoles de commerce :

Cours : acquisition/vente

Chapitre : brigandage et banditisme.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : suisse, gowrié, usa, accord fiscal, truands, gangsters

Commentaires

Très bien dit et excellentes remarques de Myret Zaki dans son interview.

Je suis écoeuré de ce que subit notre Nation.

Romaine Jean se plante grave quand elle dit qu'il n'y a pas d'effets. Le fait d'être passé de la 6ème à la 13ème place déjà est très révélateur. Et depuis 6 mois le secteur bancaire suisse a commencé à licencier. Au niveau statistique sur le chômage on ne voit pas tout car suite au changement voté sur l'assurance chômage de nombreux individus passe des statistiques du chômage à celle de l'assistance. Et là, ça augmente beaucoup...

Je suis aussi dégoûté de voir qu'on préfère persécuter les riches étrangers qui nous on fait confiance et ont contribué à notre prospérité. Pendant ce temps notre gouvernement et les partis politiques privilégient les dealers du tiers monde, les cambrioleurs-agresseurs, les zizous, les joueurs de bonneteau, les gitans-mendiants, les faux réfugiés politiques-vrais bénéficiaires économiques, les clandestins et leur apprentissage, etc...
Nous devenons les collaborateurs des fiscs étrangers alors que ce que font les riches étrangers n'est pas un crime chez nous. On applique nôtre droit souverain ou le Diktat juridique de pays tiers tel le temps du protectorat. Sommes-nous le Liban ou le Maroc?

Notre Nation est-elle devenue lâche et n'aime plus ses citoyens? Préfère-t-elle désormais la nouveauté de l'exotisme?

Écrit par : anonyme | 03/03/2012

la question se pose en fin de compte de savoir si ce qui arrive à la place financière suisse n'est un bienfait. Si la place financière de ce pays ne devrait pas retourner à une saine gestion du partimoine national, plutôt que d'héberger tout le pognon sale du monde entier. Si d'autres pays veulent héberger ce pognon, qu'ils le fassent, nous sommes des gens corrects et n'avons pas à les imiter.
Il existe un financement réel d'une économie réelle et nos banques ont là un rôle éminent à jouer. Et il existe la "Haulte Phynance", qui est là pour les gangsters de tus acabits, y compris les génocidaires et les pires cinglés de la "Haulte Polytique". Et nous n'avons rien a foutre de ces gens-là.
Les conneries et les abus de l'U.B.S. aux E.U.s on mis tout l'équilibre politique et financier de ce pays en danger en 2008. A voir également ce qui s'est passé en Islande et en Irlande. Nous n'avons que faire de ces gyries. Le secteur financier de ce pays doit être ramené à une dimension gérable.
les hurlements de la Justice américaine contre les banques suisses n'empêcheront pas les E.U.s d'aller tout droit à la faillite, avec un endettement public et privé s'élevant à quelque 350% du P.I.B. Et de même pour ce qui est de l'Europe.

Écrit par : J.C. Simonin | 04/03/2012

Grâce au Secret Bancaire des persécutés ont pu sauver leur vie à travers l'Histoire en a ayant de quoi financer leur fuite notamment sous les régimes communistes ou nazis. Sans le Secret Bancaire ils auraient eux aussi fini fusillés ou gazés.

Le Secret Bancaire est la protection ultime contre les dictatures et les spoliations politiquement motivées. Encore aujourd'hui les dictatures ou les régimes autoritaites pululent. Ils suffit de regarder sa TV. Et, on ne sait pas ce que réserve le futur même dans les pays européens...

Le Secret Bancaire est donc une institution absolument saine et nécessaire.

On ne peut pas accuser le vendeur de couteau de cuisine d'avoir vendu une arme qui a ensuite servit dans un crime.

Écrit par : anonyme | 04/03/2012

@ anonyme
mes récents passages aux prestations complémentaires et à l Hospice général m ont permi de voir ceci : les lois sociales ont changée. l ass. chômage a créé un pique. Entre temps la loi sur l asile à été durcie! l époque ou l on donnait aux étrangers est terminée depuis un bon bout de temps. La plupart sont expulsés aujourd hui. Quand à l aide d urgence distribuée c est 10.- par jour. les chiffres le démontre faut il encore les regarder plutôt de regarder ds nos rue. De plus sur le flux migratoire Genève reçoit le 5%. Quant à parlé de dealer c est un joli amalgame. je pense que mon collègue assistant social qui est parti de la Yougoslavie avant que la guerre éclate serait très content de constater une fois de plus une analyse sociologique erronée. À près tout c'est normal surtout quand on est superposé à la télé et aux partis politiques.

Écrit par : plume noire | 04/03/2012

Les commentaires sont fermés.