13/02/2012

La Syrie négociera

Oui, mais à partir d'une position de force. C'est-à-dire une fois que les terroristes auront été éradiqués.

Acte 1 : Dans les couloirs du Conseil de Sécurité, quelques minutes avant le vote et le fameux double véto sino-russe la Syrie, une conversation étrange entre l'ambassadeur Tchourkine et l'homme le plus puissant du monde, le bédouin Hamad le Qatari eut lieu, démentie par la suite, alors même que France 2 semble l'avoir enregistrée. Dans celle-ci, le bédouin menace M. Tchourkine, lequel aurait répliqué en disant que le bédouin n'est là que parce qu'il est invité, qu'il doit revenir à sa taille normale et que M. Tchourkine ne parle qu'aux grands de ce monde. Certaines sources disent même que le Russe aurait dit au bédouin que le pays de ce dernier pourrait revenir à ce qu'il était cent ans en arrière : lorsqu'il n'existait pas encore.

Acte 2 : Un déchaînement de violence suite au double véto sino-russe. Rice  est « scandalisée ». Pourquoi est-elle scandalisée ? Parce que des Chinois et des Russes sans cœur ont osé le faire au mépris de la souffrance d'un peuple martyrisé par son dictateur.

Le véto russe scandalise Madame Rice. Mais les 62, soixante deux, vétos des USA en faveur d'Israël, non.

Ceci scandalise madame Rice.

Véto.JPG

 

Mais pas cela

La Syrie négociera.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acte 3 : Le ministre russe des affaires étrangères, accompagné du chef des services de renseignements extérieurs, se rendent deux jours après le vote à Damas. L'accueil est triomphal et digne d'un chef d'état. Certaines sources disent que M. Lavrov est venu non seulement confirmer le soutien de la Russie mais également son concours technique. Non seulement le scénario libyen ne se répétera pas, mais la Russie semble prête à prendre part à un éventuel conflit, aux côtés de la Syrie. La nouvelle guerre froide sera bien plus tiède qu'on ne le croit. Je vous laisse imaginer les conséquences.

Acte 4 : On l'aura compris, la Syrie est, malheureusement, le théâtre de la nouvelle, et ultime, confrontation est-ouest. Jusqu'où peut alors aller la Russie ? Jusqu'à :

1.       Couper l'approvisionnement en pétrole et gaz par le détroit d'Ormuz. Eh bien oui. Elle fera probablement comprendre au monde entier que c'est elle, et non pas l'Iran, qui le fait.

2.       Fermer le gazoduc le « Nord Stream ». L'Ouest sera à genoux en l'espace de deux semaines.

Ce dernier acte est de la science fiction. Il serait cependant utile, pour les Russes, de faire comprendre qu'il n'est pas totalement exclu.

La guerre se fait aussi comme cela.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : lavrov, russie, syrie, gowrié

Commentaires

@ J-S Gowrié,

Pas mal votre superposition de photos.

Comme dit le dicton, une image vaut mille mots.

Je ne suis ni un fan des arabes ni d'Israël, mais je sais voir les deux poids deux mesures.

Écrit par : anonyme | 13/02/2012

Je ne vois pas où anonyme voit des photos d'Israël, encore un mystique !!!

Écrit par : Corto | 13/02/2012

@Anonyme,
Pour le commentaire de Corto, je vous demande de l'excuser. Cette personne ne sait probablement pas lire et quant elle lit ne comprend pas. Il n'a même pas compris que vous parliez des USA. Bref, je suis obligé de publier puisque je me suis engagé à le faire, y compris pour Corto, lorsqu'il/elle n'insulte pas ou ne commente pas d'une manière abjecte.
Bien à vous.

Écrit par : Jean Gowrié | 13/02/2012

@ J-S Gowrié,

Aucun problème pour moi.

Je suis pour la liberté d'expression totale.

Écrit par : anonyme | 14/02/2012

Les commentaires sont fermés.