31/01/2012

31 janvier 2012 : premier bilan mensuel de l’année

Comme prévu, je vous livre aujourd'hui mon premier bulletin mensuel de l'année.

On commencera par les prévisions dont la quasi-totalité ne se réalisa pas. Ainsi :

DSK est toujours empêtré dans ses histoires de fesses. Il n'est pas encore l'homme de l'année 2012, on a même parlé de son absence à Davos. Il est vrai qu'il était fatigué après son séjour triomphal en Chine.

L'Iran n'est pas encore envahi, alors qu'on l'avait prévu pour le 15 janvier. Aucune bombe ne s'est abattue non plus sur ses installations, nucléaires ou pas, alors que, parait-il, "le compte à rebours avait déjà commencé" et que "seul un miracle pouvait désormais sauver l'Iran"

La Grande Bretagne, dont le courage des soldats, circulant à pied et sans casque de protection à Bassorah, n'est plus à démontrer, n'a pas non plus mis l'Iran à genou. Cela fut aussi prévu par certains suite à l'attaque, par de jeunes manifestants iraniens, des locaux de l'Ambassade de GB, suivie de sa fermeture.

L'Iran et la Syrie ne se sont pas encore disloqués.

Les jours du pouvoir syrien, se comptant en semaines en avril 2011, prolongées de quelques autres semaines en juillet, puis encore de quelques jours en octobre, semblent se prolonger de plus en plus.

A propos de ce dernier, la Ligue, Arabe, lui a donné deux mois pour partir (dès le mi mars 2011, Juppé, Sarkozy, Clinton, Cameron, etc. avaient exigé la même chose) que se passerait-il s'il ne le faisait pas ?

Les démocraties qui devaient s'installer dans le monde arabo musulman se transforment petit à petit en une série de "républiques ?" islamiques.

La Russie, malgré les efforts louables des agitateurs à l'ouest de l'Oural et de l'Atlantique, semble avoir gagné la partie et marque définitivement son retour comme une "très" grande puissance mondiale. Certains tacticiens/prévisionnistes n'avaient même pas remarqué que deux éléments essentiels des années 80 et 90 manquaient : on ne peut plus les étrangler économiquement, c'est même plutôt le contraire qui serait vrai, et...Eltsine (l'ivrogne) est mort.

Allez, rendez-vous le 29 février, si le ciel ne nous tombe pas sur la tête d'ici là.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : dsk, hayoun, iran, russie, syrie

26/01/2012

Syrie : la terreur, avec la bénédiction franco américaine

Hier, des terroristes ont atrocement tué un prêtre, père Bassilios Nassar, à Hama. Celui-ci essayait de porter secours à un homme blessé par les balles de ces mêmes terroristes.

A Edlib, au nord d'Alep, d'autres terroristes ont assassiné le président du croissant rouge local, le docteur Abd el Razzaq Jbiro.

Ce sont des manifestants, certainement pacifiques, qui se trouvaient là par hasard, avec, là aussi par pur hasard, des armes desquelles sont parties, tout à fait fortuitement, les balles qui ont tué ces victimes innocentes.

Avez-vous remarqué l'exploit que nos médias viennent de réaliser ? Alors que, petit à petit, histoire de noyer le poisson et que la chose passe doucement, ils parlent d'insurgés armés, de groupes armés, de quartiers contrôlés par des insurgés, etc., ils nous parlent encore, sans la moindre gêne, d'un régime syrien qui continue à « réprimer » le soulèvement (vous voyez, on ne parle même plus de manifestations).

Voyons cela d'un peu plus près. Comment peut-on qualifier l'armée et les forces de sécurité d'un pays qui font face à des (ce sont, encore une fois, nos propres médias qui le disent) groupes d'insurgés armés semant la terreur partout ?

Il y a de cela quelques semaines, pas un jour ne passait sans qu'un journal, télévisé ou non, nous parle de cette commission d'observateurs arabes, envoyés par la Ligue, arabe aussi, pour vérifier les choses sur le terrain. Tout le monde attendait le rapport de cette commission. Ne trouvez-vous pas pour le moins curieux qu'une fois ce fameux rapport rendu, plus personne n'en parle ? Ni journalistes, ni politiques, ni personne ? Des choses gênantes là-dedans, par hasard ?

La Russie  vient, pour la énième fois, d'envoyer balader les Américains et leur laquais en déclarant, d'une manière très définitive, qu'elle s'opposera à toute tentative d'ingérence dans les affaires internes de la Syrie sous quelque forme que ce soit. La nouveauté de cette énième mise au point est que cela est passé en présence du...ministre turque des affaires étrangères. Ce fut même une conférence de presse commune. Ah ha...

Voici que la Turquie, très silencieuse depuis quelques semaines, leur échappe gentiment. Cette mascarade de, comment c'est déjà ? Conseil National, ou quelque chose du genre, n'a même pas 35% du « pétrole » syrien à offrir à la France en contrepartie du bombardement de Damas. Peut-être que le propriétaire du PSG pourra faire cette offre lui-même, sur ses propres avoirs de gaz et de pétrole.

 

08:42 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, média, turquie, france, terrorisme

25/01/2012

Ils ne sont qu'une minorité

Encadré jaune 25 janvier.JPG

Une de mes occupations favorites depuis toujours fut et est toujours de souligner les phrases, expressions, devenues des lieux communs, que les gens, notamment les politiques et les médias, répètent à longueur de journée parfois sans même réfléchir à ce qu'ils disent tellement cela est devenu banal.

Ils ne sont qu'une minorité.

On aurait pu aussi ajouter : stigmatiser (ne pas stigmatiser), marginaliser (ne pas marginaliser), amalgame (ne pas faire d'amalgame), et j'en passe.

Ce matin à la radio, on parlait des juifs ultra-orthodoxes en Israël, il y a maintenant des orthodoxes et des ultras, qui persécutent les filles qui, selon eux, s'habillent d'une manière indécente, qui séparent les hommes des femmes dans les bus, qui veulent interdire aux femmes de l'armée de chanter car cela excite leurs collègues masculins, ainsi qu'un certain nombre de choses qui, selon eux, mettraient la société israélienne en contradiction avec la...oups, j'allais dire la Charia.

Comme pour les autres, les gens de la Charia, le commentateur s'empressa de dire qu'il ne s'agit que d'une minorité, à peine 10 à 15% de la population, que cela reste un phénomène marginal et que et que et que...je vous épargne la suite de la phrase. Car, on connaît la suite :

Les fondamentalistes tuCharly Hebdo.jpgnisiens sont une minorité

Les fondamentalistes libyens sont une minorité

Les fondamentalistes égyptiens sont une minorité

Plus près de chez nous, je veux dire chez nous :

Les fondamentalistes du Conseil Central Islamique (iste ?) sont une minorité

Ceux qui ont détruit les locaux de Charlie Hebdo sont une minorité

Tous les tarés de la terre ne constituent que des phénomènes marginaux, des minorités. LA GRANDE MAJORITÉ n'a rien à voir avec tout cela. Mais oui.

On se demande vraiment pourquoi la plus grande puissance militaire du monde a dépensé plus de 800 milliards de dollars juste pour combattre une...minorité.

L'Histoire, seule véritable matière à devoir être enseignée en priorité, nous apprend que jamais la majorité ne l'a faite, l'Histoire. Ce sont toujours des minorités, très bruyantes, agissantes et, la plupart du temps, « violentes » qui déterminent le cours des choses. Je vous rappelle seulement celles qui, depuis 1917, ont coûté plus de 60 millions de victimes à l'humanité : les communistes russes et, les minoritaires du Parti National Socialiste. Lisez bien, puisque vous adorez ça :

1924 : 3% des voix

1928 : 2.4% (bien moins, beaucoup moins que la fameuse limite des 10 à 15%, si chère à nos commentateurs)

Même en 1932-33, il ne remportèrent que...30% des voix, ainsi que le...pouvoir.

Dormez en paix, ils ne sont qu'une minorité.

Pendant son séjour à Dachau, Martin Niemöller a écrit :

« Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester.

Rome n'est pas tombée sous les coups des "barbares", elle s'est offerte, mûre et à la limite de la pourriture. La revoilà qui se donne au plus offrant.

Aujourd'hui, en France, il y a des villes dont les maires refusent de célébrer des mariages entre une Marocaine et un Français s'il n'est pas converti à l'islam. Cela se passe en France, en 2012, ce sont des élus de la République, non pas des imams, qui l'exigent.

Ils ne sont peut-être qu'une...minorité.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : islam, juifs, judaïsme, syrie, gowrié

24/01/2012

France-Afghanistan : la débâcle des laquais


Encadré jaune.JPG
Les Américains viennent de présenter leurs excuses au gouvernement afghan, ils l'appellent comme cela, d'avoir pissé sur les corps ensanglantés de quelques Talibans que leurs soldats, les pisseurs, venaient de tuer. Ils ont dit espérer que cette action ne compromettra pas le processus de négociation entamé avec...ces mêmes Talibans, lesquels, de leur côté, viennent de tuer quatre soldats Français et 6 autres soldats de la...coalition.

A n'y plus rien comprendre ? Pourtant...

Selon le comique à la tête de la France, pays souhaitant retrouver son lustre d'antan, et le beaucoup moins comique ministre des affaires étrangères de ce même pays, la mission de la France en Afghanistan, pays qui, selon le comique, vivait au moyen âge et où les femmes et les petites filles n'ont pas de droits, cette mission est la suivante : débarrasser, d'abord, le pays du terrorisme Et des Talibans (c'est fait) et entrainer l'armée afghane qui, après le retrait des troupes « étrangères » saura assurer la défense du pays, c'est fait aussi.

Qu'est-ce que cette armée afghane ? Constitué à plus de 70% de Pachtounes, réserve inépuisable de...Talibans, les Français se trouvent en train d'entrainer...les Talibans. Tragicomique, à moins que ce ne soit tragique tout court.

Les Français semblent même en avoir fait une spécialité. En Syrie, ils financent, arment et entrainent les terroristes, que nos médias appellent « manifestants pacifiques ». Voilà que ceux-ci viennent de tuer un journaliste français, au grand dam d'un pseudo autre journaliste, Sid Hammouche, qui nous dit que c'est un crime d'état.

L'Histoire n'étant qu'une roue qui tourne perpétuellement, je vais vous raconter rapidement celle de Rome, à partir de la deuxième moitié du deuxième siècle de notre ère. Entièrement romaine, l'armée commence petit à petit à accepter tout et n'importe qui dans ses rangs jusqu'à ce que, à la fin de l'empire de l'ouest, les non Romains, Germains pour l'essentiel, mais aussi Berbères, Espagnols, etc., commencent à en constituer une bonne partie. Ce fut le début de la fin.

Un jour, peut-être plus tellement lointain, ce ne sera plus des Talibans qui tireront sur l'armée française mais bien des « soldats » de cette même armée qui tireront sur leurs propres camarades.

Cela a déjà commencé aux USA. Le commandant Hassan a tué 13 de ses camarades. Il évoquait avant tout sa...confession.

Tout cela en attendant que "les autres" viennent mettre de l'ordre chez nous, parce qu'on n'est plus capable de le faire nous mêmes. Nous gouverner en quelque sorte. ça commence avec l'intégration des étrangers dans nos propres forces de police. Je vous le disais, l'histoire n'est qu'une roue qui tourne perpétuellement.

Je les entends déjà : holà, vous y allez trop vite. Oui, je le sais. Cela fait 50 ans qu'on va trop vite et qu'on déclanche des peurs injustifiées voire inexistantes. Regardez la perfection à laquelle nous sommes arrivés.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, afghanistan, hammouche, jacquier, le courrier

23/01/2012

Jacquier, Hammouche, Le Courrier, TDG et les autres

 

Image 1.png

Comme prévu dans mon dernier billet, nous n'avons pas dû attendre trop longtemps, moins de 6 heures ont suffi pour vérifier la véracité de mes propos (ce billet est écrit le samedi 21 janvier).

Le VRP de la désinformation, le journaliste ?  Hammouche, travaillant pour l'une des rédactions les plus hostiles en Suisse, doit maintenant pester. Rendez-vous compte, plus de 10 mois d'acharnement continu, quotidien et inlassable. Une désinformation « professionnelle » sans précédent : des faits détournés, des images truquées, des histoires inventées, des morts inexistants, pis, qu'on retrouve vivants quelque temps après, et j'en passe. Un seul but : faire tomber le régime syrien coûte que coûte. Après ? On s'excusera, comme les Américains l'avaient fait en son temps à propos de l'Irak, une fois le but atteint. La question se pose d'elle-même : pour qui roulent les médias suisses ? Qui sont les commanditaires ?

Mais la Syrie n'est pas l'Irak. Elle n'est pas la Tunisie, pas la Libye et encore moins l'Egypte. Voulez-vous savoir pourquoi ? Regardez qui a pris le pouvoir dans ces trois pays et vous saurez pourquoi.

Tant pis pour Hammouche, sa rédaction et ses acolytes.

Etrange silence de toutes ces rédactions face à la nouvelle. Le jour de la mort de Gilles Jacquier, France Info diffusait et commentait l'information toutes les 10 minutes environs. Aujourd'hui, silence totale. Ils n'en ont même pas parlé.

Voici l'état de nos médias aujourd'hui. La liste est longue, très longue.

On l'appellera : ligue des désinformateurs professionnels

Alors, M. Hammouche : toujours un crime d'état ? Ne vous en faites pas. Certains de vos "collègues" ont déjà trouvé une parade : les rebelles ont été provoqués par le régime. On aura tout vu.

Je vous le dis comme je le pense. Si on appliquait les mêmes règles de droit, si chères à Human Rights Watch et leurs maîtres, ils seraient condamnés pour crimes de guerre, assassinats et meurtres. Vous, vous serez certainement condamné pour incitation à la violence et au crime. La désinformation intentionnelle n'étant, pour le moment, pas condamnée juridiquement.

P. s. Les manifestations anti WEF tuées, selon vos propres termes, dans l'oeuf, sont-elles...euh, pacifiques ? Et si certains manifestants avaient, au surplus, tiré quelques pétards, qu'auraient fait nos forces de sécurité ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jacquier, hammouche, tdg, le courrier, la liberté, tsr

22/01/2012

Gilles Jacquier : journaliste d'Envoyé Spécial tué par les terroristes

Je ne voulais pas écrire ce billet avant d'avoir vu le reportage d'Envoyé Spécial sur la Syrie, dont Gilles Jacquier est devenu le sujet.

A ma grande surprise, je trouvai le traitement du sujet « presque » équilibré. Ne croyant pas à un sursaut d'une morale journalistique retrouvée, je crois plutôt qu'ils ne pouvaient pas faire autrement. Ainsi, pour commencer par la conclusion, le narrateur prend, par deux fois, soin de nous dire qu'ils ne sont pas certains quant aux responsables des tirs, tout en donnant la parole à un journaliste faisant partie de l'équipe, Josephe Heida qui, photos à l'appui, nous affirme que les projectiles sont partis de la zone où se trouvent les « insurgés ». C'est ce qu'avait déjà dit, dès le premier jour, le journaliste de la BBC, à qui on n'a pas redonné la parole.

Insurgés, projectiles ? Mais alors, nous n'aurions pas affaire à des...manifestants pacifiques ? Si, si, un certain Sid Hammouche, journaliste à La Liberté, diffusé en terre fribourgeoise, nous l'affirme : les manifestants, il les appelle comme cela, sont pacifiques et la mort de Gilles Jacquier est un crime d'état. Ah, Hammouche, Hammouche. Lui, il a tout vu, tout entendu et tout analysé. Il n'a pas le moindre doute. Cela me rappelle furieusement un certain Vannay, grand reporter à la RSR qui, lui aussi, a vu des manifestants pacifiques partout. Alors que les premiers concernés, la famille du défunt et, surtout, sa famille professionnelle, observent une assez grande discrétion quant à l'interprétation des faits, Hammouche, lui, croit devoir faire du marketing autour de l'évènement.

Je ne vous ai pas dit. Comme Vannay, tiens, avant lui, on a vu Hammouche, au lendemain de l'accident, apparaître sur l'écran de...Al Jazeera. Ce sont, à ma connaissance, les deux seuls à l'avoir fait. Je vous laisse apprécier.

Petite question, en dehors de leurs récits respectifs (j'espère qu'on n'ira pas jusqu'à nous demander de les croire sur parole) auraient-ils un petit quelque chose à nous mettre sous la dent ? Un petit reportage, des photos, des interviews, des preuves puisque, paraît-il, ils en ont ?

A voir l'énergie qu'il dépense, on peut se poser des questions sur les motivation réelles de ce personnages. Je ne puis affirmer sans preuves, moi. Je ne puis que supputer. Les prochains jours nous en apporterons la réponse, j'en suis certain et puis vous en assurer.

Autre petite question. Puisque, en dehors des derniers résistants sévissant, hélas, dans nos médias suisses, le mensonge de départ (concernant le pacifisme du mouvement) est maintenant abandonné, que doivent, à votre avis, faire l'armée et les forces de sécurité d'un pays face à des terroristes armés leur tirant dessus et, dans certains cas, prenant le contrôle et terrorisant des quartiers entiers ? Croiser les bras...pacifiquement !

Hier, pendant la diffusion du reportage, on a vu des religieux chrétiens ET musulmans, célébrer, dans une église, une office religieux en mémoire d'un petit enfant tué, devant sa mère, par des terroristes pacifiques. Après la messe, le Mufti de la République fit une déclaration. Le narrateur, de France 2 (rappelons qu'il s'agissait encore du sujet tourné par l'équipe d'Envoyé Spécial) le présenta comme un religieux « Alaouite ». Savez-vous ce que c'est que le « Mufti de la République » ? C'est la plus grande autorité religieuse « SUNNITE » du pays.

Une toute dernière chose, voici les dernières déclarations de Sarkosy, non moins stupide mais plus drôle que son ministre des affaires étrangères :

1.    Une attaque « militaire » contre l'Iran conduirait à la « guerre » et à la confusion. On ne savait pas que les actions militaires conduisent à des guerres.

2.    La France ne peut pas rester silencieuse face au scandale syrien ! De quel scandale parle-il ? Des tireurs pacifiques ? Que compte-il entreprendre ? Une action...militaire ?

3. Dans son allocution/commentaire suite à la mort vendredi de quatre soldats français en Afghanistan, il a dit :

a. La Françe est allée en Afghanistan pour "lutter contre le terrorisme et contre les Talibans". Juste entre nous, je crois savoir que les Talibans viennent d'ouvrir un bureau au Qatar (propriétaire d'Al Jazeera et du PSG) et que Français et Américains négocient avec.

b. La Françe, écoutez ou plutôt lisez bien, ne peut accepter que la "sécurité de ses soldats ne soit pas assurée". La France, selon Sarko, voudrait bien faire la guerre mais à condition que ses soldats soient en sécurité. C'est effectivement inacceptable que des soldats "professionnels" puissent être tués en faisant la guerre.

Nicolas Sarkosy confirme la mort de quatre soldats français en Afghanistan : écoutez bien

Cela n'a rien à voir mais il avait, en son temps, aussi déclaré que le taux de chômage en France sera en dessous de 5% à la fin de son mandat.

Aujourd'hui, deuxième jour après la révélation du Figaro, toujours AUCUN média, notamment romand, n'a relayé l'information. Les mêmes, Le Courrier, Liberté, Hammouche en tête, passaient leur temps à accuser la Syrie de crime d'état. Ce sont des médias indépendants et professionnels.

 

09:40 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hammouche, jacquier, syrie, tsr, tdg, médias suisse

21/01/2012

Gilles Jacquier, journaliste de France 2 mort en Syrie

Je ne voulais pas écrire ce billet avant d'avoir vu le reportage d'Envoyé Spécial sur la Syrie, dont Gilles Jacquier est devenu le sujet.

A ma grande surprise, je trouvai le traitement du sujet « presque » équilibré. Ne croyant pas à un sursaut d'une morale journalistique retrouvée, je crois plutôt qu'ils ne pouvaient pas faire autrement. Ainsi, pour commencer par la conclusion, le narrateur prend, par deux fois, soin de nous dire qu'ils ne sont pas certains quant aux responsables des tirs, tout en donnant la parole à un journaliste faisant partie de l'équipe, Josephe Heida qui, photos à l'appui, nous affirme que les projectiles sont partis de la zone où se trouvent les « insurgés ». C'est ce qu'avait déjà dit, dès le premier jour, le journaliste de la BBC, à qui on n'a pas redonné la parole.

Insurgés, projectiles ? Mais alors, nous n'aurions pas affaire à des...manifestants pacifiques ? Si, si, un certain Sid Hammouche, journaliste à La Liberté, diffusé en terre fribourgeoise, nous l'affirme : les manifestants, il les appelle comme cela, sont pacifiques et la mort de Gilles Jacquier est un crime d'état. Ah, Hammouche, Hammouche. Lui, il a tout vu, tout entendu et tout analysé. Il n'a pas le moindre doute. Cela me rappelle furieusement un certain Vannay, grand reporter à la RSR qui, lui aussi, a vu des manifestants pacifiques partout. Alors que les premiers concernés, la famille du défunt et, surtout, sa famille professionnelle, observent une assez grande discrétion quant à l'interprétation des faits, Hammouche, lui, croit devoir faire du marketing autour de l'évènement.

Je ne vous ai pas dit. Comme Vannay, tiens, avant lui, on a vu Hammouche, au lendemain de l'accident, apparaître sur l'écran de...Al Jazeera. Ce sont, à ma connaissance, les deux seuls à l'avoir fait. Je vous laisse apprécier.

Petite question, en dehors de leurs récits respectifs (j'espère qu'on n'ira pas jusqu'à nous demander de les croire sur parole) auraient-ils un petit quelque chose à nous mettre sous la dent ? Un petit reportage, des photos, des interviews, des preuves puisque, paraît-il, ils en ont ?

A voir l'énergie qu'il dépense, on peut se poser des questions sur les motivation réelles de ce personnages. Je ne puis affirmer sans preuves, moi. Je ne puis que supputer. Les prochains jours nous en apporterons la réponse, j'en suis certain et puis vous en assurer.

Autre petite question. Puisque, en dehors des derniers résistants sévissant, hélas, dans nos médias suisses, le mensonge de départ (concernant le pacifisme du mouvement) est maintenant abandonné, que doivent, à votre avis, faire l'armée et les forces de sécurité d'un pays face à des terroristes armés leur tirant dessus et, dans certains cas, prenant le contrôle et terrorisant des quartiers entiers ? Croiser les bras...pacifiquement !

Hier, pendant la diffusion du reportage, on a vu des religieux chrétiens ET musulmans, célébrer, dans une église, une office religieux en mémoire d'un petit enfant tué, devant sa mère, par des terroristes pacifiques. Après la messe, le Mufti de la République fit une déclaration. Le narrateur, de France 2 (rappelons qu'il s'agissait encore du sujet tourné par l'équipe d'Envoyé Spécial) le présenta comme un religieux « Alaouite ». Savez-vous ce que c'est que le « Mufti de la République » ? C'est la plus grande autorité religieuse « SUNNITE » du pays.

Une toute dernière chose, voici les dernières déclarations de Sarkosy, non moins stupide mais plus drôle que son ministre des affaires étrangères :

1.    Une attaque « militaire » contre l'Iran conduirait à la « guerre » et à la confusion. On ne savait pas que les actions militaires conduisent à des guerres.

2.    La France ne peut pas rester silencieuse face au scandale syrien ! De quel scandale parle-il ? Des tireurs pacifiques ? Que compte-il entreprendre ? Une action...militaire ?

3. Dans son allocution/commentaire suite à la mort vendredi de quatre soldats français en Afghanistan, il a dit :

a. La Françe est allée en Afghanistan pour "lutter contre le terrorisme et contre les Talibans". Juste entre nous, je crois savoir que les Talibans viennent d'ouvrir un bureau au Qatar (propriétaire d'Al Jazeera et du PSG) et que Français et Américains négocient avec.

b. La Françe, écoutez ou plutôt lisez bien, ne peut accepter que la "sécurité de ses soldats ne soit pas assurée". La France, selon Sarko, voudrait bien faire la guerre mais à condition que ses soldats soient en sécurité. C'est effectivement inacceptable que des soldats "professionnels" puissent être tués en faisant la guerre.

Sarkosy et la mort de soldats français.jpg

Nicolas Sarkosy confirme la mort de quatre soldats français en Afghanistan : écoutez bien

Cela n'a rien à voir mais il avait, en son temps, aussi déclaré que le taux de chômage en France sera en dessous de 5% à la fin de son mandat.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france 2, gilles jacquier, syrie, france, hammouche, vannay

20/01/2012

Les demandes d’asile en Suisse explosent

Contrairement à ce que le titre pourrait le laisser penser, l'asile n'est pas vraiment le sujet central de ce billet. Voici ce dont il s'agit.

Lieu : Télévision Suisse Romande

Programme : Le Journal

Heure : 19H30

Introduction : les demandes d'asile ont augmenté de plus de 45% en 2011.

On parie que tous les journaux en parleront demain (ce billet est écrit le 19 janvier 2012)

Voici ce dont j'aimerais parler. A un moment de la présentation, le journaliste détailla les chiffres en parlant surtout de la deuxième position occupée par les Tunisiens, avec plus de 2'500 demandes, ce « malgré » la chute du régime Ben Ali.

Malgré, qui peut aussi, selon les circonstances, s'écrire mal gré, signifie : en dépit de, alors que, contrairement à ce que l'on aurait pensé, etc.

En l'occurrence et alors que (on ne dit pas malgré que) l'on « fête » le premier anniversaire de la révolution qui a chassé le dictateur, on semble surpris, encore et toujours. Comment est-ce possible ? On n'arrive pas à comprendre que, dans un monde merveilleux, démocratique et libre, débarrassé de son dictateur, certains puissent songer à le quitter.

Ça n'a pas marché en Tunisie, en Libye non plus, encore moins en Egypte. Allez, si on essayait la Syrie ? Là-bas, c'est sûr, ça marchera. Tous nos médias nous en assurent.

On ne sait en revanche pas ce qu'en pensent les habitants de Chiasso. On nous dit que l'office fédéral des migrations est accusé de fermer les yeux.

On se rappelle aussi d'une certaine Ada Marra qui nous disait, il y a de cela quelques mois, que non seulement tout le monde se trompait sur le risque de voir un afflux de réfugiés arriver, mais qu'au contraire, ces mouvements sont la « garantie » de l'exact contraire.

On ajoutera Madame Marra à la liste des brillants prévisionnistes.

J'écris ce billet en même temps que je regarde le reportage de France 2 consacré à Gilles Jacquier. J'en parlerai demain.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tunisie, syrie, suisse, asile, ada marra

19/01/2012

Russie, ce pays fragile qui se fissure

C'est en tout cas l'avis de certains, dont je promis de ne point citer le nom, prenant leurs rêves pour des réalités, ce qui ne les empêche pas de se présenter comme de fins analystes géopolitiques, voire même de prévisionnistes spécialistes de ceci et de cela, de tout et de rien. J'y reviendrai car, pour 2012, j'ai décidé de tenir, à la fin de chaque mois, une sorte de bilan reprenant toutes ces analyses et prévisions pour en tester « l'efficacité ».

Revenons pour l'instant au sujet du jour, la Russie qui tombe en ruine. Alors que la « névrose diplomatique », pour ne pas dire névrose tout court, d'une Europe au bord de l'implosion, fait répéter à ses dirigeants des anathèmes quasi religieux contre la Syrie, cette dernière vient de marquer une victoire que je considère comme éclatante et définitive : la Russie, fissurée mais membre permanent du Conseil de Sécurité, n'en déplaise à certains, vient de déclarer, d'une manière toute aussi définitive (fait très rare) que toute action contre la Syrie, de quelque nature que ce soit, est « par avance » rejetée. Je ne sais ce qu'en pensent les « spécialistes » mais quelque chose de très important a dû se passer pour qu'une grande puissance, membre permanent du Conseil de Sécurité, décide de se fermer elle-même toute porte de sortie et tout retour en arrière, qui lui ferait perdre la face et toute crédibilité.

La Russie est même allée plus loin déclarant qu'elle continuera à fournir à la Syrie toutes les armes dont cette dernière a besoin et que ceux à qui cela ne plaît pas peuvent essayer de l'en empêcher eux-mêmes, s'ils le peuvent. Jusqu'où la Russie est-elle prête a aller dans son soutien à la Syrie ? Jusqu'à la confrontation...militaire ? Peut-être. Faut-il s'en réjouir ? Je crois que oui. Simplement parce que c'est le seul moyen d'éviter que cela arrive...vraiment.

Pour le reste, s'il fallait féliciter M. Assad, pour une seule chose, ce serait certainement d'avoir fait oublier toutes les règles du langage diplomatique aux dirigeants européens. Même les légendaires flegme et politesse britanniques semblent avoir abandonné le premier ministre Cameron. Lui qui, au bord de la crise de nerfs, vient de traiter le Président Syrien de « maudit tyran ».

Une « petite » défaite, sans combattre, de ces petits tyrans démocratiques ne peut qu'être salutaire. Ce le serait encore plus si la Syrie pouvait en être l'artisan. Ils devront se contenter des fondamentalistes qu'ils ont placés en Tunisie, Libye et Egypte, où le retour de bâton ne leur sera que plus douloureux.

Quant au bédouin, petite grenouille/bœuf encore plus agité que Juppé et Cameron, il vient de nous offrir sa toute dernière trouvaille : il veut envoyer des « troupes » en Syrie. Peut-être même qu'il en prendra le commandement, au volant de sa Rolls, à moins que ce ne soit une Cadillac.

On ne sait ce que pense de tout cela le père du bédouin/grenouille, qui a été renversé par un coup d'état mené par son propre fils.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : syrie, russie

18/01/2012

Les soutiens de la Syrie se comptent sur les doigts d'une seule main

Les soutiens de la Syrie.PNGDeux mots après quelques jours d'arrêt. Pour vous parler, encore une fois, malheureusement, du bla bla journalistique, mais aussi politique, habituel, raconté pour ne rien dire, écrit pour être consommé sans être lu.

C'est un journaliste d'I-télé, dont j'oubliai le nom, qui en parle. Il n'est pas le premier.

Ainsi, les soutiens de la Syrie dans le monde se comptent sur les doigts d'une seule main, et encore, ils sont généreux. Faisons les comptes :

Russie

Chine

Inde

Iran

Brésil

Vénézuela...et quelques autres.

Cela fait, si toutes les études démographiques ne sont pas falsifiées par le régime syrien, quelque 3 milliards de personnes, plus de 40% de la population mondiale. La main en question doit avoir souffert d'un dérèglement génétique suite à une exposition prolongée aux radiations de...allez, Fukushima, ça vous va ?

Il est vrai que les « adversaires » de la Syrie sont emmenés par le Qatar, brrrrrrr. Ce dernier compte 830'000 habitants, dont 80% sont des...indiens, pakistanais, iraniens... Il possède en outre une chaîne de télé et...un club de football.

A se demander combien de temps cela va encore durer. Ils sont vraiment infatigables. Mais bon, il paraît, selon ce même journaliste, qui le dit totalement dépité, que le temps joue en faveur des autorités syriennes.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, suisse, média, tdg, tsr, russie, chine, inde, gowrié

13/01/2012

France Info, et certains autres : honte à vous

Il y a de cela quelques mois, l'attaque, probablement montée de toutes pièces, d'un opposant syrien à Genève par des membres des services de renseignements syriens spécialement envoyés pour lui, avait mobilisé la totalité des médias romands, dont les journalistes sont confortablement installés dans leurs bureaux. Mercredi, un journaliste de France 2, envoyé avec l'autorisation des autorités syriennes couvrir les événements à Homs pour le compte de l'émission « Envoyé Spécial » trouvait la mort dans des circonstances tragiques. Ce matin, alors même qu'il s'agit d'un des leurs, seuls quelques uns en parlent, reléguant l'information à la 7ème ou 8ème page. Les confrères du journaliste décédé sont certainement gênés d'admettre la réalité. Dès avant hier déjà, il semblait acquis que le groupe de journalistes a été visé par des tirs de roquettes d'insurgés armés. Ceci n'a pas empêché les journaux, TDG d'hier, entre autres, de titrer : un journaliste tué par une explosion. Cela n'a pas non plus empêché France Info de passer l'information toute la journée en parlant d'obus. Ceci n'a pas d'importance ? Au contraire, toute l'importance est là.

France Info a donc passé toute la journée à parler d'un « journaliste français tué par l'explosion d'un obus alors qu'il couvrait une manifestation à Homs (on ne précise pas qui manifeste) ville qui subit la répression du régime, ont déclaré des activistes pro-démocratie ». Je vous laisse imaginer les conclusions de ceux qui écoutent ça. Pas un mot, bien sûr, sur le rapport d'un témoins "oculaire", un des leurs aussi puisqu'il s'agit d'un journaliste de la...BBC , qui, dès mercredi, parlait de roquettes « sans nul doute » tirées par des insurgés armés.

En soi, cela ne me gêne pas autrement. Un peu plus de discrédit jeté sur ces pratiques journalistiques douteuses. Là où je me sens attristé, c'est qu'au service de la guerre qu'ils mènent consciemment contre la Syrie depuis plus de onze mois, ils sont prêts à marcher sur la dépouille d'un des leurs.

Un peu plus près de chez nous, le portail internet de Swisscom consacrait pratiquement un sujet par jour à la Syrie. Rien sur Gilles Jacquier. Quant à la TSR, la nouvelle fut transmise à la manière de France Info avec, en prime, la phrase du présentateur qui précise que le régime organise une répression féroce. Le but est atteint. Vive le professionalisme et l'hônneteté journalistique.

Il y a de cela onze mois, précisément, même moi pouvais avoir un petit doute. Plus maintenant.

Honte à vous.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : syrie, suisse, gowrié, journaliste, journalisme, tsr, tdg, opposition, terrorisme, islam

12/01/2012

Syrie : un journaliste français tué à Homs

ec186e70-3c89-11e1-9ebd-eaf60b90cb37.jpgLe stupide ministre français des affaires étrangères, Alain Juppé, vient de déclarer, en réaction à la mort regrettable d'un journaliste de France 2 à Homs, je cite : toute la lumière doit être faite sur les circonstances de ce décès et qu'il « appartient aux autorités syriennes d'assurer la sécurité des journalistes ».

On ne comprend vraiment plus ni ce qu'il dit, ni ce qu'il veut.

Résumons : on reprochait aux autorités syriennes la fermeture des frontières aux correspondants étrangers. Lorsque ces mêmes autorités expliquaient cela par le souci de les protéger, tout le monde riait. On disait même : laissez-nous entrer, après, c'est notre risque. De quoi se plaint-on exactement ? Depuis quand la protection des ressortissants étrangers, quels qu'ils soient, est du ressort du pays qui les accueillit ? Et puis, à supposer même que cela soit vrai, de quoi accuserait-on les autorités syriennes ? De suivre les journalistes à la trace afin de contrôler leurs mouvements et les empêcher de faire leur travail. N'est-ce pas vrai qu'il faut savoir ce qu'on veut à la fin ? Voulez-vous être accompagnés et protégés ou non ?

Gilles Jacquier se trouvait à Homs avec un groupe de journalistes entrés avec une autorisation officielle des autorités syriennes, ceci est important à relever. Par ailleurs, comme le souligne la TDG dans sa version électronique TDG.ch : un journaliste français tué à Homs les autorités syriennes ont parfaitement respecté le protocole de la Ligue Arabe prévoyant le déplacement libre des médias étrangers. Ce que, comme d'habitude, les médias, étrangers, oublient de dire est que les journalistes semblent avoir été bien escortés, que, lisez bien ce qui suit (c'est un journaliste de la BBC qui le raconte et Le Figaro.fr qui le rapporte) un attroupement pro-Assad s'est formé et a commencé à scander des slogans favorables au régime. Soudain, une roquette RPG a frappé la foule et huit activistes pro-Assad sont morts. Le grouCapture.JPGpe de Jacquier est accouru pour voir ce qui se passe et c'est à ce moment qu'un deuxième RPG a été tiré dans leur direction. Selon le journaliste de la BBC, "le doute n'est guère permis : sauf à imaginer que le régime tire sur ses propres partisans, les roquettes ont été tirés à partir des zones rebelles et visaient des pro Bachar".

Le Figaro.fr : un journaliste français tué à Homs, en Syrie

Le Figaro.fr : un journaliste de la BBC présent à Homs témoigne

Voyons voir ! Des journalistes escortés, un attroupement pro-régime et des gens qui leur tirent dessus ! Qui ce pourrait être ?

Des manifestants « pacifiques », très certainement.

Mes pensées vont à la famille de ce pauvre journaliste, ainsi qu'à toutes les victimes innocentes de cette terreur « pacifique ». Dans un rêve qui ressemblerait plutôt à un cauchemar, je vois ce garçon tué par des gens financés, armés et, pour certains, entrainés par les autorités de son propre pays, dont le ministre des affaires étrangère réclame maintenant des comptes.

Anouar Malek, seul observateur de la ligue arabe à avoir démissionné, vient de se faire interviewé par Al Jazeera, habillé (dans les studios de la télé) de son gilet orange. Il a dit que les manifestants étaient "entièrement" pacifiques. On ne connaît en revanche pas le montant que la chaîne qatari lui a payé.

 

11/01/2012

Qatar, Turquie, Tunisie et les autres : plus dure fut la chute

J'avoue ne pas savoir comment commencer ni où me donner la tête. Je voulais écrire un billet sur l'affaire de la BNS, suite à celui que j'ai publié lundi et voilà que le Président Syrien prononce un discours assez important, que l'Emir du Qatar se fait proprement mettre à la porte alors que sa visite, avec une suite imposante, en Mauritanie venait à peine de commencer et qu'en Tunisie, les islamistes « soft » d'Ennahda (grande fierté des gouvernements et, surtout, médias occidentaux) n'ont même pas pu attendre les 12 mois réglementaires pour annoncer, à leur tour après les frères musulmans d'Egypte et les démocrates libyens commandés par un chef d'Al Qaïda, qu'à « long terme », le Califat est le but ultime de la « révolution ».

1.       Commençons avec ceux-là, justement. Il est presque minuit, Arte diffuse un reportage consacré à la Tunisie « d'après Ben Ali ». A un moment donné, un des enfants chéris de nos médias d'ici, le premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, accompagné de deux représentants du Hamas, lance : c'est ici que commence, inchalla, la libération de Jérusalem, c'est d'ici que se déclarera, inchalla, le 6e Califat. On a plutôt l'habitude d'entendre cela dans la bouche de feu Oussama ben Laden. Bien évidemment, ce ne fut qu'une facette de la partie émergée de l'iceberg car, presque au même moment, l'Imam de la Grande Mosquée de Kairouan déclarait « textuellement » qu'Islam et laïcité sont incompatibles.

Il n'y a effectivement que chez nous que des « spécialistes » de la région et de l'islam, ainsi que "l'excellent Juppé" considèrent que cette compatibilité est parfaitement possible.

2.       Pour ce qui est du Qatar, il semble bien que de Nouakchott à Bagdad et Beirut, en passant par Alger, Le Caire et même, peut-être, Riyad, on  commence à en avoir assez. Le Bédouin a déjà mangé son pain blanc.

Voici un joli commentaire d'avant la visite de Hamad, l'Emir, en Mauritanie

http://www.slateafrique.com/80511/mauritanie-visite-de-le...

Et en voici un autre, après.

http://lavoixdesmartyrsdelaplume.over-blog.com/article-ma...

...et un autre

http://lecalame.info/contenu_news.php?id=2610

Ainsi, tous ces dizaines de milliards de dollars n'auraient servi à rien. Bientôt, l'Emir et sa chaîne Al Jazeera, peut-être même quelques succursales de celle-ci ici, apprendront que la Réal Politique prendra le pas, qu'il a eu sa petite heure de gloire, qui aura tout de même duré un an et qu'il devra dorénavant se contenter de dépenser ses milliards dans des loisirs plus « conformes » à son histoire : immeubles, voitures luxueuses, harem, balades sur les bords du Léman, etc. Il est fort à parier que le grand partisan de cet échec soit le Président syrien, je veux dire la résistance de ce dernier, qui commence à porter ses fruits.

3.       Avant de parler du discours du Président syrien, signalons seulement les réactions, étrangement mollassonnes, de l'Ottoman Erdogan et du Gaullois Juppé. Il y a de cela quelques semaines seulement, ils ne tarissaient pas de commentaires quotidiens sur la nécessité, que dis-je, obligation, pour le Président Syrien de quitter le pouvoir...sinon.

Cela semble avoir fait pschitt. Dès lors :

4.       Contrairement à ce que beaucoup de pseudo analystes croient ou prévoient, le dernier discours du Président Assad ne démontre nullement une déconnexion de la réalité mais, tout au contraire, une parfaite connaissance de se qui se passe. Les Syriens savent ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire. Ils savent exactement sur qui compter. La semaine dernière, les « mini » manœuvres militaires, consistant uniquement au lancement de missiles « longue portée », n'étaient destinées qu'à être repérées par les satellites espions américaines. Ces missiles ont atterri dans le désert...iranien.  Assad, malgré des pressions immenses, a promis de frapper les terroristes avec une main de fer. Entre nous, c'est bien le souci principal des Américains, non ? Je me trompe ? Oh, ces derniers disent que les opposants en Syrie sont « pacifiques ». Il y a quelque chose, encore un, que je ne comprends pas : Il y a de cela quelques semaines, le Président syrien a appelé les insurgés à remettre leurs armes aux autorités, tous les insurgés. Quelques minutes après seulement, le département d'état des USA, affaires étrangères, a conseillé à ses opposants de ne pas le faire. Serait-ce un aveu claire que ceux-ci sont armés ?

Pour ce qui de l'Ottoman, il semblerait que les forces de sécurité syriennes aient capturé une bonne quarantaine d'officiers turques sur le territoire syrien, ce qui expliquerait le silence soudain d'Erdogan. Le bédouin qatari semble aussi très en retrait en ce moment. Je mettrai tout cela au conditionnel mais il semblerait que certains, en Syrie, ont en leur possession des enregistrements très compromettants concernant le bouillant premier ministre et ministre des affaires étrangères du Qatar. On a par ailleurs déjà entendu un de ces enregistrements circuler sur le net. Dans celui-ci, le premier ministre du bédouin parle de tout, sauf d'éloges, à l'encontre du souverain saoudien. Ambiance.

La Syrie semble être sur le bon chemin pour gagner la partie. C'est tant mieux. Aaprès les mésaventures islamistes et islamisantes de la Tunisie, Libye et Egypte, la Syrie est, comme d'habitude, le dernier rempart contre les fondamentalistes.

Je vous le dis comme je le pense : entre un gouvernement autoritaire quelconque et les salafistes/talibans, je n'hésite pas une seconde.

P. S. Je sors un peu du sujet mais aux nouvelles de ce matin, il semblerait que les Américains veulent se débarrasser de certains de leurs « invités » à Guantamo et cherchent des pays pour les accueillir. La France déclare être favorable pour en accueillir quelques uns. Ceux qui ont été emprisonnés à tort et dont les aveux leur ont été arrachés par la torture. Ah bon ? Les Américains pratiquent la torture ? Et le fameux rapport annuel sur l'état des droits de l'homme dans le monde, est-ce le Saint Esprit qui le publie ?

 

12:11 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, suisse, tsr, média, médias, qatar, france, juppé, erdogan, usa, opposition, printemps arabe, assad

09/01/2012

PIP, Médiator, BNS, injections anti-rides, Novartis : où est le problème ?

Photo PIP.jpgA première vue, on peut se demander ce qu’il y a de commun entre tout cela. Pourtant, à y regarder de plus près…

Quelle est la préoccupation première des protagonistes ? Qu’est-ce qui les poussent avant et après tout à agir de la sorte ? Le profit, à «  tout prix ». Le profit maximum et rapide, par tous les moyens.

Paroles de gaucho ? Non, que Dieu m’en préserve, c’est tout le contraire.

Attablés autour d’un verre de blanc dans le café du coin, deux convives diraient : tout fout le camp. Ivrognerie joyeuse ou paroles habituelles du café du commerce ? Pas vraiment. Paroles au contraire sages et très vraies.

Perte totale de valeurs, voici la vraie raison.

Durant l’invasion américaine de l’Irak, la doctrine des stratèges Yankees était la suivante : la violence ne marche pas ? Il faut alors encore plus de violence. Vous ne voyez pas le rapport avec mon sujet du jour ? Pourtant, il y en a, beaucoup.Hildebrand.jpg

En me rasant ce matin, j’entends, coup sur coup deux informations qui résument à elles seules l’état du monde :

1. 1. Jean-Claude Mas, fondateur de la société qui fabriquait les implants PIP, aurait déclaré qu’il savait depuis le début. Qu’il n’a fait cela que pour augmenter ses profits et qu’il a demandé à ses collaborateurs de cacher les faits. A la question de savoir si cela l’affectait, il répond tranquillement : je dors très bien depuis 30 ans.

2. 2. A la rubrique des informations financières, j’apprends que les actionnaires des entreprises françaises ont vu leurs dividendes augmenter de presque 40% et que les plus grandes d’entre elles augmentèrent la rémunération de leurs dirigeants de 34%. Sans doute pour les remercier d’avoir fabriqué la plus belle crise économique de tous les temps.

Voilà. Voyez-vous maintenant le rapport ? Devant le mécontentement de la « populace », pardon, mécontentement populaire, il n’y a qu’à remettre une autre couche, histoire de les assommer complètement. Bush fils et ses généraux dorment aussi très bien, des millions de morts innocents sur la…j’hésite ! En ont-ils ?

Médiator.jpgAmende d'ordre.jpg

Vous et moi, en revanche, essayons, juste pour voir, de ne pas payer nos amendes de 40 francs pour dépassement de la durée autorisée de stationnement, on nous pourrira l’existence.

Il n’y a plus de valeurs, plus de morale, nos 720 ans d’histoire, c’est rien, pas de religion, pas de valeurs communes, valeurs universelles, ouvrez les frontières, volez, cassez, détruisez, ne stigmatisez pas (surtout pas), des terroristes il y en a partout, des fondamentalistes il y en a partout, et j’en passe. La nouveauté : faites cela au vu et au su de tout le monde, ouvertement (histoire, encore une fois, de les assommer). Plus c’est gros mieux ça passe.

On n’a jamais été aussi libres de notre histoire. Peut-être. La seule question que personne ne se pose est : libre, de faire quoi ?

Vers 140 A.D, déjà, Marcus Cornelius FRONTO, maître de l’empereur Marc-Aurèle, écrivait : la société romaine est préoccupée principalement par deux choses, ses ressources alimentaires et ses spectacles.

Un peu avant lui, Juvénal disait : Panem et Circenses (du pain et des jeux).

Toujours lui, mais dans un registre totalement différent : la censure épargne les corbeaux et tourmente les colombes.

Dormez en paix, on s’occupera de vous.

P. S. Ce billet fut écrit le vendredi 6 janvier 2012.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

07/01/2012

Ces terroristes qui font exploser leurs véhicules « pacifiquement »

Les USA, la France, la GB et les autres (on n'entend plus l'Ottoman en ce moment) relayés par Al Jazeera et d'autres médias totalement libres et indépendants, ont inventé un nouveau concept, valable uniquement dans le cas syrien : les explosions pacifiques.

De même que les Américains larguent « consciencieusement » et d'une manière « chirurgicale » leurs bombes visant uniquement les terroristes (les bavures et les tueries de civiles ne sont que de la faute de ces derniers qui se mettent sur la trajectoire des projectiles), ces mêmes terroristes, soi-disant combattus en Irak et en Afghanistan, ensuite alliés en Libye et maintenant tête de pont en Syrie, déposent leurs explosifs tout aussi consciencieusement, et pacifiquement, au beau milieu de passants innocents qui n'ont rien compris à la démocratie et aux appels des sirènes de la liberté.

Ainsi, jusqu'à maintenant, toujours selon nos médias totalement libres et indépendants, 2'500 membres des forces de l'ordre ont été tués on ne sait comment (alors qu'ils faisaient face à des manifestants totalement pacifiques), ce sont maintenant des citoyens innocents qui se font exploser par les délégués « pacifiques » des militants « pro-démocratie ».

Voici donc les Talibans (terroristes ultimes dont il fallait débarrasser le monde à tout prix, plus de 500 milliards de dollars à ce jour) qui ouvrent un bureau, oui, au...Qatar, tiens, avec pour mission de négocier avec...les Américains concernant les modalités de transfert du pouvoir après le départ, la queue entre les jambes et pied au cul, de ceux-ci.

François Fillon, Premier Ministre de la Gaulle et, accessoirement, patron de Juppé, disait, il y a de cela quelques mois : « je n'arrive pas à comprendre cette tendance à la haine primaire des Américains ». Effectivement, ils sont tellement gentils et font tellement de bien au monde. Pour tout vous dire, j'ai de la peine à comprendre le contraire.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : syrie, suisse, gowrié, usa, france, terrorisme, islam, islamisme, juppé, obama, sarkosy

06/01/2012

Attentats terroristes à Damas

Deux mots, pas plus.

Page Swisscom.PNG

 

Vendredi, 6 janvier 2012, un attentat terroriste, le troisième en l'espace de moins de trois semaines, fait plus de 25 morts civils. Ceci n'empêche, toujours, pas nos médias d'appeler ces terroristes des manifestants pro-démocratie.

Ainsi, en 2012, les manifestants « pacifiques » d'Al Jazeera et ses succursales ici font exploser des voitures piégées au beau milieu des passants, innocents.

Al Jazeera et ses succursales d'ici, sont les partenaires « objectifs » des terroristes. Les premiers les financent et, ensemble avec les seconds, en font la promotion.

Des terroristes faisant l'éloge de leurs frères d'armes.

Bras médiatiques de criminels qui, de leur propres aveux, utilisent leurs poulains pour faire la guerre à la Syrie car ils n'ont pas le courage de le faire eux-mêmes.

https://www.youtube.com/watch?v=ifZK6SVlQ1Y&feature=r...

https://www.youtube.com/watch?v=2pY4WNVM7bg&feature=r...

Vous n'avez aucune honte à avoir car, pour avoir honte, il faut au préalable être un homme

 

14:53 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, suisse, média, médias, tsr, swisscom, tdg, usa, france, gowrié

Sondage : que reproche-t-on à l'Iran ?

Je n'ai jamais écrit sur ce sujet. Dès lors, ce n'est ni une tentative de racolage, ni de la provocation. Juste un essai pour voir à quel point il est difficile de sortir des idées reçues, forger sa propre opinion et de répondre à des questions tellement simples qu'on croyait déjà résolues.

La question est très simple : on met en place des sanctions contre l'Iran, on veut attaquer l'Iran, on veut isoler l'Iran, on veut renverser le régime (au passage élu parfaitement démocratiquement), etc. Que reproche-t-on exactement l'Iran ?

Attention : si on trouve une raison, il faut penser à sanctionner également tous ceux qui font la même chose. Exemple : l'Iran constitue un danger pour la paix (laquelle déjà ?) ou l'Iran soutient le terrorisme (ah bon ?), comparons alors les méfaits iraniens dans le domaine les 150 dernières années à ceux commis par les gardiens de la paix dans le monde durant la même période (si vous voyez où je veux en venir).

...Et ainsi de suite.

Pour vous aider, voici un document fort utile : Hilary Clinton ; nous avons créé Al Qaïda

Je souhaie sincèrement la participation du plus grand nombre à cette discussion-sondage. Si, au bout, nous réussissions à éliminer les raisons (idioties) habituellement véhiculées par les politiques et leurs bras médiatiques, nous aurions alors fait un grand pas vers la...vérité.

Et...je ne suis pas un ami de l'Iran. D'ailleurs, je ne peux pas l'être !


08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, suisse, terrorisme, islam, médias, tsr, france, usa, gowrié

04/01/2012

Décaillet, Henriot, la France, le Nain et les François

Quelques jours avant les fêtes de fin d'année, Pascal Décaillet publiait un billet intitulé : la France aux François.

Blogs TDG, Pascal Décaillet : la France aux François

article qui, étonnement, suscita beaucoup de commentaires, en moyenne assez hostiles.

Dans l'ensemble, M. Décaillet a raison, sauf lorsqu'il présente ses « François » en hommes providentiels, mais bon.

Le commentaire qui sembla le plus irriter le journaliste fut celui d'un certain François Henriot qui, selon M. Décaillet, devait « remercier les cieux de ne point se prénommer Philippe ».  Pardon mais, au cas où certains n'ont pas saisi, en voici la raison :

Encyclopédie Larousse : Philippe Henriot

et pan...

Henriot est scandalisé de voir quelqu'un de derrière « ses pointillés » se permettre d'injurier publiquement un élu français. Quelque chose qu'Henriot ne se permettrait jamais. Au passage, il n'oublie pas non plus la bonne vieille rengaine à l'encontre des Suisses « bien protégés des difficultés du monde ouvert ».

Fabuleux commentaire. M. François Henriot résume en quelques lignes toute l'histoire de ce magnifique pays qu'est la France.

Voici qu'en une seule « petite » phrase, un bon François considère :

1.       Que la France est ouverte au monde, alors que la Suisse y est fermée (on rappellera à notre cher voisin que ce pays « fermé » compte plus de 25% d'étrangers, que notre canton en compte plus que la moitié et...que plus de 50'000 de ses compatriotes traversent les "pointillés"  tous les jours pour toucher 3 fois le salaire qu'ils auraient eu chez eux, voire pour travailler tout court)

2.       Que, bien évidemment, toutes les difficultés de ce grand pays, le sien, viennent de son ouverture au monde, de son altruisme.

En somme, quoi qu'il arrive, c'est la faute aux autres. Fallait-il s'en étonner ?

Pour ce qui est de mettre son nez dans les affaires des autres, là je ne sais même plus quoi dire. J'ai soudain le sentiment, devant une telle stupidité, d'avoir perdu mon temps à écrire ces quelques lignes.

Alors François, Philippe, ou qui que vous soyez, votre nain (le corrompu de Karachi) croit faire partie des grands de ce monde. Cela, vous ne l'ignorez certainement pas (puisque vous vivez dans un monde ouvert) implique quelques « petits » désagréments. Hier encore, alors que personne ne vous a rien demandé, votre « excellent » ministre des affaires étrangères déclara que la « France » n'a pas de CANDIDAT, lisez bien : la France n'a pas de CANDIDAT. Il parlait des élections présidentielles au Sénégal.

Votre monde ouvert, en tout cas celui de l'hexagone, sent la puanteur qui se dégage habituellement des poubelles de l'histoire.

Ne vous en faites pas, on y retourne généralement bien plus vite qu'on ne le croit.

Ça commence par l'achat du PSG

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gowrié, syrie, suisse, décaillet, france, sarkosy, juppé, islam, islamisme