24/01/2012

France-Afghanistan : la débâcle des laquais


Encadré jaune.JPG
Les Américains viennent de présenter leurs excuses au gouvernement afghan, ils l'appellent comme cela, d'avoir pissé sur les corps ensanglantés de quelques Talibans que leurs soldats, les pisseurs, venaient de tuer. Ils ont dit espérer que cette action ne compromettra pas le processus de négociation entamé avec...ces mêmes Talibans, lesquels, de leur côté, viennent de tuer quatre soldats Français et 6 autres soldats de la...coalition.

A n'y plus rien comprendre ? Pourtant...

Selon le comique à la tête de la France, pays souhaitant retrouver son lustre d'antan, et le beaucoup moins comique ministre des affaires étrangères de ce même pays, la mission de la France en Afghanistan, pays qui, selon le comique, vivait au moyen âge et où les femmes et les petites filles n'ont pas de droits, cette mission est la suivante : débarrasser, d'abord, le pays du terrorisme Et des Talibans (c'est fait) et entrainer l'armée afghane qui, après le retrait des troupes « étrangères » saura assurer la défense du pays, c'est fait aussi.

Qu'est-ce que cette armée afghane ? Constitué à plus de 70% de Pachtounes, réserve inépuisable de...Talibans, les Français se trouvent en train d'entrainer...les Talibans. Tragicomique, à moins que ce ne soit tragique tout court.

Les Français semblent même en avoir fait une spécialité. En Syrie, ils financent, arment et entrainent les terroristes, que nos médias appellent « manifestants pacifiques ». Voilà que ceux-ci viennent de tuer un journaliste français, au grand dam d'un pseudo autre journaliste, Sid Hammouche, qui nous dit que c'est un crime d'état.

L'Histoire n'étant qu'une roue qui tourne perpétuellement, je vais vous raconter rapidement celle de Rome, à partir de la deuxième moitié du deuxième siècle de notre ère. Entièrement romaine, l'armée commence petit à petit à accepter tout et n'importe qui dans ses rangs jusqu'à ce que, à la fin de l'empire de l'ouest, les non Romains, Germains pour l'essentiel, mais aussi Berbères, Espagnols, etc., commencent à en constituer une bonne partie. Ce fut le début de la fin.

Un jour, peut-être plus tellement lointain, ce ne sera plus des Talibans qui tireront sur l'armée française mais bien des « soldats » de cette même armée qui tireront sur leurs propres camarades.

Cela a déjà commencé aux USA. Le commandant Hassan a tué 13 de ses camarades. Il évoquait avant tout sa...confession.

Tout cela en attendant que "les autres" viennent mettre de l'ordre chez nous, parce qu'on n'est plus capable de le faire nous mêmes. Nous gouverner en quelque sorte. ça commence avec l'intégration des étrangers dans nos propres forces de police. Je vous le disais, l'histoire n'est qu'une roue qui tourne perpétuellement.

Je les entends déjà : holà, vous y allez trop vite. Oui, je le sais. Cela fait 50 ans qu'on va trop vite et qu'on déclanche des peurs injustifiées voire inexistantes. Regardez la perfection à laquelle nous sommes arrivés.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, afghanistan, hammouche, jacquier, le courrier

Les commentaires sont fermés.