23/09/2011

Drapeau suisse : j'avais raison sur toute la ligne

Ma Patrie, mon amour.

Acte I : juin 2008. Lors d'une conversation très animée avec Antoine*, mon meilleur ami, celui-ci trouva, comme d'habitude, que mes craintes quant à l'avenir de notre pays sont totalement injustifiées. Il n'a, bien évidemment, pas oublié de me rappeler le « truc » habituel : notre démocratie est bien à même de barrer la route à toute tentative en ce sens. Ce jour-là, il peut en témoigner, je lui ai lancé : je te fais le pari, l'enjeu étant l'équivalent de 5 ans de salaire, que certains lanceront, avant 2015, une initiative pour enlever la croix de notre drapeau. Celle-ci, comme  beaucoup d'autres signes distinctifs de notre société, heurte leur sensibilité. Je refuse de parier, même si je suis certain que tu vas perdre, me dit-il.

Acte II : printemps 2010. En conflit avec la Mairie de ma commune au sujet de la crèche, financée à hauteur de 100% par cette dernière mais admettant des responsables  de garde voilées, j'ai tenu le même pari, pour la même somme, avec un autre ami qui se trouve être un de mes voisins. Il a, comme Antoine, refusé le pari, tout en étant aussi sûr que j'allais le perdre.

Je viens de gagner mes deux paris. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j'eus aimé de les perdre, ainsi que deux fois cinq ans de salaires.

Acte III. Voici  qu'un groupuscule de « deuxième-générationnistes » demande maintenant, 4 ans avant 2015, de « virer » la croix de notre drapeau. Drapeau suisse.pdf

Acte IV. Il y aura très certainement, j'en prends le pari, quelques biens pensants qui n'y trouveront rien à redire. Je peux en citer un, fondateur d'une université éphémère, qui se souleva contre la décision de notre pays de sanctionner des aveugles (bénéficiant de l'AI) qui, par miracle, se transformèrent en « chauffeurs de taxi » une fois rentrés chez eux, tout en continuant à percevoir leurs rentes. Avec certains de ses amis, tueurs de patrie, ils nous expliqueront que tout cela n'a aucune importance : ni la nation, ni notre histoire, ni nos traditions, ni nos acquis, ni notre « drapeau » n'ont de l'importance. Je compte sur eux pour nous apprendre ce qui est important.

Certains me conseillèrent de ne pas écrire sur le sujet pour ne pas leur faire de publicité. Je ne puis m'y résoudre.

A tous les patriotes, simples amoureux de notre pays, je lance un appel solennel : ne laissez pas passer cela. Ecrivez-moi, écrivez-vous et faites connaître le message.

A tous les juristes de notre pays : je leur demande de se pencher sur la question et de nous dire si les moyens existent pour rendre la chose constitutionnellement impossible et ce pour toujours. Je leur demande aussi de nous dire si de telles offenses aux symboles de notre patrie peuvent être pénalement réprimées.

Je ne suis pas natif de ce pays mais lorsqu'il m'a accueilli, j'ai décidé de ne lui offrir que ma loyauté. Ce n'est que comme cela que je conçois le patriotisme.

C'est cela, et seulement cela, que j'inculque également à mes enfants natifs, eux, d'ici.

 

07:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : drapeau suisse, patrie, islam, patriotisme, juriste, patriote

Commentaires

Le fait que vous mettez en avant et à ce point votre "attachement" à votre pays d'accueil trahi un degré non négligeable du complexe de l'étranger qui veut être plus suisse que les suisses. Votre complexe d'infériorité vous pousse à chercher le moindre "petit truc" même débile pour enfoncer les étrangers, surtout ceux de votre communauté. Pourquoi ne parlez-vous pas de ceux qui ont réussis leur intégration et qui sont tout aussi amoureux de leur pays d'accueil que vous ? Ils sont très nombreux, j'en connais quelques uns qui feraient pâlir de jalousie plus d'un! Votre pathologie se soigne très bien, il faut juste en avoir conscience!

Écrit par : hugo | 23/09/2011

A hugo. Je crois que vous n'avez rien compris à mes propos. Cher Hugo, attaquer le drapeau n'est pas un "moindre truc". Apprenez que celui qui n'a pas de loyauté envers son pays "d'accueil" il n'en a pas non plus envers rien. En défendant à ce point "mon pays" je défends également mes origines. Il n'y a rien qui s'appelle plus suisse que les suisses. Vous êtes suisse ou pas. J'ai publié plus d'une vingtaine d'articles consacrés essentiellement à la défense de mon "autre" patrie. Enfin, ceux qui ont réussi leur intégration ne passent pas leur temps à dénigrer leur pays "d'accueil" et à le traiter de tous les noms. Enfin, la chose est beaucoup plus simple que cela. Si les Secondos estiment qu'ils ont le droit de demander de "virer" la croix de notre drapeau, je ne vois pas pourquoi (complexe d'infériorité ou pas) d'autres n'auraient pas le droit de se lever contre. Simple logique, non ? Mais il fallait y penser. Il est vrai que ces simples conclusions sont difficiles lorsqu'on est endoctriné et démagogue.

Écrit par : christobal | 23/09/2011

Vous questionnez les juristes? Ca tombe bien, j'en suis un! Aujourd'hui je ne ferai pas du droit stricto sensu, mais de la philosophie du droit.

L'enjeu n'est pas tant le drapeau suisse, l'enjeu c'est la différence de principes ou de conceptions du droit et de l'état qui anime les uns et les autres et qui définissent sous quelles conditions chacun veut vivre avec les autres.

A ce titre, c'est intéressant la contradiction qu'il y a chez vous:
- d'un côté vous défendez le fait qu'un élément religieux figure sur le drapeau suisse, donc vous niez la neutralité confessionnelle de l'état et la laïcité à laquelle il doit s'astreindre.
- d'un autre côté vous refusez que des responsables d'un service financé par l'état puissent faire démonstration d'un élément religieux (l'islam), en d'autres termes vous demandez cette fois-ci le respect de la neutralité confessionnelle et de la laïcité que vous niiez précédemment.

Nous oublierons ici les détails qui permettent de fonder ou non en droit les revendications relativement à la nature religieuse et/ou publique des contenus particuliers, ce qui compte ce sont les principes, pas les exemples particuliers. En l'occurence, peu importe ici pour le discours si la croix sur le drapeau est bien d'origine chrétienne ou non (les soldats suisses avaient une croix sur leur tuniques dès la bataille de laupen en 1339, certains disent que c'est par référence à Usrus et Victor deux saints, d'autres disent que c'est pour marquer le serment devant Dieu de solidarité entre soldats suisses). Peu importe aussi qu'il faille d'abord déterminer si la crèche peut être assimilée ou non à un service public plutôt qu'à une activité privée et donc considérer qu'elle est soumise à l'ensemble des règles du droit public avant de discuter le problème du voile chez le personnel.

En réalité ce qui importe, au-dela de ces détails et des cas concrets, c'est que la contradiction dans votre discours dévoile -pour être résolue- votre réelle position en matière de principes. Ce que vous demandez, c'est tout simplement qu'une religion, le christianisme, ait préséance sur les autres, en l'occurence pour l'exemple l'Islam. On comprend que le principe que vous défendez n'a rien à voir avec la liberté religieuse, la laïcité de l'état, l'égalité de traitement et la non discrimination, donc avec la démocratie suisse. Le fondement que vous défendez c'est au contraire celui de la religion d'état contraire à tous ces principes.

Vous terminez brillament en disant: "Je ne suis pas natif de ce pays mais lorsqu'il m'a accueilli, j'ai décidé de ne lui offrir que ma loyauté. Ce n'est que comme cela que je conçois le patriotisme."

Soit. Mais à quoi ou à qui offrez-vous votre loyauté en réalité? A la suisse et aux pirncipes qui la fondent ou à une religion particulière?

Mon patriotisme consiste à vouloir défendre les libertés fondamentales de notre constitution, et donc la liberté religieuse de chacun quelle que soit la religion concernée (athéisme compris). Ceci implique que d'une part l'état ne se mêle pas de religion, et d'autre part qu'aucune religion ne puisse obtenir des aménagements du service public ou des distorsions de la sphère publique qui toucheraient ainsi les autres citoyens.

Concrètement, pour que vous compreniez puisque vous semblez raisonner avec de la casuistique plutôt qu'avec des principes, c'est non aux horaires de piscine séparés pour que les musulmanes puissent aller à la piscine sans être vues des hommes, c'est non au voile pour les employés de services publics, mais c'est aussi non aux croix sur les murs des écoles ou à l'impôt éclésiastique prélevé par l'intermédiaire des autorités fiscales, pour ne prendre que ces exemples. Par contre, c'est oui aux mosquées dès lors que c'est oui aux églises et c'est oui aux minarets dès lors que c'est oui aux clochers, pour autant que l'on respecte les règles sur la construction qui s'appliquent à tous les édifices qu'ils soient religieux ou non.

Votre "patriotisme" consiste à vouloir qu'une religion (la vôtre j'imagine), s'impose aux autres. Vous demandez qu'une religion puisse maintenir des éléments qui lui sont propres au coeur des symboles de l'état, tandis que vous refusez qu'une autre y deviennen visible. Vous demandez pour votre religion, ce que vous refusez aux autres. En fait, ce que vous demandez n'est pas si loin de ce que demandent les talibans musulmans, c'est juste la religion dominante et ses préceptes particuliers qui changent. En fin de compte, ce n'est pas la démocratie suisse que vous défendez, c'est une théocratie.

Le plus curieux, ce n'est pas le principe qui se cache derrière votre position, on peut en effet en comprendre la logique aisément. Non, le plus curieux c'est que votre blog soit labelisé "indépendance et vérité". "Dépendance et conception égocentrique" lui conviendrait mieux.

Je pense qu'on a répondu à la question de savoir où était votre loyauté. Assurément, elle ne va pas aux principes constituionnels et démocratiques qui fondent la suisse. Ne lorgnerait-elle pas plutôt quelque peu du côté de Rome?

Écrit par : mais tout à fait | 23/09/2011

Monsieur Gowrié,

Pour quelqu'un qui veut faire éclater la vérité, votre texte est bien sibyllin.

" Je peux en citer un, fondateur d'une université éphémère, qui se souleva contre la décision de notre pays de sanctionner des aveugles (bénéficiant de l'AI) qui, par miracle, se transformèrent en «chauffeurs de taxi» une fois rentrés chez eux, tout en continuant à percevoir leurs rentes."

Alors, qui est ce fondateur d'une éphémère université et qui sont les "aveugles" miraculés. Quelques bribes d'information ne font encore pas la vérité. Il est possible que je me trompe, mais votre façon d'écrire me fait penser à des on-dit, à des rumeurs... En fait, vous ne citez personne!

Pour quelqu'un qui veut faire découvrir les mensonges, surtout médiatiques, vous utilisez des informations qui viennent tout droit des dits médias afin d'étayer vos dires. Et le média présenté n'est pas le plus formidable: "20 miniutes"!
De plus, vous utilisez des contres-vérités. Il n'est pas question d'une initiative, mais d'une proposition dans le texte de la presse! Vous dites...

"... je te fais le pari, ... , que certains lanceront, avant 2015, une INITIATIVE (c'est moi qui ajoute les majuscules) pour enlever la croix de notre drapeau."

... vous n'auriez donc pas encore gagné votre pari, contrairement à ce que vous prétendez lorsque vous dites "Je viens de gagner mes deux paris"

Faites attention, la vérité est très difficile à gérer, principalement lorsqu'on est dogmatique.

Ce qui n'enlève rien au fait que changer de drapeau n'est pas très intelligent. Mais je fais aussi un pari, si jamais l'UDC devait devenir le parti unique en Suisse, elle ajouterait son "soleil" au milieu de la croix!
(Ce n'est pas la vérité, c'est une glaléjade... L'UDC n'en arrivera jamais jusque à être un parti unique, les dissensions internes feront qu'il y aura toujours des scissions, donc plusieurs partis.)

Écrit par : Baptiste Kapp | 23/09/2011

Commençons par la fin de votre commentaire. Qui accusez-vous d'être "endoctriné et démagogue" ? Si c'est ma personne que vous avez visé, sachez que primo je suis un vrai fribourgeois, ensuite je ne défends pas aveuglément les étrangers. Je sais faire la part des choses en n'amalgament pas désastreusement les bons et les mauvais. Dans mon lieu de travail, je connais quelques très bons étrangers qui ont parfaitement réussi. Vous admettez qu'ils existent alors pourquoi ne leurs consacrez-vous pas quelques uns de vos billets ne serait-ce que pour apporter un peu d'équilibre à votre blog très tendancieux? Ceci étant dit, c'est deux belles descriptions vous siéent à merveille, et un bref coup d'oeil sur vos billets le confirme.

Écrit par : hugo | 23/09/2011

Merci Monsieur Gowrié ! Merci pour mon pays, que vous aimez et défendez !
Les personnes qui veulent le voir dissout dans une Europe totalitaire, un internationalisme si flou qu'il permet bien des irresponsabilités, ou un mondialisme socialisant gavé de grands discours pseudo-humanitaires, et tant pis pour la destruction de la petite paysannerie du monde entier, ces personnes font le lit de ceux qui se nomment identitaires. Ces identitaires sont de plus en plus nombreux à refuser la politique internationale et bien pensante que nos édiles se croient obligés d'incarner et d'imposer, mais comme ils ne sont ni écoutés ni entendus, ils interviennent forcément avec violence, et là, ils sont carrément rejetés. Bon, mais c'est un autre sujet.
Un drapeau est un objet hautement symbolique. Ce n'est pas un hasard si le drapeau suisse est carré et qu'il comporte une croix, tout comme celui de mon autre pays, la Savoie. Le carré, la croix sont des signes ancestraux qui remontent à la nuit des temps et qui parlent profondément aux populations réunies sous ces signes. Vouloir les modifier, c'est vouloir transformer un peuple en ce qu'il n'est pas. Pour ceux qui savent et comprennent la signification des choses en profondeur, vouloir transformer le drapeau d'un peuple, c'est vouloir modifier artificiellement la mentalité de ce peuple, c'est donc un acte totalitaire.
Après cela, je pense que "hugo" va me traiter de débile et de pathogène, lui qui déforme vos propos pour cracher son venin.

Écrit par : Sapaudia | 23/09/2011

Cher Hugo...et les autres. pour la dernière fois, car il ne s'agit pas de polémiquer.
1. Blog tendancieux, je ne le crois sincèrement pas. J'écris sur les sujets qui m'intéressent et qui me sont chers où je donne "mon" point de vue.
2. Je relate les faits dont, de temps à autre, je fais l'analyse.
3. Je n'aime pas les qualificatifs : vous êtes ceci ou cela... des faits et des preuves à l'appui, c'est tout. Ce n'est pas moi qui m'adresse à mes concitoyens en disant : vous, votre morale, votre pays, votre civilisation, etc.
4. Plus personne, à commencer par moi-même, ne pense à notre drapeau en tant que symbole chrétien. Je dis bien plus personne. C'est le symbole du pays, point. J'ai l'absolu droit de le défendre en tant que tel. Lorsqu'on on perd jusqu'à l'estime de soi, on perd tout le reste avec.

Comme promis, je publie tous les commentaires. J'irai même au-delà (s'agissant des fameux "faits"). Si on m'en signale des faux ou des erronés, alors je m'engage à faire amende honorable et à reconnaître la chose. Il faut cependant "vraiment" le prouver.

Je vous souhaite à tous une très bonne fin de semaine et à lundi

Écrit par : Christobal | 23/09/2011

Cher Monsieur Gowrié,

Je suis persuadé que 95% des résidents, suisses ou étrangers, sont entièrement d'accord avec vous. Le drapeau Suisse fait intégralement partie de l'identité Suisse et n'a rien d'un symbole religieux. Il est même une marque de fabrique quand il s'agit de canif ou montre.

Mais il y malheureusement toujours un incompressible 5% de polémiqueurs inutiles, de gens qui détestent leur propre valeurs pour divers raisons ou cherche symboliquement a en imposer d'autre. On peut choisir de les ignorer, il est parfois aussi bon de clairement les dénoncer, inconvénient est que ça leur donne l'occasion de se mettre dans le rôle de victime et ils adorent ça.

Bonne journée.

Écrit par : Eastwood | 23/09/2011

@mais tout à fait

"- d'un côté vous défendez le fait qu'un élément religieux figure sur le drapeau suisse, donc vous niez la neutralité confessionnelle de l'état et la laïcité à laquelle il doit s'astreindre."

Très franchement, qui aujourd'hui y voit une quelconque référence religieuse (en l'occurence chrétienne) ? Personne... Du moins aucun Suisse, ni aucune personne ayant un tant soit peu les pieds sur terre et d'honneté intellectuelle.

La croix blanche sur fond rouge représente pour tout un chacun: neutralité, démocratie, paix. Bref, cela représente la Suisse. Vouloir se défaire de la croix blanche sur fond rouge, c'est s'en prendre directement aux Suisses, à la Suisse et à ce qu'elle représente. Point...

Ceci dit, j'ose croire (et espérer) que la proposition de "Secondos plus" d'abolir la croix suisse relève du simple coup médiatique... du vent pour faire le buzz et obtenir une couverture médiatique pour leur association dont pas grand monde devait avoir connaissance jusque là (personnellement, c'est la 1ere fois que j'en entends parler. Mais étant Suisse de souche, je ne suis aps vraiment le "pbulic cible"). Et que cela reste sans fondement et surtout sans suite...

(et non, je ne défend nullement "ma" religion, étant agnostique ayant même tendance à penser que toutes les religions (y compris le christianisme) sont la 2e plus grande plaie de l'Humanité, juste derrière... la connerie humaine.)

Pour ce qui est du port du voile dans le service public (en l'occurence les crèches dans ce billet), cela relève de la neutralité religieuse de l’école (crèche = école des tout petits à mon sens).
Donc tout signe trop ostentatoire ne devrait pas être autorisé, cela implique évidemment le voile, mais tout autre signe religieux et quelle que soit la religion (kippa, p'tit Jésus sur sa croix clouée au mur, etc...)

Écrit par : mouais | 23/09/2011

S'en prendre au drapeau suisse parce que sa croix serait contraire à la laïcité révèle une méconnaissance aussi bien de la laïcité que de ce que représente ce drapeau pour le citoyen suisse. Elle pourrait émaner d'un musulman issu d'une république islamique, dont les institutions émanent d'un texte religieux et dont le drapeau veut exprimer cette origine et cette soumission toujours vivante de nos jours. Sinon elle trahit simplement, en plus d'un manque de compréhension, un manque d'intégration culturelle.
Chez nous, la laïcité exprime avant tout la séparation entre la religion et les institutions politiques et juridiques. Cette séparation garantit essentiellement la liberté de choix du citoyen quant à sa religion aussi bien que son droit de n'en choisir aucune, mais n'implique pas un reniement des origines culturelles, et donc religieuses aussi, de l'identité suisse. Elle ne l'affirme pas non plus pour la plupart de ses citoyens.
Contrairement à ce qui se passe en terre musulmane , l'attachement à notre drapeau ne signifie donc en rien, pour la grande majorité de habitants de notre pays, un attachement à la religion représentée par la croix et il faut souvent un rappel historique pour que la signification de ce symbole leur revienne à l'esprit.
Celui qui foulerait notre drapeau aux pieds serait ainsi spontanément vu comme un adversaire de notre pays, de ses banques ou de toute autre institution, qualité ou défaut, plutôt que du christ(ianisme) évoqué par la croix.

Écrit par : Mère-Grand | 23/09/2011

Le drapeau Suisse c'est comme pour les personnes âgées et les handicapés,on n'y touche pas non mais, d'ici qu'on nous interdise même de le mettre à l'année sur notre balcon comme le font de plus en plus d'habitants de ce pays romand,et quoi encore?faudra-t'il caché nos origine sous le couvert du fameux et horrible Deutchsland über alles?

Écrit par : lovsmeralda | 23/09/2011

A mouais je dis simplement que j'ai expressément indiqué que la croix sur le drapeau ne constitue pas un signe religieux et que ce n'est pas le signe religieux que je défends.

A Baptiste Kapp je dis merci pour sa manière franche et raisonnable. je me demande simplement pourquoi il a glissé l'UDC là-dedans. A moins que :
1. Il considère que j'en fais partie. Ce n'est pas le cas, Cher Baptiste
2. Il considère que l'UDC a d'office l'exclusivité de ces sujets. Je ne crois pas que défendre nos symboles serait un crime. Je sais en revanche qu'il suffit de la faire pour que certains y voient une offense à la sensibilité d'autres. C'est la mode maintenant.
3. Quant à savoir si l'UDC sera un jour le parti unique en Suisse, il y a, Cher Baptiste, un moyen imparable pour y parer : défendons notre démocratie (exactement comme nous la connaissons). Cela implique des sacrifices et en impose le respect à ceux voulant en faire partie.

Croyez-vous cela raisonnable ?

Écrit par : Christobal | 23/09/2011

C'est incroyable cette forme de masochisme qui habite certains gauchistes et autres bobos. Pourquoi se détester au point de renier son drapeau, ses valeurs, ses origines, son Histoire, sa Culture, ses traditions? En clair, pourquoi rejeter tout ce qui fait ce que nous sommes? Masos au point de laisser faire, de se soumettre, de collaborer avec les fossoyeurs des pays européens. Franchement, je m'interroge sur la psychologie de certains... Je ne m'aventurerais pas à analyser ce qui les motive, mais ça fait peur un tel déni de soi, et du réel. Aucun Honneur, aucune fierté, ces gens-là me filent la gerbe. Philippe Murray les avait très bien décrit: des post-humains sans âme et sans culture. Ces adeptes de la vaseline sont à bannir de nos pays pour haute trahison.

Écrit par : Kickass | 23/09/2011

Je voudrais ici, et dans un premier temps, répondre à Hugo et à son commentaire. En effet, j’ai toujours trouvé étonnant que sous le prétexte de l’antiracisme et de la défense des étrangers certains se permettent des commentaires qui frisent eux-mêmes la xénophobie. J’ai en tête l’exemple des attaques contre Oskar Freysinger, avec notamment un « autrichiens on a déjà donné » qui n’honore pas son auteur.

Hugo nous offre un autre exemple de ce type de comportement : qu’est-ce donc que ce soi-disant complexe qui pousserait les étrangers à vouloir être « plus suisse que les suisses » ? Qu’est-ce qui vous permet de dire que M. Gowrié souffre d’un complexe d’infériorité du fait de ne pas être natif de ce pays ? Il ne me semble pas qu’il y ait dans son texte (que chacun sera libre de juger) des éléments qui le laissent penser. Vous sentez-vous habilité à le juger de cette manière du fait que vous êtes vous-même un "natif" ? A vous lire on pourrait le croire…

Et qu’entendez-vous donc par « ceux de sa communauté » ? Quand je lis ce texte, et je parle en tant que Suisse, la seule communauté à laquelle M. Gowrié me semble appartenir et celle de ceux qui aiment leur pays. Je ne me permettrai en aucun cas de le classer dans une quelconque autre catégorie sous prétexte qu’il ne porte pas un nom suisse ou n’est pas né dans ce pays. Qui êtes vous pour vous permettre de porter de tels jugement ?

Cordialement,

Écrit par : Philou | 23/09/2011

L'avantage de notre drapeau Suisse le même que celui du portrait du Général Guisan,une fois mis devant vos yeux ou posé sur votre table ,aucun des deux ne prendra la tengeante pour causes de difficultés éventuelles auxquelles personne n'échappe,car fuir les responsabilités c'est bien connu plus vous les fuyiez plus elles se feront contraignantes,le fameux dicton ne jamais remettre au lendemain ce qui peut se faire présentement présente beaucoup d'avantages,peut-être trop et ceux-là feraient -ils peur aussi?on peut se poser la question ,car vivre sans se plaindre serait-ce logique?beaucoup de personnes âgées ont compris la leçon autant se taire et continuer à contempler le portrait du Général Guisan!

Écrit par : lovsmeralda | 24/09/2011

> ne laissez pas passer cela. Ecrivez-moi,
Voilà qui est fait

> écrivez-vous et faites connaître le message.
Il manque "Ecrivez-leur" (à ceux qui demandent ce changement de drapeau).
Parce que si ces "Secondos" ne reçoivent aucune réaction directement, ils vont en conclure qu'il n'existe aucune opposition digne de ce nom face à leur projet.

Pour ceux qui n'aiment pas (ou n'ont pas le temps, ou ne savent pas quoi) écrire, vous avez une carte-postale toute prête spécialement conçue pour leur faire connaître le message, sur le principe qu'un petit dessin vaut mieux qu'un long discours :

http://cartomaton.wordpress.com/2011/09/24/des-immigres-de-la-deuxieme-generation-demandent-la-suppression-de-la-croix-sur-le-drapeau-suisse/

Écrit par : Christian Arthaud-Maton | 24/09/2011

,
comme le dit ce français établi en suisse:

"Merci au 3/4 des Genevois qui ont voté comme moi..."

soit un drapeau suisse devant s'abreuver de souilliardises à tout va
dans les régions romandes
pour pas cher

Écrit par : ah mais trop top! | 24/09/2011

A Christian Arthaud-Maton. Votre informations sera relayée. Merci

Écrit par : Christobal | 24/09/2011

@Christian Arthaud-Maton

Cette carte-postale que vous donnez en lien est justement... ce qu'il ne faut pas faire.

Cela n'apporte rien, si ce n'est de l'eau au moulin, à cette association, aux (pseudo) anti-racistes et autre bobos capable de ne pas être contre l'abandon de notre drapeau national qui vont vous cataloguez comme extremiste de droite, intolérant, etc... incapable d'autres chose que de violences (en l'occurence verbale).
(accesoirement, il aurait été de bon ton d'utiliser le français, l'allemand et l'ITALIEN pour cette carte, plutot que le francais, allemand et... anglais qui n'est pas une langue nationale, bien qu'elel soit très pratique pour communiquer avec nos concitoyens quand on ne maitrise pas suffisamment une autre langue nationale)

Qu'ils lancent donc une initiative.
On verra deja s'ils récoltent suffisamment de signatures valides pour que cela aille plus loin...
Et ensuite qu'ils soumettent ca aux urnes, leur lubie se fera balayée avec une majorité aussi écrasante que celle qui balayerait un vote pour une adhésion à l'UE... :o)

Écrit par : mouais | 25/09/2011

En effet, la carte postale proposée ne me semble pas représenter une manière très constructive de lutter contre cette pathétique proposition, qui de toute évidence semble être destinée à assurer une publicité gratuite pour ses auteurs dans le cadre de leur candidature aux élections fédérales.

Sur un autre plan, nous pourrions par exemple relever qu’un des arguments avancé par Secondos Plus et qu’il convient de séparer religion et état.
Or, si cela parait incontestable, il faut relever que si le drapeau rouge à croix blanche et par extension le symbole de l’état suisse il est avant toute chose un symbole national (si tant est que ce mot puisse être utilisé dans le cas de la Suisse) et en tout les cas patriotique (voir définitions ici: http://ha32.org/spip/Etat-Patrie-Nation).

Et en l’occurrence, s’attaquer au drapeau est un geste qui va dans ce cas bien au-delà de la simple séparation état-religion et qui pourrait être interprété, vu la teneur de la proposition, comme un acte au mieux communautariste, au pire conquérant.

Écrit par : Philou | 26/09/2011

Je suis effaré par la proportion de commentaires de personnes en désaccord avec votre article mais je pense que cela est bien le signe que le peuple suisse est un peuple qui ne se laisse pas faire et que la domination de l'UDC dérange (fort heuresement, elle ne dérange qu'une minorité du moins c'est ce que démontre la composition de votre "assemblée nationale" veuillez m'excuser je ne me souviens plus du nom de votre chambre basse). Sur le fond du sujet, bien évidemment je ne doute pas du fait que la défense de votre drapeau dépasse les clivages partisans. Je me permets de donner mon avis de français : mais que serait la suisse sans son fameux drapeau rouge avec cette croix? Cette initiative me fait un peu penser à ce qu'il se passe en France : dans certaines écoles, des groupuscules politico-religieux demandent le retrait des sapins de noël des écoles, on nous fait un chantage soit on doit subir les prières de rue des musulmans soit on doit violer la laïcité de notre pays à laquelle on tient tant et financer des mosquées et bien il ne faut surtout pas baisser les yeux et se laisser faire! Votre drapeau fait partie de votre culture et évidemment on a le droit de vouloit en changer mais lorsque cela est le fait d'une modification démographique et pour dire les choses sans langue de bois d'une immigration massive quasi invasive cela démontre qu'effectivement il y a une réforme très importante à entreprendre, celle de l'ASSIMILATION! Si des personnes souhaitent venir dans nos pays et bien qu'elles en acceptent les moeurs, les coutumes, les traditions, les institutions et les symboles! c'est la MOINDRE DES CHOSES! et dans ce combat contre l'antiracisme qui comme le disait Alain Finkelkraut (philosophe français) est le communisme du XXIème siècle, vous avez la chance d'avoir un outil merveilleux qui est le référendum d'initiative populaire. En relisant votre article, je viens de remarquer une information majeure que je n'avais pas vu lors de ma première lecture : vous n'êtes pas natif de ce pays et pourtant vous défendez le drapeau de ce pays qui est devenu le votre et bien cela vous honore et je pense que vous êtes peut être encore mieux placé qu'un suisse natif pour dénoncer ces dérives, vous avez accepté ce pays comme il était, et cet effort d'intégration doit être le fait de tous les nouveaux venus et en aucun cas ces dernières ne peuvent impunément se permettre de demander des changements! Il y a 192 autres pays, qu'ils en trouvent un autre si celui-ci ne leur convient pas! Il y a de cela un an ou deux je me suis dit qu'un jour on en arriverait à ce que certains demandent que l'on appose le croissant islamique sur notre drapeau tricolore avant de me "raisonner" et bien je dois dire que ce qui se passe dans votre pays autour de votre drapeau est quelque peu inquiétant et j'espère (enfin j'en suis quasiment sur) que le peuple suisse ne faillira pas dans la défense de son pays!

Écrit par : Benjamin (français) | 28/09/2011

Les commentaires sont fermés.